Go to main content
 
 

Handicap International dénonce une utilisation répétée de sous-munitions en Syrie

Urgence
Syrie

Des bombes à sous-munitions ont été utilisées dans au moins 14 attaques menées lors des opérations conjointes des armées russe et gouvernementale syrienne depuis le 26 janvier 2016, rapporte l’ONG Human Rights Watch (1). Au moins 37 civils ont été tués lors de ces offensives. Ce nouveau bilan fait suite à un premier rapport publié par l’ONG en décembre dernier dénonçant déjà l’utilisation d’armes à sous-munitions par la coalition russo-syrienne (2).

Ville de Kobané détruite, avril 2015

Ville de Kobané détruite, avril 2015 | © P. HOULIAT / HANDICAP INTERNATIONAL

"La communauté internationale doit condamner fermement l’usage répété de bombes à sous-munitions. Nous rappelons que l’utilisation de ces armes est interdite par le Traité d’Oslo, signé par 118 Etats. Ces armes barbares font peser une menace inacceptable sur la vie des civils syriens, qui sont  les principales victimes du conflit", souligne Anne Héry, directrice du Plaidoyer chez Handicap International.

Entre 2012 et 2014, au moins 1 968 victimes d'armes à sous-munitions ont été recensées en Syrie, ce qui représente le nombre de victimes le plus élevé par pays depuis l’adoption de la Convention sur les sous-munitions, relate le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions. L’immense majorité d’entre elles étaient des civils.

Seize États continuent à produire des sous-munitions ou se réservent le droit d’en produire, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions.

Plus de 90% des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Ces armes tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. De plus, jusqu’à 40% de ces armes n’explosent pas à l’impact: des zones entières deviennent alors inhabitables, ce qui entrave la reprise de la vie sociale et économique et force les populations à se déplacer. Ces restes explosifs constituent une menace pour les civils parfois des dizaines d’années après un conflit.

(1) https://www.hrw.org/news/2016/02/08/russia/syria-daily-cluster-munition-attacks
(2) https://www.hrw.org/news/2015/10/10/syria-new-russian-made-cluster-munition-reported

Published on: 10 février 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

HI apporte un soutien psychologique aux migrants vénézuéliens en Colombie
© HI
Urgence

HI apporte un soutien psychologique aux migrants vénézuéliens en Colombie

La Colombie accueille plus d’un million de migrants vénézuéliens. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.