Go to main content
 
 

Avant mes enfants, je ne pensais pas à mon amputation

Insertion Mines et autres armes Réadaptation
Jordanie

Un jour en Syrie, Ibrahim a entendu des échanges de tirs près du lieu où il se trouvait. Il a fui du côté opposé. C’est là que les bombes sont tombées. Blessé par un éclat d’obus à la jambe, Ibrahim a été transféré en Jordanie où il s’est fait amputer. HI l’a ensuite appareillé d’une nouvelle prothèse.

Hussein a été amputé suite à un bombardement. Il porte une prothèse. Il témoigne de ses difficultés en tant de personne handicapée à trouver une travail

Hussein a été amputé suite à un bombardement. Il porte une prothèse. Il témoigne de ses difficultés en tant de personne handicapée à trouver un travail | © O. Van de Broeck / HI

C’est en Jordanie qu’Ibrahim a rencontré son épouse et que ses 2 garçons sont nés : « Ça m’était égal d’avoir perdu ma jambe lorsque j’étais seul. Mais mon mariage a amené de nouvelles responsabilités », confie-t-il.

En Syrie, Ibrahim était carreleur. Son handicap ne lui permet plus d'exercer sa profession. Aujourd’hui, il travaille 6 jours sur 7 dans un magasin. Le salaire moyen peu élevé en Jordanie, l’est souvent encore moins pour un réfugié syrien. Malgré des journées de 12 heures, Ibrahim peine à couvrir les dépenses familiales : « Ça n’a pas été pas simple de trouver un emploi. Quand tu dis aux employeurs que tu es amputé d’une jambe, ils ne t’embauchent pas. Il est logique que dans notre situation actuelle l’argent soit la chose la plus importante. Personne ne peut vivre sans argent », ajoute Ibrahim.

La famille syrienne ne bénéficie pas d’assurance médicale. Lorsque les enfants tombent malades ou doivent être vaccinés, les parents les emmènent dans une clinique privée où la consultation et les médicaments sont à leur charge. 

La prothèse d’Ibrahim

Quant à la prothèse d’Ibrahim, celui-ci a appris à la réparer lui-même. Il en est déjà à sa 7ème  depuis son amputation. À chaque opération, la forme de son moignon change ce qui nécessite une nouvelle prothèse : « HI m'a donné la dernière. J’aime particulièrement les équipes qui m’appellent régulièrement et m’offrent un réel suivi pour sa maintenance. La prothèse est devenue une partie de moi. J’en connais les moindres pièces. Lorsque quelque chose se casse, j’ai appris à remplacer la pièce cassée avec celle d’une de mes autres prothèses. Il n’y a que la partie en silicone que je ne sais pas réparer. Dans ce cas, je contacte HI », explique Ibrahim.

Il y a les petites choses du quotidien qui rappellent à Ibrahim son amputation : « Quand je vois des gens courir, ça me manque et j’aimerais faire de même. J’ai essayé mais sans succès ». Sa famille l'assiste tant bien que mal, ses enfants aussi. Ce qui le peine d'avantage car il voudrait être celui sur lequel sa famille puisse se reposer et non l’inverse.

Enquête de HI sur les réfugiés syriens handicapés

Ibrahim fait partie des centaines de personnes interviewées par HI et iMMAP en 2018 pour pour comprendre la situation des personnes handicapées parmi les réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, et les obstacles qu’elles rencontrent dans leur accès à l’aide humanitaire.

Selon cette étude, un réfugié syrien sur cinq est handicapé et on peut faire beaucoup plus pour assurer l'inclusion des personnes handicapées dans les interventions humanitaires.

Accéder aux rapports

Lire le rapport Liban / Lire le rapport Jordanie

> Accès aux données du rapport

Published on: 20 novembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils à Bâle
© Thomas Million / HI
Événement Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils à Bâle

Dans le cadre de sa campagne « stop bombing civilians », Handicap International (HI) organise une exposition itinérante qui passera à Bâle du 16 au 29 décembre. Ses objectifs : inviter le public à interpeller ses conseillers nationaux afin que le gouvernement suisse se positionne plus fermement pour la protection des civils lors des conflits et qu’il s’engage pro-activement dans l’élaboration d’une déclaration politique internationale. Ensemble nous avons 6 mois pour stopper le bombardement des civils !
 

Rapport de l’Observatoire 2019 : Un nombre exceptionnel de victimes pour la quatrième année consécutive. Un retour en arrière alarmant
© Nadège Mazars / HI
Mines et autres armes

Rapport de l’Observatoire 2019 : Un nombre exceptionnel de victimes pour la quatrième année consécutive. Un retour en arrière alarmant

Publié le 21 novembre, le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état pour la quatrième année consécutive d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines, en particulier de restes explosifs de guerre (REG) et de mines improvisées. L’Observatoire a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018 contre 3 998 en 2014. Le nombre de victimes de mines improvisées est le plus haut jamais enregistré par le rapport, avec 3 789 personnes tuées ou blessées.

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées
(c) HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Le lundi 18 novembre, aux Nations unies à Genève, les délégations d’États, les militaires, les agences des Nations Unies et la société civile se sont réunies pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.