Go to main content

Des syriens acteurs de l’appareillage en Syrie

Réadaptation
Syrie

Ghazal et Nahla vivent dans le nord de la Syrie. Ils y ont fondé la seule fabrique de prothèses et d’orthèses de la région, permettant aux personnes blessées dans le conflit ou amputées, d’être appareillées. Handicap International collabore avec eux depuis plusieurs semaines: l’association leur fait bénéficier d’une formation, destinée à améliorer leurs techniques de fabrication.

Ghazal, ravi de partager son récit...

Ghazal, ravi de partager son récit... | © M. Legrand / Handicap International

Rien n’aurait prédestiné Ghazal et Nahla à ce qu’ils font aujourd’hui. Rien, sinon la guerre qui ravage la Syrie depuis des années, et un concours de circonstances tragiques les menant à trouver leur vocation. En 2013, le conflit touche le couple de plein fouet. L’un de leurs proches se fait amputer et sombre dans une profonde dépression, se retrouvant dans l’incapacité de se déplacer.

A cette époque, Ghazal travaille dans une association pour enfants handicapés qu’il a créée avec un ami. Cet athlète y partage quotidiennement sa passion pour le sport avec la jeunesse qu’il rencontre, l’encourageant à dépasser les obstacles auxquels elle est confrontée. Nahla, inspirée par l’engagement de son mari, travaille également, pendant un temps, comme professeure d’aérobic dans le même centre. Le couple, animé par l’idée que rien n’est impossible et par l’envie de redonner espoir aux personnes handicapées, souhaite directement venir en aide à leur cousin, submergé par la tristesse et le découragement depuis son amputation.

Ghazal décide alors de créer lui-même une prothèse qui permettra à son cousin de remarcher. Il étudie, jour et nuit, pour comprendre les procédés de fabrication, à l’aide de vidéos trouvées sur un internet ou de livres sur le sujet. Il achète du matériel, fait des essais et demande à ses proches de donner leur avis.  Au fil du temps, il se prend de passion pour cette activité. Il choisi alors de quitter son travail, pour se consacrer à plein temps à sa nouvelle vocation.

Nahla, dont le lieu de travail a été détruit par une roquette, décide d’aider son mari dans cette aventure. Elle dépasse ses appréhensions d’être confrontée à des personnes amputées au quotidien, et sa motivation ne fait que grandir lorsqu’elle voit la joie sur le visage des personnes appareillées par son mari. Au fil du temps, Ghazal perfectionne sa technique et de plus en plus de personnes contactent le couple pour bénéficier de ses services. 

Mais le village de Nahla et Ghazal est alors attaqué et ils doivent faire face à de nouveaux défis. Déterminés à ne pas stopper leur activité, ils s’installent avec leur premier enfant dans leur atelier de fabrication. Dehors, une caravane leur permet d’accueillir les nouveaux patients et d’héberger ceux qui viennent de loin pour se faire appareiller. Comme le trajet jusqu’à chez eux est coûteux et dangereux, le couple nourrit également ses patients et travaille toujours bénévolement. Leur plus grand regret est alors de ne pas pouvoir appareiller toutes les personnes venant à leur rencontre, faute de temps et de moyens.

Handicap International contacte alors Ghazal et Nahla, pour leur soumettre une proposition de collaboration. L’association propose au couple une formation de huit semaines, qui leur permettra de perfectionner leurs techniques de fabrication et de les adapter au contexte difficile dans lequel ils évoluent. Nahla se remémore en riant: "Ghazal n’arrêtait pas de répéter que son rêve était devenu réalité, lorsqu’il a reçu la proposition de l’association". Nahla réalise aujourd’hui le bénéfice de cette formation.

"Les explications que nous donnent les professionnels de l’association nous sont très utiles, elles nous aideront à produire des prothèses de meilleure qualité, plus adaptées aux besoins de nos patients en Syrie".

Handicap International souhaite aujourd’hui renforcer sa collaboration avec le couple, pour garantir l’assistance aux personnes amputées et handicapées, en Syrie. De leur côté, les rêves de Ghazal et Nahla ne font que grandir avec le temps: "Nous souhaitons devenir d’excellents techniciens pour former d’autres personnes à la fabrication de prothèses. Notre ambition est désormais d’ouvrir le premier centre de formation en fabrication de prothèses et orthèses en Syrie!"

Ghazal

© M. Legrand / Handicap International

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal il y a 3 ans, il a gagné 22 médailles sportives
©Elise Cartuyvels / HI
Réadaptation

Incroyable Ramesh : victime du séisme au Népal il y a 3 ans, il a gagné 22 médailles sportives

25 avril 2015, séisme au Népal : Ramesh, 18 ans, se retrouve enseveli sous les décombres, conscient. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et avoir reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Musculation, nage, tennis, basket, danse, course de chaises roulantes : Ramesh relève tous les défis. 

Syrie : moins de 20% des besoins humanitaires ont été financés en 2017
© Ph. Houliat / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Syrie : moins de 20% des besoins humanitaires ont été financés en 2017

Réunis mardi et mercredi pour la conférence de Bruxelles II, huit ONG exigent des bailleurs et des gouvernements le respect des engagements antérieurs en termes de financements humanitaires et de protection des civils.
 

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO
Stop Bombing Civilians

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.