Go to main content

Handicap International à la recherche d’innovation dans l’élimination non polluante des explosifs

Le nouvel hackathon de l’association THE Port se déroulera du 14 au 16 octobre prochain au CERN. 8 équipes s’engagent pour résoudre différents challenges rencontrés dans l’humanitaire. Elles ont eu 6 semaines pour se préparer et se lancent ce weekend dans le hackathon de 60 heures pour tester des solutions et construire des prototypes. Le résultat? Des pistes pour des innovations concrètes à développer.

Hackathon 2016

Hackathon 2016 | (c) THE Port

Utiliser l’innovation pour répondre à notre mission sociale

Aujourd’hui des volumes gigantesques de restes explosifs de guerre et de stocks de munitions obsolètes sont présents à travers le monde. Ce sont notamment des munitions qui ont été tirées mais n'ont pas explosé à l'impact, des munitions abandonnées par des forces armées, ou des stocks périmés. La destruction de ces munitions se fait le plus souvent par combustion ou explosion à ciel ouvert, source de pollutions qui affectent durablement l’environnement et les populations. Handicap International est engagée sur le terrain dans l’élimination des restes explosifs de guerre et des stocks de munitions périmés et recherche des méthodes innovantes pour éliminer ces munitions sans polluer, à des coûts concurrentiels.

Handicap International a proposé à THE Port de participer à ce nouvel hackathon et bénéficiera ainsi des compétences d’une équipe de 8 scientifiques et d’experts internationaux volontaires, réunis autour du challenge pier 96: "clean and mobile elimination of explosives" (solution mobile pour l’élimination non polluante des explosifs). Les experts de notre équipe travaillent sur l’élimination non polluante du TNT, un explosif présent dans de nombreux types de munitions. Tout l’enjeu du prototype que nous découvrirons à l’issue du hackathon ce dimanche 16 octobre sera de démontrer le fonctionnement tangible de la solution développée.

Pier 96: les explosifs utilisés dans les munitions sont un risque pour la santé publique, non seulement en raison de leur nature, mais également en raison de la pollution de l'environnement. Les méthodes actuelles de destruction ne permettent pas d'éliminer tous les restes toxiques. De nouveaux développements technologiques apportent aujourd’hui des méthodes d'élimination abordables, mobiles et écologiques.

Pier 96

Le combat de Handicap International: bombarder les civils ce n’est pas la guerre, c’est un crime!

Mortiers, roquettes, bombes aériennes, mais aussi et encore mines ou bombes à sous munition en zone peuplée, ces armes tuent, blessent et mutilent les civils innocents au moment de leur détonation du fait de leurs effets de souffle et/ou de fragmentation. Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques durables. Leur usage amplifie les effets les plus néfastes des conflits sur les populations: déplacements forcés, destruction des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux. Les familles sont plongées dans la pauvreté, leurs moyens de subsistance étant détruits et leur accès aux services compliqué. De plus, la présence de restes explosifs de guerre n’explosant pas à l’impact représente un danger à long terme pour les populations et empêche la reconstruction des pays. Rendant ainsi périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

A Genève, Broken Chair symbolise sa lutte contre les armes explosives et les violences infligées aux populations lors des conflits armés. Créé par Daniel Berset sur demande de Handicap International et installé face aux Nations unies, le monument est un défi adressé à la communauté internationale. Il lui rappelle ses obligations de respecter le Droit international humanitaire et de protéger les civils contre l’usage des armes explosives en zones peuplées.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Six idées reçues sur les bombardements des civils
PH. Houliat | HI

Six idées reçues sur les bombardements des civils

Dommages collatéraux, frappes chirurgicales, guerres sales… Une fatalité lors des conflits ? Découvrez aussi pourquoi il est urgent de mettre fin à cette pratique intolérable.

4 avril : Journée internationale de lutte contre les mines

4 avril : Journée internationale de lutte contre les mines

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. 

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.