Accès direct au contenu
 
 

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump

Mines et autres armes Mobilisation
International

Ce jeudi 13 février 2020 à Genève, sous Broken Chair, monument symbole de la barbarie des mines, Handicap International et Gniep Smoeun ont appelé les Etats signataires du Traité d’Ottawa à user de toute leur influence pour que les USA reviennent sur leur révoltante décision de réintroduire les mines.

Gniep

Gniep Smoeun et Marco Kirschbaum sur la place des Nations | (c) Basile Barbey / HI

« J’avais dix ans quand j’ai sauté sur une mine antipersonnel au Cambodge. Cette mine m’a tout pris : ma jambe, mes rêves d’enfant ». C’est en ces termes que Gniep Smoeun s’est adressée ce jeudi au public face au palais des Nations à Genève. Porte-voix du combat contre cette arme, elle a été l’un des premiers enfants appareillés par Handicap International (HI), dans le camp de Kao I Dang situé à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande.

« Au nom de toutes les victimes de mines dans le monde, j’appelle à un sursaut de la communauté internationale pour faire reculer l’administration Trump et demander l’abandon de cette politique qui va semer la mort et la souffrance. »

Signez notre pétition pour que le Président Trump abandonne sa politique en matière de mines ! 

Le retour possible d’une arme barbare d’un autre temps 

Présentée aujourd’hui par le gouvernement Trump comme « un outil important », c’est pourtant bien d’une arme d’un autre temps dont il est question. En 1997, l’adoption du traité contre les mines avait marqué une véritable victoire contre ces armes qui tuent à l’aveugle.

« Nous croyions avoir presque gagné avec la signature du Traité d’Ottawa, puis la réduction drastique année après année du nombre de victimes. Après tous ces efforts, les mines étaient vraiment devenues « hors-la-loi », mais aujourd’hui tout ceci est remis en cause ! » poursuit Gniep Smoeun.

Cette décision du gouvernement américain raisonne comme un coup de tonnerre pour les milliers de victimes et les centaines d’ONG qui, comme HI, ont milité pour l’interdiction de cette arme. Les États-Unis étaient l'un des rares pays à ne pas avoir encore adhéré au Traité d'interdiction des mines. Cependant, depuis près de 30 ans, le pays s'abstenait de les utiliser ou de les commercialiser.

Le danger que le commerce des mines soit relancé

Parmi les 6’897 victimes dénombrées en 2018, seuls 332 personnes ont été victimes de mines dites conventionnelles. Les autres victimes dénombrées ont été blessées ou tuées par des mines de fabrication « artisanales ».

« Le marché était tari, les mines n’étaient plus commercialisées. Avec leurs nouvelles mines dites « intelligentes », le gouvernement Trump prend une décision irresponsable qui pourrait faire repartir le marché de ces armes de lâches et toucher de nouvelles victimes » explique Emmanuel Sauvage, responsable de réduction de la violence armée de HI.

HI et Gniep Smoeun appellent aujourd’hui les Etats signataires du Traité d’Ottawa à peser de tout leur poids pour faire reculer le gouvernement Trump. Leur appel est lancé à l’occasion de la 23ème réunion internationale des directeurs de programmes nationaux de lutte contre les mines qui se déroule cette semaine au palais des Nations à Genève.

Le Traité d’Ottawa interdit l'acquisition, la production, le stockage et l'utilisation des mines antipersonnel. Il a été ouvert à signature le 3 décembre 1997et est entré en vigueur le 1er mars 1999. 164 États sont partis au Traité soit 80% des nations du monde. Le nombre annuel de victimes recensées a été divisé par 10 en 15 ans. 30’000 victimes étaient déplorées au début des années 1990, tandis qu’elles étaient 6’897 en 2018. Depuis l’entrée en vigueur du traité en 1999, au moins 2’200 km² de terres minées ont été dépolluées et 54 millions de mines stockées par les États ont été détruites. 60 états et territoires sont toujours contaminés par les mines et les restes explosifs de guerre. Depuis 2014, la multiplication des conflits voit l’utilisation de mines augmenter.

Devenez démineur d'un jour ! Nous vous proposons de jouer avec nous

en vous rendant sur notre page : Aidez-nous à déminer! 

Published on: 13 février 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

La Suisse doit agir maintenant pour mieux protéger les civils lors des conflits
© HI
Stop Bombing Civilians Urgence

La Suisse doit agir maintenant pour mieux protéger les civils lors des conflits

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, dénonce dans son rapport annuel sur la protection des civils la pratique des bombardements dans les zones peuplées et les conséquences désastreuses pour les populations. Il soutient les efforts diplomatiques en cours visant à élaborer une déclaration politique pour mieux protéger les millions de civils vivant dans les zones de guerre. Handicap International et ses partenaires de l’International Network on Explosive Weapons (INEW) demandent aux États de soutenir une déclaration politique forte afin de mettre fin aux souffrances humaines provoquées par les armes explosives.

Lettre ouverte de notre directeur face à l’urgence du Covid-19
(c) Photo d'archive / HI
Santé Urgence

Lettre ouverte de notre directeur face à l’urgence du Covid-19

Le monde actuel connaît une crise sanitaire sans précédent. Notre seule arme est de rester solidaires. Aidez-nous à protéger nos bénéficiaires et ensemble luttons contre le Covid-19.

Covid-19 : les réponses de HI pour les personnes les plus vulnérables
© D. Pichard / HI
Prévention Santé Urgence

Covid-19 : les réponses de HI pour les personnes les plus vulnérables

Handicap International (HI) s’inquiète profondément du sort des populations vulnérables face au Covid-19. Sans mesures appropriées, la pandémie de coronavirus risque de décimer les personnes handicapées, les personnes atteintes de maladies chroniques, les réfugiés ou les personnes âgées dans les pays les plus pauvres, en conflit ou frappés par des catastrophes.