Goto main content
 
 

Handicap International (HI) appelle à l'élimination définitive des bombes à sous-munitions

Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians
International

Publié aujourd'hui à Genève, le rapport 2020 de l'Observatoire des bombes à sous-munitions révèle que des attaques utilisant ces armes interdites ont continué à se produire en Syrie et en Libye en 2019. Au moins 286 personnes ont été tuées ou blessées, toutes civiles. Les utilisations récentes dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan (non comptabilisées dans ce rapport) montrent que le combat est loin d'être terminé.

Une bombe à sous-munitions dans une rizière au Laos

Une bombe à sous-munitions dans une rizière au Laos | © Damien Kremer / HI

Lire le rapport de l'Observatoire des sous-munitions 2020 (en anglais).

Alors que se tient en ligne, du 25 au 27 novembre, la deuxième conférence d'examen de la Convention d'Oslo, présidée par la Suisse, nous appelons tous les Etats à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes barbares - 110 se sont déjà engagés pour stopper les souffrances des populations.

Ce rapport dresse le bilan de l’application de la Convention d’Oslo qui interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions sur la période allant de janvier à décembre 2019. Il couvre également l’année 2020 jusqu’au mois de septembre, quand l’information est disponible, n’incluant pas ici les attaques d’octobre confirmées dans le Haut-Karabakh.

Une utilisation mortelle à long terme pour les populations

« Il y a des raisons pour lesquelles les armes à sous-munitions sont interdites : elles se déploient en l'air et envoient des centaines de petites bombes au-dessus d'une zone de la taille d'un terrain de football. Ce sont des armes qui frappent sans discrimination. Jusqu'à 40% n'explosent pas à l'impact, contaminant des zones qu’elles transforment ainsi en champs mines » explique Anne Héry, notre responsable du plaidoyer.

Au total, 286 nouvelles victimes d'armes à sous-munitions ont été enregistrées en 2019, toutes civiles, dont 40% d’enfants. La plupart des victimes (232) se trouvaient en Syrie. Cependant, on suppose un nombre élevé de victimes non déclarées, car il est difficile de recueillir des données en Syrie.

Même au Laos, 40 ans après le conflit, cinq victimes ont encore été enregistrées. Ces chiffres illustrent les conséquences dramatiques de l'utilisation des armes à sous-munitions, car la contamination par les nombreux restes explosifs de ces armes constitue une menace mortelle et à long terme pour la population.

178 millions de sous-munitions détruites en 10 ans 

Le rapport note tout de même que la mise en œuvre de l’obligation de destruction des stocks est un succès. En 10 ans, 1,5 millions d’armes à sous-munitions contenant plus de 178 millions de sous-munitions ont été détruites, soit 99% du stock mondial déclaré par les Etats parties. La Suisse a été le dernier Etat à achever la destruction de ses stocks en mars 2019.

Published on: 26 novembre 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs
© DR
Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs

Après onze ans de guerre et d'utilisation intensive d'armes explosives, jusqu'à 300'000 engins explosifs n'ont pas explosé en Syrie. Ces restes menacent une personne sur deux dans le pays, soit plus de 10 millions d’habitants. Tels sont les constat d'une étude menée par Handicap International en collaboration avec "Syria Mine Action Area of Responsibility".

Changement climatique et handicap
© R. Duly / HI
Mobilisation Prévention Santé

Changement climatique et handicap

Les conséquences négatives du changement climatique et environnemental ont un impact plus grand sur les populations vulnérables et les personnes handicapées.