Go to main content
 
 

Julia voudrait un ami

Julia avait huit mois quand on lui a diagnostiqué une thalassémie, une maladie sanguine génétique qui ralentit sa croissance et déforme ses os. Le début d’une longue série de prélèvements sanguins mensuels. Julia a grandi. Aujourd’hui, sa marche est perturbée et ses mouvements sont lents.

Julia, 8 ans | © W. Huyghe / Handicap International

"Ma fille Julia, 8 ans, n’a pas d’ami. Les autres enfants n’aiment pas jouer avec elle parce qu’elle est trop lente", confie Sue, sa maman. "Le centre de réadaptation d’Handicap International est le seul endroit où elle peut jouer et être elle-même."


Julia et sa maman, Sue
© W. Huyghe / Handicap International

"Elle est à l’écart", confie Sue. "Les autres enfants l’évitent parce que ce n’est pas drôle de jouer avec elle. Elle est trop lente. Ici, dans le centre de réadaptation, elle peut être elle-même et se détendre", explique-t-elle en regardant Julia jouer à la pêche. Julia se concentre et adresse un grand sourire à sa mère quand elle parvient à attraper un poisson.

"Nous avons fui la Birmanie il y a neuf ans, juste avant la naissance de Julia. J’étais complètement bouleversée et horrifiée à l’idée d’aller vivre dans un camp de réfugiés. Aujourd’hui, je suis soulagée d’être ici. Julia n’aurait jamais bénéficié de soins de réadaptation de cette qualité en Birmanie. Nous essayons de voir les choses du bon côté. Et je fais un peu de couture, pour gagner de l'argent."

"La seule chose qui nous manque vraiment, ce sont des amis pour Julia", ajoute sa maman.

Published on: 29 décembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.