Go to main content
 
 

Kanhara du Cambodge

Bénéficiaires Insertion Réadaptation Santé
Cambodge

Kanhara a trois ans lorsque son destin bascule. Fauchée par un camion fou lors du banquet de noce de sa tante, la petite fille perd son bras droit et sa jambe droite. Restée sans soins spécifiques pendant presque cinq ans, elle est découverte par un agent social de Handicap International au Cambodge et vient de recevoir sa première prothèse. Depuis, Kanhara revit.

Kanhara écrit avec la main gauche et déchiffre son livre de lecture à toute vitesse.

Kanhara écrit avec la main gauche et déchiffre son livre de lecture à toute vitesse. | © Phkay Proek / Handicap International

Kanhara assiste au banquet de noces de sa tante, qui se déroule au bord de la route comme la plupart des fêtes et cérémonies officielles au Cambodge. La petite fille joue avec des ballons gonflables sur le bas-côté quand un camion lancé à toute vitesse fait un écart et la fauche comme un brin d’herbe.

Sa vie est sauvée de justesse après six mois de soins intensifs, plusieurs opérations et greffes de peau. Kanhara doit alors apprendre à vivre sans son bras droit ni sa jambe droite, amputée au niveau fémoral.

Sa famille est pauvre et vit dans une maisonnette délabrée. Son père, chanteur, travaille surtout pendant la saison sèche. Dotée d’un fort caractère, la fillette surmonte le traumatisme de l’accident et prend à nouveau part à la vie familiale.

En grandissant, Kanhara décide d’aller à l’école située –une chance- à 30 mètres de sa maison. Chaque jour, elle claudique sur son unique jambe pour s’y rendre, parfois sous les quolibets des autres enfants. Elle s’est plusieurs fois fait très mal en tombant, mais elle aime tellement l’école qu’elle persévère.

Kanhara apprend à écrire avec la main gauche et déchiffre son livre de lecture à toute vitesse.

La vie de Kanhara aurait pu continuer ainsi si Davann, une de nos collaboratrices, n’avait pas entendu parler d’elle par l’un de ses patients. Cinq ans après son accident, Kanhara vient de recevoir sa première prothèse dans notre centre de Kampong Cham. Elle a appris à marcher en quelques heures seulement, ce qui est vraiment exceptionnel!

Son courage, sa joie et sa volonté sont de grandes motivations pour notre équipe. Très souvent, les enfants qui, comme Kanhara, ont subi de tels drames, ont une formidable envie de vivre. Ils déploient une immense énergie pour sortir au plus vite de ce cauchemar et « reprendre la marche de leur vie ».

Nous devons suivre ces enfants tout au long de leur croissance, pour pouvoir leur offrir un soutien psychologique quand c’est nécessaire, et changer leur prothèse quand elle est usée ou devenue trop petite.

Pour Kanhara, par exemple, nous fournirons en moyenne deux prothèses par an, en tenant compte de sa croissance. Nous lui proposerons aussi sans doute une prothèse de bras dans deux ou trois ans, quand elle sera suffisamment musclée pour ce type de prothèse, actuellement trop lourde pour elle.

Published on: 7 octobre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.