Go to main content

L’action contre les mines est une composante essentielle de l’action humanitaire

Mines et autres armes

ONU Genève, conférence des directeurs des départements d’action contre les mines.

Jean-Baptiste Richardier, co-fondateur de Handicap International, était présent à la 20ème conférence des directeurs de programme nationaux d’action contre les mines et des conseillers des Nations unies qui s’est terminée le 10 février 2017. Il revient sur l’engagement de Handicap international dans le déminage humanitaire.

Jean-Baptiste Richardier

Jean-Baptiste Richardier | © Pascal Grappin / Handicap International

"Le projet d’engager Handicap International dans la lutte  contre les mines antipersonnel est né au début des années 1990, au moment où  le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), était confronté à une contradiction inextricable: organiser, le retour des réfugiés cambodgiens de la Thaïlande vers le Cambodge alors que les zones de rapatriement étaient fortement contaminées par des millions de mines et autres déchets de guerre.

La polémique a atteint son paroxysme lorsqu’un officiel du HCR a affirmé publiquement, non sans courage, que "oui, le Cambodge sera un jour débarrassé de ses mines… une jambe après l’autre!"

> Les débuts du déminage humanitaire

Confronté à un blocage juridique du siège de New-York, les responsables des Nations unies se trouvaient dans l’incapacité d’embaucher les  démineurs formés par les spécialistes militaires déployés. Ils ont alors demandé à Handicap International d’embaucher les 90 premiers démineurs cambodgiens… Voilà comment a débuté l’aventure de l’association dans le déminage humanitaire.

Et dès la création de notre Direction d’action contre les mines, Handicap International a plaidé sans relâche pour une collaboration entre les principales ONG de déminage, afin de renforcer notre influence commune sur l’ONU. A l’époque, en effet, la lutte contre les mines était encore considérée comme une prérogative militaire.

> Le déminage, un engagement humanitaire

L’action contre les mines est bien une composante essentielle de l’action humanitaire. Déminer consiste à protéger les civils, à leur donner accès aux opérations de secours, puis aux projets de développements.

Bien sûr, l’action contre les mines consiste également à répondre aux conséquences de la contamination et des accidents sur les personnes, leur famille et leur communauté par une aide aux victimes précoce. J’entends par là une aide qui ne soit pas repoussée jusqu’à ce que la situation soit considérée comme propice à une réadaptation selon des critères exigeants, respectueuse de normes de qualité réputées impossibles à satisfaire. Les victimes ont besoin, et à tout le moins ont droit à une aide d’urgence et à des soins de réadaptation dans les suites les plus immédiates du terrible préjudice qu’elles ont subi.

> Faire valoir le droit

Affirmer que l’action contre les mines est une action humanitaire, c’est aussi rappeler à toutes les parties prenantes qu’elle puise ses racines dans le droit humanitaire international. Notre engagement contre les mines consiste à placer les êtres humains au cœur de nos préoccupations en matière de sécurité, de protection et de soins aux victimes.

Ceci s’applique aussi bien aux zones contestées qu’aux champs de bataille abandonnés sans dépollution par les belligérants, sans considération des risques encourus par les villageois et les paysans qui n’ont pas d’autre choix que de tenter d’exploiter leurs terres pour leur subsistance.

> Le défi syrien

A cet égard, la crise syrienne présente de formidables défis. Depuis 2012, Handicap International mène des projets d’éducation aux risques et de réadaptation physique. Pour l’heure, nous continuons à recueillir des données sur les zones potentiellement dangereuses dans le sud de la Syrie et nous intensifions nos actions de plaidoyer contre l’utilisation des armes explosives en zones densément peuplées.

S’agissant du déminage et de l’éducation aux risques, il est urgent d’élaborer des plans de contingence pour préparer le retour en Syrie des réfugiés, mais aussi des personnes déplacées internes qui afflueront dans les zones contaminées. Le déminage des infrastructures et des routes sera la priorité dès qu’un accord de paix sera trouvé. L’un des principaux défis sera la décontamination des tonnes de décombres. Des équipes parfaitement outillées devront être prêtes à se déployer, en même temps que l’aide humanitaire à grande échelle.

> S’adapter à de nouvelles situations

Il faudra adapter nos actions à un environnement complexe et difficile, où des civils sans expérience ni formation déminent eux-mêmes, désireux d’accéder à des services essentiels tels que les hôpitaux, les écoles et les marchés, mais aussi les lieux de culte, les habitations et leurs terres."


En savoir plus sur notre combat contre les armes explosives.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements des civils : 4’500 parlementaires interpellés par HI
© William Daniels / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Bombardements des civils : 4’500 parlementaires interpellés par HI

HI interpelle 4'500 parlementaires contre les bombardements en zones peuplées, pratique devenue quasi systématique dans les conflits actuels qui tue et blesse à 92 % des civils. Les décideurs politiques doivent s’engager pour y mettre fin. Pour cela, l’association appelle les parlementaires de huit pays à prendre position contre ce fléau en signant la pétition ‘Stop Bombing Civilians’ et à faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils s’engagent pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions : 99% des victimes sont des civils
© Yousef El-Natil / HI
Mines et autres armes

Rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions : 99% des victimes sont des civils

Publié aujourd'hui, le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions rend compte de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions en Syrie et au Yémen en 2017. Handicap International (HI) déplore qu’au moins 289 personnes aient encore été tuées ou blessées par ces armes l’année dernière dans 8 pays et deux territoires. 99 % des victimes étaient des civils. La conférence des Etats parties à la Convention d’Oslo qui interdit les armes à sous-munitions se tiendra à Genève du 3 au 5 septembre : HI rappelle la nécessité d’une éradication totale de ces armes barbares.

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International (HI) protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.