Go to main content

L'OMS et HI attirent l'attention sur les besoins des 3 mio de personnes blessées et handicapées

Urgence
Syrie

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et Handicap International (HI) attirent l’attention sur les besoins des 3 millions de personnes en Syrie qui, selon les estimations, vivent avec des blessures ou sont en situation de handicap. Les deux organisations appellent la communauté internationale à intensifier ses efforts pour assurer la réadaptation et la réintégration de ces personnes au sein de la société. 

Famille de réfugiés dans la plaine de la Bekaa, Liban

Famille de réfugiés dans la plaine de la Bekaa, Liban | © Benoit Almeras / Handicap International

Environ 30'000 personnes sont blessées chaque mois en Syrie et après six ans de conflit, plus d’un million et demi de Syriens ont souffert de blessures. Un million et demi de personnes vivent également avec un handicap permanent, dont 86'000 qui ont dû être amputées. Alors que la guerre se poursuit avec une utilisation intensive d’armes explosives en zones peuplées et des risques constants liés au haut niveau de contamination explosive dans le pays, de plus en plus de gens ont besoin de services de réadaptation, qui sont de moins en moins disponibles.

Moins de la moitié des hôpitaux publics et autres structures de santé en Syrie sont encore fonctionnels. La plupart d’entre eux sont mal équipés pour traiter les patients blessés et pour soutenir les personnes en situation de handicap. Seuls deux centres de réadaptation (à Damas et Homs) assurent la livraison de prothèses dans le pays. Cet accès très restreint aux soins de santé a pour conséquence la transformation de nombreuses blessures en handicaps permanents. Cela pourrait être évité si les personnes blessées avaient accès à des soins rapides et adaptés. Sans possibilité de bénéficier de services de réadaptation appropriés, près d’un tiers des blessures se transforment en handicaps graves ou permanents.

L’OMS et HI ont établi ensemble un partenariat opérationnel et stratégique pour une durée de quatre ans, qui permettra d’intensifier l’assistance aux Syriens blessés ou en situation de handicap. Ce projet facilitera l’accès à des soins de réadaptation vitaux pour les personnes blessées, réduisant le risque qu’elles développent des complications ou des handicaps permanents. Le projet permettra également de faciliter l’accès aux services de réadaptation pour tous et renforcera les capacités et la résilience des systèmes de santé locaux.

"Les personnes blessées et en situation de handicap sont particulièrement vulnérables et sont facilement oubliées au milieu d’un tel conflit. En Syrie aujourd’hui, il est essentiel de regarder au-delà des soins d’urgence vitaux et de réfléchir à la façon dont nous pouvons soutenir les Syriens qui vivront le reste de leur vie avec les cicatrices du conflit", commente Petra Shroeter, Directrice de Handicap International Suisse.

"Un tiers des victimes d’armes explosives sont des enfants : que leur arrivera-t-il dans dix, quinze ans? Pourront-ils bénéficier d’une éducation ? Pourront-ils travailler et subvenir aux besoins de leurs familles? Comment seront-ils intégrés au sein de la société? Répondre à ces questions est essentiel. Les capacités de ces enfants doivent être prises en compte et c’est notre rôle, en tant qu’humanitaires, de nous assurer que toutes ces personnes blessées ou en situation de handicap ne soient pas oubliées", ajoute le Dr Michel Thieren, Directeur Régional des Urgences pour l’OMS.


A propos de Handicap International:

Depuis Janvier 2013, Handicap International travaille avec différents partenaires pour apporter son assistance à la population affectée par le conflit en Syrie. L’organisation est l’un des acteurs majeurs dans le secteur de la réadaptation physique pour les Syriens. Handicap International apporte son soutien à des structures de santé qui proposent des services de réadaptation complets ainsi que du soutien psycho-social. L’association organise également des activités d’éducation aux risques, pour sensibiliser la population aux dangers des armes explosives.

A propos de l’Organisation mondiale de la santé:

L’OMS est responsable du groupe de travail Santé en Syrie. Celui-ci est formé par des ONG et des agences des Nations Unies, dont l’action vise à évaluer et répondre correctement aux besoins des personnes blessées ou en situation de handicap dans le pays. Les efforts de l’OMS pour soutenir les services dédiés aux personnes handicapées sont guidés par les principes et l’approche décrits dans le plan d’action international relatif au handicap de l’OMS pour 2014 – 2021, le rapport mondial sur le handicap et la Convention relative aux droits des personnes handicapées.
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.
 

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»
© Benoit Almeras / HI

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»

À l'occasion du 7e anniversaire du conflit en Syrie, Handicap International (HI) rappelle à quel point les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par l’utilisation massive et continue d’armes explosives. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées - devenus courants dans les conflits actuels en Iraq, en Syrie et au Yémen - tuent et blessent à 92 % des civils.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.