Go to main content

"Ma famille est tout ce qui me reste"

Bénéficiaires Réadaptation Stop Bombing Civilians
Syrie

Moheileh, 60 ans, a été touchée par un bombardement en Syrie en 2012. Arrivée en Jordanie peu après cet accident, elle vit désormais dans le camp de réfugiés de Zaatari. Amputée d’une jambe, elle peut désormais se déplacer depuis qu’elle a été appareillée d’une prothèse par Handicap International. 

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ».

"Portraits réalisée dans le cadre d'un reportage organisé avec le soutien de ECHO (le service de la Commission européenne à l’aide humanitaire et à la protection civile), pour l’exposition « Bombardés ». | © P.Poulpiquet/Handicap International

"Cela fait quatre ans que je vis à Zaatari", explique Moheileh lorsqu’on la rencontre dans sa caravane. "La vie est dure, mais nous sommes en sécurité." De son quotidien, elle raconte : "Je ne fais rien de mes journées. Je m’allonge, je m’assieds, je me rallonge sur ce lit… Parfois, quand il fait beau, je me mets debout et je vais un peu dehors. S’il fait froid, je reste à l’intérieur… Je pense beaucoup. J’aimerais que cette guerre s’arrête, et pouvoir enfin rentrer chez moi."

Le regard triste, la grand-mère syrienne se souvient de son accident, avant son arrivée en Jordanie. "Nous étions assis chez nous quand des tanks sont arrivés dans le quartier et ont commencé à bombarder les maisons. J’ai été touchée à la jambe… " Peu de temps après, Moheileh arrive dans le camp de réfugiés de Zaatari. "C’est là que j’ai connu Handicap International", explique-t-elle. "On m’a parlé d’eux et je suis allée les voir. Ils m’ont d’abord donné une canne et un déambulateur. Et puis, un peu plus tard, ils m’ont appareillée d’une prothèse. Ils m’ont aussi aidée avec la physiothérapie. Je fais mes exercices régulièrement, cela facilite ma vie dans le camp et occupe un peu le temps."

Les petits-enfants de Moheileh assistent à la session réadaptation en riant. Elle les regarde, puis dit : "Ma famille est tout ce qui me reste. Je suis partie de Syrie avec mes vêtements sur le dos. Rien d’autre. Mais nous ne sommes pas tous là. Beaucoup sont à l’étranger, d’autres sont restés en Syrie… La guerre nous a séparés. J’espère que nous serons, un jour, réunis de nouveau."

 

 

 

 

> Handicap International sur la crise syrienne: la Syrie, un pays en conflit depuis six ans 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Soudan du Sud: Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul
@ HI
Bénéficiaires Insertion

Soudan du Sud: Grâce à son tricycle, Emmanuel peut se rendre à l’école tout seul

Emmanuel a douze ans. Paralysé des deux jambes, il peut se rendre à l’école depuis que Handicap international (HI) lui a fourni un tricycle. Dans ce pays ravagé par les conflits, l’association aide les personnes handicapées contre les exclusions dont elles peuvent souffrir. 
 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.