Goto main content
 
 

Malgré la pandémie de Covid-19, Sreyoun a pu poursuivre ses séances de réadaptation

Inclusion Insertion Réadaptation
Cambodge

La pandémie de Covid-19 n’a pas empêché la mère de Sreyoun et notre équipe de trouver des moyens pour aider la petite fille à progresser. La mère de Sreyoun est enchantée de voir sa fille s’épanouir.

 

Sreyoun - Reprise des séances de rééducation

Sreyoun - Reprise des séances de rééducation | © HI

Au centre de réadaptation de Kampong Cham au Cambodge, et malgré la pandémie de Covid-19, notre équipe n’a jamais cessé d’aider Sreyoun, née avec un handicap grave. Nous l’encourageons à devenir plus autonome grâce à des exercices de réadaptation quotidiens.

Âgée de 3 ans, Sreyoun vit avec ses parents dans un village situé à deux kilomètres du centre de réadaptation physique et fonctionnelle de Kampong Cham, géré par notre organisation. Atteinte d’une infirmité motrice cérébrale congénitale, elle a été orientée vers notre centre à l’âge de 14 mois. Au départ, Sreyoun bénéficiait de soins de physiothérapie trois fois par semaine et sa mère lui faisait faire des exercices de rééducation à la maison tous les jours.

Déterminée à poursuivre les exercices

Le contexte général a radicalement changé en mars 2020 avec le début de la pandémie de Covid-19, la détection des premiers cas au Cambodge et la fermeture des frontières. Afin d’assurer la sécurité de notre personnel et des bénéficiaires, nous avons pris la décision de fermer temporairement le centre. La mère de Sreyoun était toutefois déterminée à poursuivre les exercices que les physiothérapeutes lui avaient conseillés pour sa fille à domicile.

Réadaptation à distance

Notre équipe d’encadrement a suivi attentivement la crise, ainsi que les recommandations du gouvernement, et a pu proposer rapidement différents protocoles permettant de travailler en toute sécurité. Dès le mois d‘avril, nous avons notamment mis en place un service de télé réadaptation qui a permis de suivre et de soutenir à distance les bénéficiaires du centre de réadaptation, comme la petite Sreyoun. Nous avons aussi pu transmettre aux bénéficiaires et au personnel des messages de sensibilisation inclusifs sur la pandémie afin de les aider à se protéger contre le virus.

Reprise des séances de rééducation

En juin 2020, Sreyoun a pu revenir au centre de réadaptation. Depuis, afin de respecter les mesures de prévention, M. Khim Phirum, son physiothérapeute, montre les exercices à sa mère à l’aide d’une poupée. Elle est ravie :

« Ma fille va de mieux en mieux. Maintenant, elle peut bouger ses bras, tenir des objets, s’asseoir et se tenir debout avec un appui. Je continue à lui faire faire ses exercices de physiothérapie à la maison. J’espère vraiment que ma fille pourra bientôt tenir debout toute seule. »

Sreyoun continue à bien progresser 

Aujourd’hui, l’activité du centre de réadaptation est quasiment revenue à la normale. Malgré les difficultés liées au contexte, le nombre de consultations, d’appareillages fournis et de séances de réadaptation devrait comme l’année dernière dépasser les 2'500.

Published on: 19 février 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Education inclusive : notre travail au Sahel
© Danielle Tan / HI
Inclusion

Education inclusive : notre travail au Sahel

L’année dernière, nous avons mis en œuvre 52 projets pour l’inclusion des enfants handicapés à l’école dans 27 pays. Notre travail se concentre en particulier sur les enfants handicapés dans les pays à faible revenu comme les pays du Sahel.

Éducation, filles, handicap : Handicap International engagée à résoudre l'équation de l'exclusion
© Nicolas Axelrod-Ruom / HI
Inclusion Insertion

Éducation, filles, handicap : Handicap International engagée à résoudre l'équation de l'exclusion

Suite à une étude menée au Burkina Faso, au Mali et au Niger, nous alertons sur l'exclusion des filles handicapées de l'école. Dans le monde entier, les femmes handicapées ont trois fois plus de chance d'être analphabètes que les hommes non handicapés. Afin de mobiliser le public sur ce problème majeur, nous vous invitons à signer la pétition #School4all : tous les enfants ont droit à l’éducation.

Les nouveaux premiers pas de Fatehia
© ISNA Agency / HI
Inclusion Insertion Réadaptation

Les nouveaux premiers pas de Fatehia

Fatehia a 8 ans en 2019 lorsqu’elle est amputée d’une jambe suite à une attaque aérienne au Yémen à proximité de son école. Prise en charge par nos équipes, elle peut aujourd’hui remarcher avec une prothèse.