Go to main content

Népal: la vie après le séisme

Lors des tremblements de terre au Népal en avril et mai 2015, de nombreux enfants ont été blessés sous les décombres de leur maison. Handicap International aide ces enfants à reprendre la marche de leur vie, comme le montre l’histoire de la petite Khembro.

Khembro, 7 ans, a perdu sa jambe suite au tremblement de terre au Népal

Khembro, 7 ans, a perdu sa jambe suite au tremblement de terre au Népal | © J. Mouton/Handicap International

Khembro a 6 ans et vit à Sindupalchock, à 65 km de Katmandou. Lorsque la terre tremble, sa maison s’effondre, tuant sur le coup sa grand-mère et sa soeur aînée. Par chance, Khembro survit, mais sa jambe gauche est coincée sous les décombres. Lorsque Khembro atteint enfin l’hôpital de Katmandou, 4 jours après, il est malheureusement déjà trop tard pour sauver sa jambe. La petite fille doit subir une amputation.

"Quand elle s’est réveillée, elle nous a demandé où était sa jambe. Nous ne pouvions pas trouver le courage de lui dire la vérité et nous avons répondu qu’elle était toujours là", explique sa tante.

Nirmala, 8 ans, et Khembro, 7 ans, ont été blessées par le séisme et ont dû être amputées. Depuis quelques mois, elles suivent des séances de réadaptation intensives avec Handicap International. Nirmala a aidé Khembro à reprendre confiance et à retrouver son sourire. Elles se soutiennent mutuellement et viennent de recevoir une prothèse
© Tim Dirven / Handicap International

En plus des exercices avec le physiothérapeute de Handicap International, Khembro a reçu un soutien psychologique pour surmonter le traumatisme de la catastrophe et la perte de sa jambe. Pendant un certain temps, elle ne communiquait plus avec personne.

Aujourd’hui, sa situation s'améliore de jour en jour. Le physiothérapeute qui la suit, Sudan Rimal, nous raconte le chemin parcouru depuis son arrivée à l’hôpital: "Juste après l’amputation, sa situation était très préoccupante. Sa jambe était infectée et elle était très faible. Khembro pleurait dès que l’on s’approchait d’elle. J’ai adapté tous les exercices sous forme de jeux, et nous les avons faits en compagnie de Nirmala, une autre petite fille amputée. Cela a permis à Khembro de sortir de sa timidité. Maintenant, Khembro partage volontiers les souvenirs  de sa vie de famille. Elle se déplace de manière autonome en sautillant. Je suis fier du travail que nous avons accompli avec elle."

Nirmala, 8 ans, et Khembro, 7 ans, ont été blessées par le séisme et ont dû être amputées. Depuis quelques mois, elles suivent des séances de réadaptation intensives avec Handicap International. Nirmala a aidé Khembro à reprendre confiance et à retrouver son sourire. Elles se soutiennent mutuellement et ont reçu récemment une prothèse
© Tim Dirven / Handicap International

Grâce à l’aide de nos fidèles donateurs, elle pourra bientôt recevoir une prothèse adaptée et après un entraînement d’un mois, elle devrait pouvoir marcher de nouveau, et vivre comme tous les enfants de son âge.

Notre action au Népal depuis le séisme :

  • 24 physiothérapeutes dans 11 hôpitaux de la vallée de Katmandou, dans des hôpitaux du district de Nuwakot (Bidur, Trisuli) et de Sindhupalchok, et dans les communautés de 7 districts
  • Plus de 1 900 victimes prises en charge
  • Près de 8 000 séances de rééducation dispensées
  • Près de 1 300 aides à la mobilité (chaises roulantes, béquilles, déambulateurs, attelles, etc.) distribuées
  • Plus de 4 300 kits de première nécessité distribués (tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couvertures) et du matériel permettant de protéger plus de 11 000 personnes de la mousson
  • Gestion d’un centre de stockage de l’aide humanitaire internationale à Katmandou
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Six idées reçues sur les bombardements des civils
PH. Houliat | HI

Six idées reçues sur les bombardements des civils

Dommages collatéraux, frappes chirurgicales, guerres sales… Une fatalité lors des conflits ? Découvrez aussi pourquoi il est urgent de mettre fin à cette pratique intolérable.

4 avril : Journée internationale de lutte contre les mines

4 avril : Journée internationale de lutte contre les mines

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les mines, HI s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de civils victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2016 (sur un total de 45 624 victimes), selon Action on Armed Violence (AOAV). Le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017, sachant que les civils représentent 90 % des victimes des armes explosives quand elles ont utilisées en zones peuplées. 

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.