Goto main content
 
 

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées

Mines et autres armes
International

Lundi 10 février 2020, aux Nations unies à Genève, les délégations des États, les militaires, les agences des Nations unies et la société civile se sont réunies pour discuter d'une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Handicap International (HI) et les membres du Réseau international sur les armes explosives (INEW) dialoguent avec les États pour les convaincre d'élaborer une déclaration politique forte. Il est urgent de mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et de soutenir les victimes.

Deuxième cycle de négociations à Genève sur la déclaration politique contre le bombardement des civils dans les zones peuplées

Deuxième cycle de négociations à Genève sur la déclaration politique contre le bombardement des civils dans les zones peuplées | © HI

Plus de 80 États participent actuellement aux pourparlers visant à élaborer une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Des éléments de la déclaration politique circulent actuellement entre les délégations des États et les experts.

  • Selon les premiers éléments disponibles, le projet de déclaration politique reconnait clairement les dommages causés par les armes explosives en zones peuplées et suggèrent un engagement fort contre les armes explosives à large rayon d’impact. Cela montre que le projet de déclaration politique a désormais des objectifs précis. Il indique également clairement que l'engagement sera important en ce qui concerne l'assistance aux victimes et l'aide humanitaire aux populations touchées.  
  • Ce deuxième cycle de négociations, après une première réunion à Genève en novembre dernier, sera suivi d’autres consultations fin mars. Ce processus diplomatique se conclura lors d'une conférence prévue en mai à Dublin quand la déclaration politique sera ouverte aux États pour approbation.

HI demande une déclaration politique forte

« Pendant tout le processus de négociation, HI veut garantir 3 points. Nous voulons nous assurer que la déclaration demandera aux États de "cesser" d'utiliser des armes explosives à large rayon d’impact dans les zones peuplées. Nous réclamons que le texte inclue l’obligation pour les États d'aider les victimes et leurs communautés. Et nous exigeons des militaires qu'ils partagent leurs politiques et pratiques pour la protection des civils dans les conflits armés » déclare Marco Kirschbaum, directeur de Handicap International Suisse (HI).

  • HI demande le soutien des citoyens pour mobiliser les parlementaires de 7 pays (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Royaume-Uni et Suisse) et s'assurer que les gouvernements s'engagent : les citoyens sont invités à écrire à leur député sur une plateforme internet dédiée pour demander à leur gouvernement de soutenir la déclaration contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Interpellez vos Conseillers nationaux ! 

Les conflits armés se déroulent de plus en plus dans des zones peuplées, principalement les villes. L'impact de l'utilisation d'armes explosives est dévastateur pour les civils : en 2019, Action on Armed Violence (AOAV) a enregistré 29'500 morts et blessés dus à l'utilisation d'armes explosives dans le monde. Les civils sont les principales victimes des armes explosives en zones peuplées : 66% des victimes en 2019 soit 19'400 personnes tuées ou blessées. Lorsque des armes explosives sont utilisées en zones peuplées, plus de 90% des personnes tuées et blessées sont des civils.

L'utilisation des armes explosives, en particulier celles à large rayon d’impact, en zones peuplées détruit des infrastructures essentielles comme des maisons, des hôpitaux, des écoles, etc., laisse une contamination massive par des restes explosifs et constitue l'un des principaux facteurs de déplacement forcé des populations.

Published on: 10 février 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international
© Said Khlaifat / HI
Mines et autres armes

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Mines et autres armes

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine

A ce jour, le plan de réponse humanitaire en RCA n’est qu’à moitié financé. Avec d’autres ONG internationales nous appelons à la mobilisation des autorités centrafricaines et des donateurs afin d’assurer la réponse humanitaire et la protection des civils.