Go to main content

RDC: crise humanitaire dans le grand Kasaï

Urgence
République démocratique du Congo

"Des journées entières sans manger, sans dormir, dans l’angoisse d’une éventuelle attaque". La crise humanitaire, qui déchire le grand Kasaï, en République démocratique du Congo, affecte plus de deux millions de personnes. Handicap International a envoyé des urgentistes en renfort des équipes mobilisées sur place. Sulu Bellarmin, chauffeur et assistant logistique pour l’association, témoigne en direct du Kasaï.

Sulu_Kasaï

Sulu Bellarmin, chauffeur et assistant log pour Handicap International, témoigne au sujet de la situation dans le Kasai et de l'intervention d'urgence de Handicap | © Handicap International

Quel est l’impact de cette crise auprès des populations locales ?

"Le climat d’insécurité est très élevé: meurtres, viols, destruction d’habitats, cambriolages – tout le monde a peur. Des milliers de personnes sont déplacées, certains se réfugient chez des proches, d’autres campent dans des zones rurales. Au niveau économique, la voie ferroviaire acheminant les denrées alimentaires dans la ville de Kananga n’est plus opérationnelle, et les prix ont fortement augmenté. Dans ce contexte d’insécurité, les vendeurs ne se déplacent plus à vélo auprès des familles. Il y a un manque considérable de médicaments, de nourriture, de produits de première nécessité (hygiène, etc.). La situation est très critique."

De quelle manière tes proches sont-ils affectés ?

"Ma famille et moi, nous sommes fortement touchés par cette crise. Nous n’avions jamais connu une situation de conflit, où les balles volent de tous les côtés. Nous avons passé des journées entières sans manger, sans dormir, dans l’angoisse d’une éventuelle attaque dans notre quartier, qui se vide de jour en jour. Nous nous sommes déplacés dans une maison plus chère et plus petite, où nous sommes en relative sécurité. Cette situation est très angoissante."

Quelles sont les conditions de travail dans ce contexte ?

"Nous travaillons tous sous pression dans un contexte tendu. Je m’occupe de la logistique (achat, recherche de logements, recherche de fournisseurs, etc.) depuis le lancement de l’intervention d’urgence, et je continue mon travail de chauffeur. Handicap International mène une intervention d’urgence afin de venir en aide aux victimes de cette crise, notamment en proposant des  séances de réadaptation aux personnes blessées et en favorisant l’acheminement de l’aide humanitaire dans des zones reculées. Cela me soulage de me dire que j’aide les personnes les plus fragiles, c’est une de mes priorités."

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.