Go to main content

Tsunami en Indonésie : de nombreuses victimes restent inaccessibles

Urgence
Indonésie

Les conséquences du séisme puis un tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10'000 le nombre de blessés et 800 celui des personnes portées disparues.

Dégâts dans le centre-ville de Palu, Sulawesi.

Dégâts dans le centre-ville de Palu, Sulawesi | © CIS-Timor / HI

L’équipe d’urgence de HI, arrivée en Indonésie, s’organise pour apporter l’aide la plus pertinente possible aux victimes du tsunami et de ses conséquences.

« Les quatre experts de HI se sont séparés en deux équipes. L’une est à Makassar, aéroport au Sud de l’Ile affectée de Sulawesi et d’où l’aide peut être acheminée. L’autre est à Jakarta, pour coordonner la réponse de HI avec les autorités et organisations humanitaires »

« Les conséquences du tsunami, comme les glissements de terrain et les phénomènes de liquéfaction, n’ont pas permis aux secours d’accéder tout de suite à certaines zones fortement touchées »

Fanny Mraz, directrice des équipes d’urgence de HI

Malgré ces défis, HI va bientôt finaliser l’évaluation des besoins de santé des victimes du tsunami et de ses conséquences à Sulawesi, plus particulièrement en ce qui concerne soins de réadaptation et le soutien mental et psychosocial En effet, depuis ce week-end, son partenaire local CIS-Timor, acteur dans le domaine de la santé, analyse les besoins prioritaires des populations.

« Il est clair que le plus grand besoin est l’aide aux blessés, suivi de la prévention des maladies résultant des dommages causés aux infrastructures et réseaux d’eau : diarrhées, infections respiratoires »

poursuit Fanny Mraz

Défis logistiques

« La situation sur place est compliquée, nos équipes font face à de nombreux défis. D’abord, plus de 68 % des centres de santé seraient dysfonctionnels, ce qui explique la saturation des hôpitaux dans la zone. Alors que plus de 10'000 personnes sont blessées, dont près de 2'500 blessés sévères ! Ce nombre ne cesse d’augmenter », s’alarme la directrice des équipes d’urgence de HI. « Être présents à Makassar nous permettra d’acheminer très rapidement une aide matérielle aux victimes, comme des béquilles ou des kits pour couvrir leurs besoins essentiels ».

Réunion de nuit pour organiser l’aide aux victimes du tsunami, à Palu, Sulawesi. Les partenaires locaux de HI, CIS-Timor, sont pour l’instant logés sous tente alors qu’ils mènent l’évaluation des besoins dans la zone.
© CIS-Timor / HI


Présente dans le pays depuis 2005, HI y soutient de manière régulière les victimes de catastrophes naturelles. Ses membres organisent des ateliers de prévention des désastres et des ateliers visant à améliorer la résilience des communautés.

Published on: 9 octobre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Récoltes détruites au Mozambique : HI s’apprête à distribuer des rations alimentaires
© Fabrice Renoux/HI
Urgence

Récoltes détruites au Mozambique : HI s’apprête à distribuer des rations alimentaires

Dans les régions du Mozambique dévastées par le cyclone Idai, l’insécurité alimentaire devrait grimper en flèche dans les prochains mois. Nous distribuerons de l’aide alimentaire à 12'000 familles.

HI accentue son déploiement  pour aider les plus fragiles
© Candido Jesus / HI
Urgence

HI accentue son déploiement pour aider les plus fragiles

Pour faire face à la menace qui pèse sur les personnes les plus vulnérables, HI déploie des renforts supplémentaires au Mozambique. 

Cyclone Idai : le personnel de HI à Beira, au Mozambique, est sain et sauf
© Candido Jesus/HI
Urgence

Cyclone Idai : le personnel de HI à Beira, au Mozambique, est sain et sauf

Dévastée par le cyclone Idai le 15 mars, la ville de Beira au Mozambique, a été coupée du reste du monde pendant plus de 48h. Nous commençons à recevoir les premières images et les premiers récits.