Go to main content
 
 

Le traitement du pied bot

L'association intervient aujourd'hui dans une quinzaine de pays, notamment à Madagascar, en République Démocratique du Congo, au Cambodge, Népal, Sénégal, Mali, Burkina Faso, Vietnam... Elle a développé une grande expertise de la technique de la réadaptation dite "méthode Ponseti" qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années. Des milliers d'enfants ont ainsi bénéficié d'une prise en charge par les équipes de Handicap International et des centaines de professionnels de santé ont été formés à cette méthode.

(c) P. Proek / Handicap International

DÉFINITION

Qu'est-ce que le pied bot ? Il s’agit d’une déformation d’un ou des deux pieds, visible dès la naissance pour un oeil exercé. Les os, les articulations, les tendons et les muscles sont raidis et le pied se retrouve dans une mauvaise position. Dans 1 cas sur 2, les deux pieds sont affectés symétriquement. Il existe plusieurs formes de pied bot, de la plus modérée à la plus sévère. Dans tous les cas, un traitement adéquat dans les premiers mois de la vie d’un enfant permet de corriger la déformation et d’éviter définitivement le handicap et ses lourdes conséquences.

1. La diagnostique dès la naissance

Pour obtenir une guérison totale, il est impératif d’intervenir tôt, dès les premiers jours de la vie du bébé. Nous formons le personnel et les agents de santé à cette détection précoce du pied bot. Il faut ensuite bien respecter la durée du traitement. Nous informons donc les parents sur le protocole de soins et sur les séquelles encourues sans traitement, et nous leur apprenons les gestes appropriés.

2. Les plâtres correctifs successifs

Notre physiothérapeute pose un premier plâtre qui s’étend de la cuisse aux orteils. Ce plâtre sera remplacé en consultation chaque semaine, pendant 6 semaines, afin d’apporter à chaque séance une nouvelle correction. Une opération chirurgicale du tendon est souvent effectuée avant le dernier plâtre. Il s’agit d’une phase capitale qui nécessite expérience et maîtrise de la part de nos équipes.

3. La mise en place des atelles orthopédiques

Après le dernier plâtre, nos équipes mettent en place une attelle orthopédique constituée de deux petits chaussons et d’une barre qui les relie, réglés très précisément de façon à maintenir le pied bot fortement tourné vers l’extérieur.  L’attelle doit impérativement être portée en permanence, 24 h/24 les 4 premiers mois. Nos médecins doivent ensuite ajuster et remplace l’attelle tous les 4 mois pour assurer une bonne évolution de la correction du pied. 

4. Les contrôles cliniques et le suivi de l'enfant

Des contrôles cliniques sont réalisés jusqu’à l’âge de la marche. Lorsque la marche est acquise, nos équipes établissent un bilan radiographique. Après l’arrêt du port de l’attelle orthopédique avec chaussons, entre les 3 et les 4 ans de l’enfant selon les cas, le rythme de surveillance est espacé, de 1 à 2 contrôles par an, jusqu’à la fin de la croissance afin de prévenir la
récidive.

Handicap International propose une prise en charge complète, depuis les premiers soins de l’enfant jusqu’à la formation et au soutien financier de la famille pour assurer la réussite de du traitement.
Rozenn Botokro, référente technique en réadaptation de Handicap International, explique: “Chaque semaine, les parents viennent avec leur bébé au centre de réadaptation pour remplacer les plâtres, vérifier la bonne évolution du traitement et effectuer de nouvelles manipulations sur le pied. L’implication et la disponibilité des parents sont absolument essentielles, en particulier pour assurer le port quotidien des attelles. C’est la raison pour laquelle Handicap International prévoit, lorsque nécessaire un soutien financier pour les frais de transport et de soins. Dans certains pays, comme au Cambodge, est fourni un soutien spécifique d’accueil et d’hébergement pour les familles très pauvres et qui habitent loin des centres afin qu’elles puissent suivre correctement les soins.”

 

 

 

DÉFINITION

Qu'est-ce que le pied bot ? Il s’agit d’une déformation d’un ou des deux pieds, visible dès la naissance pour un oeil exercé. Les os, les articulations, les tendons et les muscles sont raidis et le pied se retrouve dans une mauvaise position. Dans 1 cas sur 2, les deux pieds sont affectés symétriquement. Il existe plusieurs formes de pied bot, de la plus modérée à la plus sévère. Dans tous les cas, un traitement adéquat dans les premiers mois de la vie d’un enfant permet de corriger la déformation et d’éviter définitivement le handicap et ses lourdes conséquences.

1. La diagnostique dès la naissance

Pour obtenir une guérison totale, il est impératif d’intervenir tôt, dès les premiers jours de la vie du bébé. Nous formons le personnel et les agents de santé à cette détection précoce du pied bot. Il faut ensuite bien respecter la durée du traitement. Nous informons donc les parents sur le protocole de soins et sur les séquelles encourues sans traitement, et nous leur apprenons les gestes appropriés.

2. Les plâtres correctifs successifs

Notre physiothérapeute pose un premier plâtre qui s’étend de la cuisse aux orteils. Ce plâtre sera remplacé en consultation chaque semaine, pendant 6 semaines, afin d’apporter à chaque séance une nouvelle correction. Une opération chirurgicale du tendon est souvent effectuée avant le dernier plâtre. Il s’agit d’une phase capitale qui nécessite expérience et maîtrise de la part de nos équipes.

3. La mise en place des atelles orthopédiques

Après le dernier plâtre, nos équipes mettent en place une attelle orthopédique constituée de deux petits chaussons et d’une barre qui les relie, réglés très précisément de façon à maintenir le pied bot fortement tourné vers l’extérieur.  L’attelle doit impérativement être portée en permanence, 24 h/24 les 4 premiers mois. Nos médecins doivent ensuite ajuster et remplace l’attelle tous les 4 mois pour assurer une bonne évolution de la correction du pied. 

4. Les contrôles cliniques et le suivi de l'enfant

Des contrôles cliniques sont réalisés jusqu’à l’âge de la marche. Lorsque la marche est acquise, nos équipes établissent un bilan radiographique. Après l’arrêt du port de l’attelle orthopédique avec chaussons, entre les 3 et les 4 ans de l’enfant selon les cas, le rythme de surveillance est espacé, de 1 à 2 contrôles par an, jusqu’à la fin de la croissance afin de prévenir la
récidive.

Handicap International propose une prise en charge complète, depuis les premiers soins de l’enfant jusqu’à la formation et au soutien financier de la famille pour assurer la réussite de du traitement.
Rozenn Botokro, référente technique en réadaptation de Handicap International, explique: “Chaque semaine, les parents viennent avec leur bébé au centre de réadaptation pour remplacer les plâtres, vérifier la bonne évolution du traitement et effectuer de nouvelles manipulations sur le pied. L’implication et la disponibilité des parents sont absolument essentielles, en particulier pour assurer le port quotidien des attelles. C’est la raison pour laquelle Handicap International prévoit, lorsque nécessaire un soutien financier pour les frais de transport et de soins. Dans certains pays, comme au Cambodge, est fourni un soutien spécifique d’accueil et d’hébergement pour les familles très pauvres et qui habitent loin des centres afin qu’elles puissent suivre correctement les soins.”

 

 

 

Pour aller plus loin

Les civils en danger avec les mines «intelligentes» américaines
Basile Barbey / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians Urgence

Les civils en danger avec les mines «intelligentes» américaines

Ce 4 avril 2020, à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux mines, nous appelons les Suissesses et les Suisses à faire pression sur les Etats-Unis pour annuler leur décision de réutilisation des mines antipersonnel annoncée le 31 janvier dernier.

Entretien avec Daniel Suda-Lang sur son voyage terrain en Colombie
(c) Daniel Suda-Lang / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Entretien avec Daniel Suda-Lang sur son voyage terrain en Colombie

A l’occasion de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte anti-mines ce samedi 4 avril, découvrez le témoignage de Daniel Suda-Lang, notre collaborateur à Genève qui s’est rendu en Colombie début mars. 

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables
© Dominique Pichard / HI (Archive HI)
Santé Urgence

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables

Handicap InternationaI (HI) évalue ses moyens d’action et souhaite mettre à profit son expertise des situations d’urgence et son expérience dans les situations épidémiques passées, afin de protéger les plus fragiles.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les civils en danger avec les mines «intelligentes» américaines
Basile Barbey / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians Urgence

Les civils en danger avec les mines «intelligentes» américaines

Ce 4 avril 2020, à l’occasion de la Journée internationale de sensibilisation aux mines, nous appelons les Suissesses et les Suisses à faire pression sur les Etats-Unis pour annuler leur décision de réutilisation des mines antipersonnel annoncée le 31 janvier dernier.

Entretien avec Daniel Suda-Lang sur son voyage terrain en Colombie
(c) Daniel Suda-Lang / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Entretien avec Daniel Suda-Lang sur son voyage terrain en Colombie

A l’occasion de la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l'assistance à la lutte anti-mines ce samedi 4 avril, découvrez le témoignage de Daniel Suda-Lang, notre collaborateur à Genève qui s’est rendu en Colombie début mars. 

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables
© Dominique Pichard / HI (Archive HI)
Santé Urgence

Covid-19 : l'expérience de HI pour aider à protéger les plus vulnérables

Handicap InternationaI (HI) évalue ses moyens d’action et souhaite mettre à profit son expertise des situations d’urgence et son expérience dans les situations épidémiques passées, afin de protéger les plus fragiles.