Go to main content

Abdelillah: les yeux vers l’avenir

Irak

Abdelillah a perdu l’une de ses jambes lors des conflits armés dans sa ville d’origine, en Irak, il y a plus de dix ans. En 2014, lorsque le groupe Etat Islamique a pris le contrôle de sa région, Abdelillah a fui avec les membres de sa famille, vers le nord du pays. Dans le cadre de l’assistance aux déplacés irakiens, Handicap International propose à Abdelillah des séances de soutien psycho-social et de physiothérapie.

Shwan, travailleur de Handicap International, écoute le récit d’Abdelillah lors d’une session de soutien psychosocial

Shwan, travailleur de Handicap International, écoute le récit d’Abdelillah lors d’une session de soutien psychosocial | © E. Fourt / Handicap International

Se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment: nombreux sont les accidents de la vie qui commencent de cette façon. Et l’histoire d’Abdelillah n’en est qu’une des multiples illustrations. "C’était en 2005, se rappelle-t-il alors que l’équipe de soutien psycho-social de Handicap International lui rend visite dans la modeste batisse qu’il occupe avec sa famille dans le gouvernorat de Kirkouk. A l’époque, je vivais dans un village au centre de l’Irak. Un jour, alors que je me trouvais dans la rue, une attaque à la voiture piégée a eu lieu. Puis, cela a très vite été suivi d’échanges intenses de coups de feu. Une balle a traversé ma jambe et j’ai perdu connaissance. Quelques heures plus tard, je me suis reveillé à l’hôpital et j’ai réalisé que l’on m’avait amputé. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser que je ne méritais pas ce qui m’arrivait, que ma vie n’avait désormais plus d’intérêt. Ce jour-là, j’ai sombré dans une dépression si intense qu’elle a duré pendant plusieurs années."

Shwan, travailleur psycho-social pour Handicap International, écoute patiemment Abdelillah alors qu’il continue son récit. "Des mois après mon opération, je faisais encore des cauchemars quotidiennement. J’avais l’impression que je n’avais plus ma place dans ce monde. Dans notre société, on accorde très peu d’attention aux personnes handicapées… En 2014, les choses ont encore empiré. Nous avons du fuir notre ville, avec ma famille, pour échapper à l’avancée du groupe Etat Islamique dans notre région. Nous nous sommes d’abord installés quelques mois à Bagdad, mais la vie y était trop dure pour nous. Nous avons ensuite pris la décision de nous rendre à Kirkouk, plus au nord, ne sachant que faire face à la situation dans laquelle nous nous trouvions."

La même année, Handicap International démarre une intervention d’urgence face à la crise qui ravage le pays et à l’afflux de la population syrienne fuyant la guerre voisine. En 2015, l’association développe ses activités dans le gouvernorat de Kirkouk, qui accueille désormais des centaines de milliers de réfugiés et de déplacés. Une réponse globale, alliant des activités aussi variées que l’éducation aux risques des mines, la physiothérapie, le soutien psychosocial ou encore la protection des personnes les plus vulnérables.

Au début de l’année 2016, une équipe d’éducation aux risques des mines frappe à la porte d’Abdelillah lors de l’une de ses tournées quotidiennes. Les professionnels de l’association cernent immédiatement son mal-être et lui proposent de participer à des séances collectives de soutien psycho-social.  "Au début, je ne savais même pas ce que soutien psycho-social signifiait, se souvient Abdelillah. J’y suis allé juste pour essayer, je ne me doutais pas que ces sessions changeraient mon existence… Dès la première séance, j’ai compris que la façon dont je me sentais dépendait en grande partie de mon attitude face à la vie. J’ai aussi réalisé que des gens m’accordaient de l’intérêt et que mon handicap ne les empêchait pas de se soucier de moi. J’ai également réalisé que d’autres personnes se trouvaient dans la même situation que moi."

"Les progrès qu’Abdelillah a fait en si peu de temps sont impressionnants, ajoute Shwan. Il est beaucoup plus épanoui, plus positif qu’au début. On sent vraiment l’impact que les sessions ont eues sur lui. " Depuis l’intervention de Handicap International, Abdelillah a retrouvé espoir et pense de nouveau à l’avenir. Il projette d’ouvrir prochainement sa propre boutique de téléphonie, et de retourner dans sa ville d’origine lorsque la paix sera revenue.

"Si je pouvais donner un conseil à d’autres personnes amputées, conclue Abdelillah, ce serait de ne pas regarder en arrière et de tourner les yeux vers l’avenir. C’est le seul secret pour s’en sortir."

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pour la première fois depuis le bombardement, Abdel Rahman se lève et avance
© William Daniels / HI
Réadaptation Urgence

Pour la première fois depuis le bombardement, Abdel Rahman se lève et avance

Abdel Rahman, 12 ans, a été victime d’un bombardement à Mossoul en mai 2017. Désormais amputé de la jambe droite, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham en Irak. Les équipes de Handicap International (HI) l’accompagnent avec des sessions de réadaptation et de soutien psychologique.

Les premiers pas d’Amira
© E. Fourt / Handicap International

Les premiers pas d’Amira

Amira a 11 ans. Au mois de mars 2017, elle a été victime d’un bombardement à Mossoul et souffre depuis d’une fracture à la jambe. Elle vit dans le camp de déplacés de Hasansham avec sa famille, où elle reçoit des soins de réadaptation de la part de Handicap International (HI). 

A Mossoul, il reste tant à faire pour les populations civiles
© E. Fourt / Handicap International

A Mossoul, il reste tant à faire pour les populations civiles

Genève, le 11 juillet 2017. Alors que les autorités irakiennes ont annoncé ce dimanche la fin de la bataille de Mossoul, Handicap International s’inquiète de l’après et de l’immense traumatisme que les populations civiles ont vécu durant 9 mois de bataille. Les personnes blessées et atteintes psychiquement nécessitent des soins de réadaptation et un soutien psycho-social. De plus, malgré la fin des combats, le retour des civils représente un danger important en raison des restes explosifs de guerre présents dans toute la ville. L’organisation sensibilise les populations aux dangers des restes explosifs de guerre et engins explosifs improvisés.