Go to main content
 
 

Irak

Secourir les déplacés irakiens et les réfugiés syriens, parallèlement aux projets de long terme: appui à la fabrication de prothèses, soins de physiothérapie et lutte contre les mines et restes explosifs de guerre.

 Irak - Camp de Khazir où Handicap International aide les déplacés irakiens les plus vulnérables.

© Camille Borie / Handicap International

Actions en cours

En Irak, Handicap international (HI) apporte depuis plus de 20 ans son savoir-faire aux services de fabrication de prothèses et de physiothérapie. L’association met également en œuvre des actions de promotion des droits et d’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées.

Depuis mai 2014, HI intervient auprès des déplacés irakiens. Les personnes handicapées et les plus vulnérables, réfugiées au Kurdistan irakien, sont prises en charge par des équipes mobiles de réadaptation. Selon leurs besoins, elles reçoivent des aides à la mobilité (béquilles, déambulateur, fauteuils roulants, etc.), des soins de rééducation et/ou sont orientées et transportées si nécessaire vers les organisations offrant les aides dont elles ont besoin.

HI vient également en aide aux réfugiés syriens dans le gouvernorat d’Erbil. L’objectif est d’assurer l’accès à l’aide humanitaire des personnes handicapées et des personnes considérées comme particulièrement vulnérables. Des équipes mobiles distribuent également des aides à la mobilité telles que béquilles, déambulateurs, fauteuils roulants… Des points relais "handicap et vulnérabilité" s'assurent que les plus faibles accèdent à l'aide humanitaire, notamment grâce à une cartographie des services existants.

Fin 2016, l’association a également déclenché une intervention spécifique au profit des déplacés fuyant les combats autour de la ville de Mossoul.

Enfin, HI continue de sensibiliser les populations civiles aux risques des restes explosifs de guerre et des engins explosifs improvisés.  L’association vient également en aide aux victimes de ces restes explosifs de guerre et aux populations déplacées à la suite de ces combats.

En octobre 2016, plus de 130'000 personnes ont déjà bénéficié de ces actions. Plus d’un tiers de ces personnes étaient atteintes d’un handicap.

Paroles du terrain

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Pour la première fois depuis le bombardement, Abdel Rahman se lève et avance
© William Daniels / HI
Bénéficiaires Réadaptation Urgence

Pour la première fois depuis le bombardement, Abdel Rahman se lève et avance

Abdel Rahman, 12 ans, a été victime d’un bombardement à Mossoul en mai 2017. Désormais amputé de la jambe droite, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham en Irak. Les équipes de Handicap International (HI) l’accompagnent avec des sessions de réadaptation et de soutien psychologique.

Aidez-les
concrètement

Situation du pays

Guerres, attentats et crises politiques se succèdent en Irak depuis 35 ans. Les civils en sont les premières victimes.

Depuis 1979 et l'arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, l'Irak a connu trois guerres meurtrières, des répressions sanglantes dont celles des Kurdes et des Chiites, et plus de dix ans d'embargo. En avril 2003, une coalition menée par les États-Unis et le Royaume-Uni renverse le régime de Saddam Hussein. Cette troisième guerre du Golfe s'achève le 1er mai 2003, mais depuis, attentats et crises politiques se succèdent. Rien qu’entre mars 2003 et janvier 2012, 250'000 civils sont touchés par la violence armée.

L’Irak est considéré comme l'un des pays les plus contaminés au monde par les mines et les sous-munitions.

En octobre 2016,  plus de 3 millions de personnes  avaient dû fuir les violences qui touchent le pays, particulièrement dans les gouvernorats d’Anbar et Ninive, et notamment cherché refuge dans les régions du Nord du pays (dont près de 30% dans le seul Kurdistan irakien). Les premières estimations du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés indiquent que 40% de ces réfugiés présentent des critères de vulnérabilité, alors que les services de santé de ces régions sont poussés aux limites de leurs capacités. Présente au Kurdistan irakien depuis 1991, Handicap International soutient les personnes déplacées blessées ou handicapées. L'objectif est de répondre à leurs besoins spécifiques et de leur assurer un accès à l’aide humanitaire. L'association apporte également un appui aux organisations présentes – ONG et autorités locales et régionales – pour garantir la prise en compte des besoins particuliers des personnes handicapées et vulnérables dans la réponse humanitaire.

Chiffres clés Irak Handicap International
Chiffres clés Irak Handicap International
Nos actions
pays
par pays