Go to main content

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Urgence
Irak

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Au-delà des blessés, la présence massive de restes explosifs dans la ville empêche le retour des populations à une vie normale après des années de traumatisme.

Au-delà des blessés, la présence massive de restes explosifs dans la ville empêche le retour des populations à une vie normale après des années de traumatisme. | © Fanny Mraz / HI

Une contamination sans précédent

Entre octobre 2016 et juillet 2017, plus de 1 700 frappes aériennes et 2 800 explosions ont touché la ville de Mossoul et ont laissé derrière elles une quantité sans précédent de restes explosifs de guerre. A cela s’ajoutent les milliers de bombes artisanales laissées comme des pièges par le groupe Etat Islamique. Sur le seul hôpital d’Al-Shifa, 1 500 restes explosifs de guerre ont été retrouvés[3]. Aujourd’hui encore, les accidents sont nombreux et des zones entières de la ville, dangereusement contaminées, demeurent inaccessibles. Depuis le 10 juillet 2017, il a été reporté à HI 127 accidents faisant 186 victimes dans la province de Ninive. Un chiffre sans aucun doute bien en deçà de la réalité, le recensement des victimes étant incertain.


Les civils en première ligne

Les conséquences pour les civils sont lourdes - blessures graves, handicaps permanents, amputations. Entre le 10 juillet 2017 et le 15 mars 2018, 1 225 personnes ont bénéficié des services de réadaptation de HI. Parmi elles, 34% ont été blessées dans le conflit [4], dont 86% par des armes explosives.

Au-delà des blessés, la présence massive de restes explosifs dans la ville empêche le retour des populations à une vie normale après des années de traumatisme. Au 15 mai 2018, 57% des déplacés originaires du district de Ninive [5] n’avaient pas prévu de rentrer chez eux. Parmi eux, 22% citent la présence d’engins explosifs improvisés et de restes explosifs comme motif de non-retour.

« Il faudra des années pour reconstruire et déminer Mossoul »

HI appelle aujourd’hui la communauté internationale à faire face à ses responsabilités. La disproportion des attaques menées et l’importance des pièges que représentent les engins explosifs improvisés font de Mossoul l’une des villes les plus minées au monde. 

« L’urgence est de déminer et de sensibiliser la population aux dangers qu’elle court face aux restes explosifs, et de prendre en charge les victimes. Sur le terrain, nous sommes opérationnels. Mais l’enjeu est maintenant que les Etats soutiennent sur le long terme les opérations de déminage » souligne Thomas Hugonnier, responsables des opérations de déminage de HI.

« La communauté internationale doit tout faire pour lever les entraves au retour à une vie normale pour la population de Mossoul, aujourd’hui traumatisée » ajoute-t-il.

Retrouvez le rapport "Explosive hazards: another fear for the population in Mosul” de Handicap International.

 

Handicap International en Irak

Présente en Irak depuis 25 ans, HI intervient depuis 2014 aux cotés des déplacés, au plus près des zones de conflit. L’ONG accompagne les blessés et les personnes vulnérables, dispense des séances d’éducation aux risques des mines auprès des communautés et démine les zones les plus durement touchées par les restes explosifs de guerre. 
 


  1.   ONU Habitat et Programme des Nations unies pour l’environnement
  2.   Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC)
  3.   Service de l’action anti-mines des Nations Unies (UNMAS)
  4.   Ces blessures causées lors du conflit comprennent des blessures par balles, armes explosives et autres formes de violence (notamment la torture), et des blessures causées par des événements liés à la crise
  5.   REACH, CCCM cluster, Iraq: Camps Intentions Survey Round 2 National Level, January 2018

 


Lire le communiqué de presse en version PDF 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées. 

A la veille d’une conférence humanitaire sur le Yémen à Paris : appel de 15 ONGs à la protection des civils
© Camille Gillardeau / HI
Urgence

A la veille d’une conférence humanitaire sur le Yémen à Paris : appel de 15 ONGs à la protection des civils

15 organisations humanitaires et de défense des droits humains ont demandé aujourd’hui au gouvernement français d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour convaincre leurs alliés, notamment l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de minimiser l’impact sur les civils de l’attaque en cours sur la ville de Hodeidah, qui abrite le plus grand port du Yémen. La conférence internationale humanitaire sur le Yémen organisée à Paris le 27 juin ne sera utile que si elle contribue à prévenir cette nouvelle catastrophe humanitaire et à améliorer la protection des civils sur tout le territoire yéménite, estiment les ONG.