Go to main content

Bombardement d’un hôpital MSF au Nord du Yémen

Urgence

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, un hôpital géré par l’organisation humanitaire Médecins sans frontières a été touché par un raid aérien. Aucune victime n’est heureusement à déplorer dans cette dernière attaque qui a eu lieu le 27 octobre dans le Nord du Yémen.

Logo_Msf

Mais la totalité de l’hôpital et son matériel ont été détruits. Au moins  200 000 personnes de la région n’ont plus d’accès à des services de santé vitaux. Au cours des bombardements à Kunduz, en Afghanistan, le 3 octobre dernier, au moins trente personnes dont treize employés de l’organisation avaient péri. [1]

Une fois encore, le Droit humanitaire international a été violé. Ce nouveau bombardement contre un centre de santé témoigne d’un mépris absolu pour la vie des civils. Handicap International demande à ce que toute la lumière soit faite sur ces attaques et appelle une nouvelle fois l’ensemble des parties aux conflits au Yémen et en Afghanistan à cesser immédiatement tout bombardement contre les civils.

Nous exprimons notre entier soutien aux équipes de Médecins sans frontières.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»
© Philippa Poussereau / HI

«J’ai compris à quel point sa vie avait changé»

Ibrahim est l’un des 600’000 réfugiés rohingyas ayant fui les violences qui ont éclaté au Myanmar en août 2017. Lourdement blessé, sa vie a radicalement changé. Farhana, physiothérapeute chez HI, travaille au camp de Kutupalong au Bangladesh, l’un des plus grands camps de réfugiés du monde.

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence
© Terre des Hommes/HI

Plus de 8000 réfugiés au Burundi : HI évalue la situation d’urgence

Suite aux affrontements actuels qui ont lieu à l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 8000 personnes se sont réfugiées dans le sud du Burundi depuis le 24 janvier. HI a évalué les besoins des populations affectées, en collaboration avec l’ONG Terre des Hommes, et envisage une intervention d’urgence.