Go to main content
 
 

Broken Chair: le symbole de Handicap International fait peau neuve

Broken Chair est un monument genevois connu de tous. Mais que représente-t-il? Handicap International profite de son actuelle rénovation pour rappeler au public ce qu’il symbolise: la lutte contre les armes explosives et les violences faites aux populations civiles lors des conflits armés. Durant tout le mois de juin, Handicap International propose un programme ludique et pédagogique: expositions de photos, démonstration de déminage et pyramide de chaussures.

Broken Chair

Broken Chair | (c) Genève Tourisme

Broken Chair, créée par l’artiste genevois Daniel Berset, représente l’une des missions principales de Handicap International: la lutte contre la violence faite aux populations civiles lors des conflits armés. Malgré son pied en moins, elle tient debout avec dignité et représente le combat des victimes d’armes explosives à travers le monde. Plus d’informations sur www.broken-chair.com

"Les armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées dans la majorité des conflits actuels. Elles constituent une menace grave pour les populations puisque 92% des victimes sont des civils! Ces armes tuent, blessent, forcent les déplacements, détruisent les infrastructures civiles et empêchent de fournir l’aide humanitaire, s’exclame Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. De plus, un pourcentage élevé de ces armes n’explose pas à l’impact, ce qui représente une menace mortelle et permanente longtemps après la fin des combats."

Sur la Place des Nations à Genève, Broken Chair fait face au siège de l’office des Nations Unies. Le monument est un défi adressé à la communauté internationale. Il lui rappelle ses obligations de respecter le Droit international humanitaire et de protéger les civils contre l’usage de ces armes.

Broken Days: un programme ludique et pédagogique

 

 

A l’occasion de la rénovation de Broken Chair, Handicap International invite le public à divers événements à Genève durant le mois de juin. Ses objectifs: attirer l’attention sur le fait que les armes explosives détruisent des vies et qu’il est possible d’agir!

  • Exposition de photos, le long du Quai Wilson, du 1er au 30 juin

Cette exposition porte un regard croisé sur les combats de Handicap International contre ces armes de guerre barbares, et sur ces hommes, femmes et enfants, mutilés à travers le monde. De la Syrie à la Colombie, de l’Afghanistan au Cambodge, cette exposition fera voyager entre fragilité et force, déséquilibre et stabilité, violence et dignité. Elle prolonge le message universel de Broken Chair et permet à chacun de développer une réflexion personnelle sur sa responsabilité de refuser l’inacceptable, et d’agir. Elle est aussi un hommage à ces photographes, professionnels, amateurs, collaborateurs de l’association, partis sur le terrain et revenus avec des images et des témoignages poignants.

  • Drapeaux Handicap International hissés, pont du Mont-Blanc, du 13 au 19 juin

A l’effigie de Broken Chair, 8 drapeaux de Handicap International flotteront une semaine durant sur le pont du Mont-Blanc.

  • Exposition lumineuse sur l’histoire de Broken Chair, place des Nations, du 13 au 19 juin

Qui est Broken Chair? Pourquoi fait-elle face à l’ONU? Cette exposition de photos retrace l’histoire de Broken Chair, de 1997 à aujourd’hui.

  • Village Handicap International, Rotonde du Quai du Mont-Blanc, le 17 juin

De 10h et 17h, nous proposerons des ateliers afin de sensibiliser au travail de terrain de Handicap International en matière de handicap et de lutte contre les armes explosives et ses conséquences. Accompagné de membres de l’équipe de Handicap International, nous proposons au public, en particulier aux enfants dès 8 ans, de participer à plusieurs ateliers ludiques et pédagogiques.

- Il sera possible de découvrir le métier de démineur avec une mise en situation sur une zone contaminée par des restes explosifs de guerre (toutes les mines et munitions utilisées sont inertes ou factices).

- Il sera proposé de se mettre à la place d’une personne handicapée en fauteuil roulant ou marchant avec une prothèse qui doit se déplacer pour chercher son kit de survie.

- Un atelier permettra de commenter des vidéos témoignages de bénéficiaires sur le terrain.

- Enfin, le public sera invité à apporter une paire de souliers, encore en état, à déposer sur la pyramide de chaussures. Les paires seront remises à une association caritative genevoise.

Pyramide de chaussures
La pyramide de chaussures

Published on: 1 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.