Accès direct au contenu
 
 

Déclaration conjointe d’ONG se félicitant des consultations à venir en Suède

Urgence
Yémen

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques qui débutent en Suède. 

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques qui débutent en Suède.

Les ONG internationales travaillant au Yémen se félicitent des prochaines consultations politiques qui débutent en Suède. | © HI

Après presque quatre ans de conflit, jusqu'à 14 millions de personnes - soit 50 % de la population du Yémen - ne savent pas comment ils obtiendront leur prochain repas. On estime que 85'000 enfants de moins de cinq ans sont morts de faim ou de maladie depuis 2015.

L'ampleur du conflit en cours au Yémen et son bilan humanitaire en font la crise humanitaire la plus grave au monde. Mark Lowcock, sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires, coordonnateur des secours d’urgence et chef du Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires, a mis en garde contre le risque imminent d'une famine grave lors d'un récent exposé au Conseil de sécurité des Nations unies. Il a suggéré cinq mesures urgentes pour juguler cette catastrophe. Les principales consistent à mettre fin aux violences qui sévissent actuellement dans tout le pays et à lever les obstacles à l'importation et à la distribution des biens essentiels pour éviter une famine.

Nous espérons vivement que ces consultations constitueront la première étape d'un processus de paix, contribuant à mettre fin à la violence et à la crise alimentaire et sanitaire dramatique, et débouchant sur des développements positifs pour la population du Yémen.

Lire le communiqué de presse en format PDF. 


Handicap International au Yémen 

HI intervient dans 8 établissements de santé (hôpitaux et centres de réadaptation) à Sanaa et ses environs. L'association fournit des soins en réadaptation, un accompagnement psycho-social et des aides à la mobilité (prothèses, béquilles, fauteuils roulants) aux personnes blessées et handicapées. Les bénéficiaires de ces actions de HI sont en grande partie des personnes blessées par le conflit ou en raison d'un accident de la route.

Published on: 5 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

 Covid-19 au Bangladesh, Inde et Pakistan : une situation alarmante
© HI
Urgence

Covid-19 au Bangladesh, Inde et Pakistan : une situation alarmante

L’Asie du Sud voit une augmentation très inquiétante du nombre de cas de l'épidémie de Covid-19, notamment en Inde, au Pakistan et au Bangladesh où intervient Handicap International (HI). Ces trois pays comptent déjà 565'000 cas de personnes contaminées, dont plus de 330'000 personnes en Inde, quatrième pays le plus touché au monde. Pour les personnes les plus vulnérables, cette situation est particulièrement inquiétante, car la crise sanitaire fragilise leur accès aux soins et à l’aide humanitaire.

Retour à la vie avec courage
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Retour à la vie avec courage

Découvrez l’histoire de Marwan, un jeune garçon victime des bombardements au Yémen. Sa vie est bouleversée du jour au lendemain lorsqu’il perd sa jambe. Grâce au soutien de Handicap International (HI) il va pouvoir bénéficier de réadaptation, rééducation et de soutien psychosocial.  

Yémen : condamnation à mort pour la population civile
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Yémen : condamnation à mort pour la population civile

Handicap International (HI) lance son rapport « Condamnation à mort pour les civils : l’impact à long terme des armes explosives en zones peuplées au Yémen » le vendredi 12 juin 2020 lors d’un évènement co-organisé avec l’Irlande, la Mission permanente de l'Équateur auprès des Nations unies, le Réseau international sur les armes explosives (INEW), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).