Go to main content

Handicap International condamne une nouvelle utilisation de sous-munitions en Syrie

Prévention Santé Urgence
Syrie

Des bombes à sous-munitions de fabrication russe, et de modèles jusqu’à maintenant inédits sur le théâtre du conflit, ont été utilisées dans la région d’Alep, début octobre, rapporte l’ONG Human Rights Watch*, sans qu’il soit possible de déterminer si elles ont été utilisées par des troupes russes ou syriennes.

Camp de déplacés autour de Idleb, Syrie.

Camp de déplacés autour de Idleb, Syrie. | © Handicap International

« Nous rappelons que le Traité d’Oslo, ratifié par 98 Etats et signé par 20 autres, interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des armes à sous-munitions, souligne Petra Schroeter, directrice de Handicap International en Suisse. L’utilisation de ces armes barbares fait peser en Syrie une menace inacceptable sur la vie des civils qui sont  les principales victimes du conflit. »

Entre 2012 et 2014, au moins 1 968 victimes d'armes à sous-munitions ont été recensées en Syrie, ce qui représente le total de victimes le plus élevé pour un seul pays depuis bien avant l’existence de la Convention sur les sous-munitions, relate le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions. La vaste majorité d’entre elles étaient des civils.

Seize Etats continuent à produire des sous-munitions ou se réservent le droit d’en produire, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des sous-munitions.

Plus de 90 % des victimes recensées de bombes à sous-munitions dans le monde sont des civils. Ces armes tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes psychologiques lourds. Alors que jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact, des zones entières deviennent inhabitables à cause de leur pollution par des restes explosifs de guerre (REG), entravant la vie sociale et économique et forçant les populations à se déplacer. Ces restent explosifs constituent une menace pour les civils des dizaines d’années après un conflit.

https://www.hrw.org/news/2015/10/10/syria-new-russian-made-cluster-munition-reported

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.
 

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»
© Benoit Almeras / HI

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»

À l'occasion du 7e anniversaire du conflit en Syrie, Handicap International (HI) rappelle à quel point les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par l’utilisation massive et continue d’armes explosives. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées - devenus courants dans les conflits actuels en Iraq, en Syrie et au Yémen - tuent et blessent à 92 % des civils.

Les femmes handicapées près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles
© William Daniels

Les femmes handicapées près de dix fois plus exposées aux violences sexuelles

A l’occasion du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, Handicap International rappelle que plus d’une femme sur trois subit des violences. Et les femmes handicapées sont particulièrement exposées. HI vise à prévenir les risques de violence et à leur apporter un soutien psychologique et médical.