Go to main content
 
 

Handicap International court pour les victimes d’armes explosives

Handicap International a participé pour la 2ème fois consécutive à la course solidaire Race for Gift à Genève, le 29 mai 2016. Cette année, l’organisation s'est mobilisée en faveur des victimes d’armes explosives, des civils dont beaucoup d’enfants. Nouvelle ambassadrice de Handicap International, Celine van Till, Miss Suisse handicap 2012, a relevé le défi des 10 km.

Race for Gift 2016

Race for Gift 2016 | (c) Handicap International

Pour cette nouvelle édition, Handicap International attire l’attention du public sur les ravages des armes explosives utilisées dans les zones urbaines lors de conflits. Ces armes, dont certaines sont interdites par des traités internationaux, sont en effet massivement utilisées dans les zones peuplées. 92% des victimes sont des civils et parmi eux, une grande partie d’enfants.

"La Race for Gift est une bonne opportunité pour attirer l’attention du public sur l’urgence de stopper le carnage de la population civile lors de conflits armés, explique Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. Les civils et en particulier les enfants doivent être protégés contre l’utilisation de ces armes. Et la destruction d’habitations et d’infrastructures civiles doit être considérée comme un crime de guerre!"

Un défi physique et un engagement moral

23 coureurs se sont ralliés à la cause de Handicap International. En courant ou en marchant, ils ont dit NON au bombardement des civils ! Grâce à leur engagement et à celui de leur entourage, Handicap International a reçu 9'653 francs en faveur des personnes handicapées. Un grand merci à tous!

Cette année, Handicap International a eu la chance de compter parmi ses coureurs, sa nouvelle ambassadrice.

Celine van Till, miss Suisse handicap 2012. "Cette course est un défi pour moi. Ayant un handicap physique, je n’ai jamais couru 10 km!, indique Celine. Ceux qui me soutiennent par leur don me motivent à me dépasser pour la lutte contre les armes explosives menée par Handicap International. Un immense merci!"

Dès sa création, Handicap International a fait de la lutte contre les armes explosives et ses conséquences son cheval de bataille. A Genève, Broken Chair symbolise ce combat contre les violences infligées aux populations lors des conflits armés. Installé face aux Nations unies, le monument est un défi adressé à la communauté internationale. Il lui rappelle ses obligations de respecter le Droit international humanitaire et de protéger les civils contre l’usage des armes explosives en zones peuplées.

Published on: 27 mai 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés
© Martin Crep / HI
Droit Insertion Urgence

Le Conseil de sécurité des Nations unies reconnaît les droits des personnes handicapées dans les conflits armés

Pour la première fois, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté, le 20 juin 2019, une résolution sur les personnes handicapées dans les conflits armés. Il s'agit d'une amélioration historique pour les personnes handicapées, particulièrement exposées lors des crises et souvent négligées dans l'aide humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.