Go to main content
 
 

Indonésie : des séances de réadaptation pour près de 800 blessés

Réadaptation Urgence
Indonésie

Quatre mois après le séisme et le tsunami qui ont touché l’Indonésie, HI soutient toujours les victimes de la catastrophe.

Deux formations de réadaptation d’urgence ont été menées avec Sudan Rimal, expert en réadaptation pour HI au Népal

Deux formations de réadaptation d’urgence ont été menées avec Sudan Rimal, expert en réadaptation pour HI au Népal | © HI

Le 28 septembre, l’Indonésie a été frappée par un séisme, suivi d’un tsunami, qui ont causé la mort de plus de 2'000 personnes et en ont blessé plus de 4'000 autres. Plus de 68'000 maisons ont été détruites ou endommagées, et plus de 200'000 Indonésiens ont été déplacés. Quatre mois après la catastrophe, la situation reste difficile pour de nombreuses personnes affectées.


« Plus de 170'000 personnes sont toujours déplacées et ont notamment besoin d’un abri, de soins de santé et de soins de rééducation. Une des priorités de HI est de permettre aux personnes blessées de bénéficier de soins de réadaptation afin d’éviter l’apparition de handicap à long terme. » 

 Cheria Noezar, coordinatrice opérationnelle pour HI en Indonésie


En collaboration avec IFI (Ikatan Fisioterapis Indonesia) et le ministère des Affaires sociales, HI intervient auprès des personnes affectées :

Réadaptation d’urgence

Deux formations de réadaptation d’urgence ont été menées avec Sudan Rimal, expert en réadaptation pour HI au Népal, et avec l’association IFI, à Makassar City (novembre) et à Palu (janvier). Une vingtaine de physiothérapeutes ont appris à prendre en charge des victimes suite à une urgence : comment masser un moignon, accompagner une victime traumatisée, etc. Les physiothérapeutes ont ensuite mené des séances de réadaptation auprès de près de 800 personnes blessées dans les villages de Donggala, Sigi et Palu, et ont distribué plus de 250 béquilles, déambulateurs, chaises roulantes, etc. Ils ont aussi enseigné aux membres des familles de personnes handicapées les gestes de réadaptation à effectuer à domicile. Plus de 1'200 personnes vont prochainement bénéficier de nouveaux soins de réadaptation et recevoir des béquilles, déambulateurs, etc.

Tenir compte des plus vulnérables

HI a aussi organisé une formation de sensibilisation sur l’importance de tenir compte des personnes les plus vulnérables (personnes âgées, enfants, personnes handicapées, etc.) dans les interventions d’urgence et de post-urgence. De nombreuses organisations de personnes handicapées, ONG internationales et autres ont participé. 

Identification des besoins et référencement vers d’autres organisations

HI et IFI  ont aussi rencontré des personnes très vulnérables à leur domicile, identifié leurs besoins et les ont renvoyées vers d’autres organisations partenaires  afin qu’elles puissent bénéficier des services adéquats (soins de santé, éducation, etc.). 
 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

HI apporte un soutien psychologique aux migrants vénézuéliens en Colombie
© HI
Urgence

HI apporte un soutien psychologique aux migrants vénézuéliens en Colombie

La Colombie accueille plus d’un million de migrants vénézuéliens. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.