Goto main content
 
 

Interview de Daniel Suda-Lang, directeur de HI Suisse

Événement
Suisse

Découvrez l’interview de Daniel Suda-Lang, directeur de HI Suisse, pour le site de Genève Internationale. Il nous parle de l’importance d’être situé à Genève et des relations avec les autres organisations internationales. 

Comment présenteriez-vous votre organisation en quelques mots? En quoi consiste votre fonction? Quel est votre objectif?

Handicap International (HI) s'engage pour l'inclusion sociale et professionnelle des personnes handicapées et vulnérables. Nous sommes confrontés à de nombreux défis, surtout en cette période de pandémie. Avec mon équipe, nous nous engageons à mener à bien notre mission sociale pour inclure les personnes handicapées dans tous les aspects de la vie sociale, notamment dans le domaine de l'aide humanitaire.

Révoltés par l'injustice dont sont victimes les personnes handicapées et les populations vulnérables, nous aspirons à un monde solidaire et inclusif, où les différences nous enrichissent et où chacun peut "vivre debout."

Mon poste englobe différentes fonctions : faire connaître nos missions et nos engagements auprès du grand public, des partenaires et des organisations internationales, explorer les opportunités de partenariat, trouver les financements nécessaires à nos missions sur le terrain, et assurer la coordination des activités des différents départements pour que chacun se sente bien au travail.

Parmi la concentration d'acteurs à Genève (OI, ONG, missions permanentes, universités et secteur privé), avec qui travaillez-vous et comment ?

Notre emplacement stratégique au cœur de Genève nous permet de collaborer avec des acteurs internationaux tels que les organisations internationales, les Nations Unies ainsi que des acteurs suisses au niveau national et local. 

Au niveau international, HI joue un rôle central dans les relations avec différents acteurs : la communauté diplomatique à Genève, les Nations Unies, les ministères des affaires étrangères, et les Etats touchés par les armes explosives. Nous sommes actifs dans le domaine du désarmement, de l'action humanitaire et du développement inclusif et reconnus internationalement dans le domaine de l'assistance aux victimes des armes explosives. Grâce à notre collaboration avec d'autres acteurs de l'action contre les mines, nous élaborons les normes internationales d'action contre les mines sur les victimes. Ces normes auraient un réel changement dans la vie des populations affectées.

Au niveau national, nous faisons partie de différents réseaux, comme le Swiss Disability and Development Consortium (SDDC), un réseau qui promeut les droits et l'inclusion des personnes handicapées dans la coopération internationale de la Suisse, et Medicus Mundi Suisse, un réseau pour la coopération sanitaire internationale et la santé globale. 

Quels sont les points forts et les points faibles de Genève par rapport au développement de votre activité ? 

Je considère qu'il est idéal d'être situé au cœur de la Genève internationale, à proximité de la Place des Nations. Cela nous offre une position stratégique faire connaître nos revendications auprès de la communauté internationale et leur donner du poids.

Un bon exemple est le monument Broken Chair situé sur la Place des Nations. Créé par HI et International Campaign to Ban Landmines (ICBL), il symbolise le désespoir et la dignité des victimes de la violence armée. Il a pour but de rappeler l'obligation des Etats de protéger et d'aider les victimes. En effet, elle permet à chacun de réfléchir à sa propre responsabilité et d’encourager l'action.

Selon vous, à quoi devrait ressembler la gouvernance mondiale dans 20 ou 30 ans ?

Dans 30 ans, j'imagine une société fragilisée par une augmentation des risques climatiques, économiques, démographiques et naturels. À cet égard, la gouvernance mondiale nécessitera une plus grande solidarité internationale autour du Triple Nexus établi : humanitaire/ développement/ paix et sécurité. Je pense que les objectifs de développement durable de l’ONU auront évolué avec leur temps, conduisant à des actions concrètes de solidarité, prises par l'ensemble de la communauté internationale afin de protéger la population civile de ces risques et conflits. 

Dans la lignée de notre travail de plaidoyer à Handicap International, la gouvernance mondiale de 2050 aura intégré l'inclusion de toutes les personnes dans son discours et ses pratiques, et notre lutte contre les bombardements de civils sera régie par un traité interdisant l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées. Notre engagement envers les plus vulnérables sera toujours présent et renforcé par notre longue expérience sur le terrain, en collaboration avec nos partenaires. 

Retrouvez l’interview original (en anglais), daté du 2 septembre 2021 sur le site la Genève Internationale. 
 

Published on: 27 octobre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Celine van Till, nouvelle vice-présidente de Handicap International Suisse
© David Wagnières
Événement

Celine van Till, nouvelle vice-présidente de Handicap International Suisse

Membre du Conseil d’administration depuis 2016, Celine van Till prend la vice-présidence de Handicap International Suisse. Elle succède à ce poste à Jean-Luc Rossier, co-fondateur de l’organisation.

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020

Publié aujourd’hui, le rapport 2021 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé pour la sixième année consécutive de victimes causées par les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les mines improvisées : 7’073 victimes en 2020, dont 80% de civils. Alors que va se tenir à La Haye du 15 au 19 novembre la conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines, Handicap International, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à mettre fin à l'utilisation de ces armes barbares.

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes
© Kate Holt / HI
Événement Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes

Les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine se rencontrent ce mercredi 16 juin à Genève. Handicap International (HI) rappelle que, selon Action on Armed Violence (AOAV), les États-Unis et la Russie sont parmi les principaux responsables des souffrances infligées aux civils par les frappes aériennes depuis 2011.