Go to main content
 
 

Irak: améliorer l’intégration des personnes handicapées

Réadaptation
Irak

Gashtiar a 11 ans. Suite à des complications lors de sa naissance, il est atteint d’infirmité motrice cérébrale qui affecte gravement son autonomie, sa faculté de parler et d’interagir avec son environnement. Sabir, le papa de Gashtiar, est professeur de gymnastique. Il fait régulièrement des exercices avec son fils afin d’améliorer sa mobilité. Aujourd’hui, le jeune garçon a reçu la visite des équipes de Handicap International afin d’identifier ses besoins en rééducation physique. Avec l’aide de l’association, Gashtiar pourra à présent bénéficier de séances de physiothérapie dans son village.

Gashtiar en Irak

Gashtiar en Irak | © Sarah Pierre / Handicap International

Gasthiar est né à Halabja, une ville située au Kurdistan irakien. Suite à des complications lors de sa naissance, le jeune garçon est atteint d’infirmité motrice cérébrale : « Pendant la grossesse, notre enfant était en parfaite santé. C’est quand il est né que tout s’est compliqué. Les docteurs nous ont dit que quelque chose c’était mal déroulé pendant la naissance, que c’était grave. Voyant son état, je l’ai emmené dans un autre hôpital, où il a passé quarante jours dans un caisson en verre », explique Sabir, le papa de Gashtiar. « Les repas sont toujours très difficiles et il dort si peu », poursuit la maman de l’adolescent.

Les équipes de Handicap International interviennent dans le gouvernorat d’Halabja, où elles ont mis en place un projet de réadaptation communautaire, visant à améliorer le confort des personnes en situation de handicap et leur inclusion au sein de leur communauté. « Après une évaluation des besoins dans la ville d’Halabja et villages alentours, nous avons constaté une forte présence de personnes en situation de handicap. Nous voulons donc, dans un premier temps, apporter des services de rééducation physique et fonctionnelle pour ces personnes au travers d’une organisation locale dont nous sommes partenaires », explique Lucia Bernhard, référente technique en rééducation pour Handicap International. « Notre porte d’entrée se fait par la rééducation, parce que les personnes qui souffrent de handicaps en ont très souvent besoin. Ensuite, nous sommes également en train de développer un réseau de volontaires au sein des villages pour veiller à ce que ces personnes soient prises en compte et trouvent leur place au sein de leur communauté », complète Matthieu Bazard, référent technique en rééducation et en inclusion pour l’association. Des physiothérapeutes locaux parcourent donc une vingtaine de villages afin d’identifier les personnes qui, comme Gashtiar, ont besoin d’assistance.


Lucia Bernhard, Matthieu Bazard et les physios du projet CBR (Réadaptation à base communautaire) dans une salle de rééducation équipée par l'association © Sarah Pierre / Handicap International

Dans le village où vit la famille, le centre de santé local vient d’être équipé d’une salle de rééducation par Handicap International. Pour Sabir, il s’agit là d’une bonne nouvelle : « Ici les services sont peu nombreux et souvent loin de chez nous. Ce qui limite les soins dont pourrait bénéficier mon fils. J’ai souvent rêvé d’autres pays, où il pourrait être traité correctement », explique le père de famille. « Mais je ne savais pas qu’un centre de physiothérapie venait d’ouvrir dans le village. Juste derrière chez nous en plus. C’est une excellente nouvelle, je suis vraiment enthousiaste », poursuit-il.

En attendant, c’est Sabir qui se chargeait de la rééducation physique de Gashtiar: « Je suis professeur de gymnastique et de danse kurde. Je connais donc quelques exercices de renforcement musculaire ou des étirements qui peuvent soulager mon fils », dit-il. Alors que l’équipe de Handicap International évalue les besoins de l’adolescent, Lucia Bernhard explique : « Les exercices de Sabir sont déjà une bonne chose. C’est aussi un contact privilégié entre un père et son fils, ce qui est primordial. Cependant, dans le centre que nous venons d’équiper, Gasthiar pourra bénéficier d’autres types d’exercices, plus fonctionnels, durant lesquels il sera d’avantage en action ».  

Afin d’améliorer l’accès aux services de soins de santé, Handicap International a déjà équipé trois salles dédiés à la rééducation physique et fonctionnelle. « Tout le matériel qui est utilisé pendant les séances vient des marchés locaux. Une façon de montrer qu’ils sont accessibles à tous », explique Matthieu Bazard. « Aussi, en parallèle des séances dans le centre, nos physios peuvent se rendre à domicile afin de donner des conseils aux familles pour rendre leur environnement direct plus adapté aux besoins d’une personne souffrant de mobilité réduite », précise-t-il.


Matthieu Bazard, pendant une formation pour les physios du projet CBR (Réadaptation à base communautaire) © Sarah Pierre / Handicap International

Des formations techniques en rééducation physique et fonctionnelle sont également organisées pour le personnel local, qui collabore à l’implémentation du projet de réhabilitation communautaire mis en place par Handicap International et son partenaire.

Published on: 6 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.

Népal : 4 ans plus tard, HI aide toujours les victimes du séisme
© Elise Cartuyvels/HI
Réadaptation Urgence

Népal : 4 ans plus tard, HI aide toujours les victimes du séisme

HI est venue en aide à plus de 19'000 personnes affectées par le séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015.