Go to main content
 
 

Ismael, 15 ans: J’avais 4 ans, je me suis endormi sur les rails de train. Un accident qui m’a coûté un bras et une jambe

Bénéficiaires Réadaptation
Bolivie et Pays andins

Ismael, 15 ans, vit dans la ville bolivienne d’Oruro, dans l’ouest du pays. Victime d’un accident de train à 4 ans, Ismael a perdu sa jambe droite et son bras gauche. Grâce au soutien d’Handicap International  et de plusieurs centres de réadaptation, il a suivi des séances de rééducation et a appris à utiliser sa prothèse. Plus de dix ans plus tard, lsmael, adolescent courageux, va à l’école et adore le sport. Il roule à vélo, joue au foot, et aimerait pouvoir nager. 

Ismael

Ismael | © J.Tusseau / Handicap International

A quatre ans, Ismael, enfant enjoué et passionné de plein air, vit avec ses deux sœurs plus âgées et ses parents dans la ville d’Oruro, dans l’ouest de la Bolivie. Un jour, sa mère partie à la campagne et son père occupé, Ismael sort de chez lui seul et joue près des rails de chemin de fer. Les heures passent, il s’endort sur les rails. Un train arrive, le conducteur ne le voit pas. C’est le drame. L’enfant perd sa jambe droite et son bras gauche. L’accident déchire la famille, le père est écrasé par la culpabilité et les parents se séparent.

Ismael est amputé à la jambe et au bras, et suit des séances de réadaptation grâce au soutien de services publics et privés[1]. Il reçoit une prothèse de l’Institut bolivien de réadaptation (IBR) et apprend à utiliser sa nouvelle jambe. Des années plus tard, grâce au soutien de Handicap International, Ismael suit des séances au centre de réadaptation Walter Khon[2], soutenu par l’association. Il apprend à renforcer les muscles de sa jambe et de son bras, à gagner en souplesse et à se déplacer plus facilement.

Aujourd’hui, Ismael, 15 ans, est courageux, sportif et persévérant. L’adolescent marche, roule à vélo et joue au football. "Il poursuit les séances de réadaptation et va devoir recevoir prochainement une prothèse à son bras gauche et changer celle qui se trouve à sa jambe droite. Ismael est un jeune très actif, et il est en pleine croissance. En moyenne, on devra changer ses prothèses une fois tous les deux ans", explique Narel Gomez, chef de projet réadaptation pour Handicap International en Bolivie. A côté de ses efforts sportifs, Ismael est également un élève appliqué: il  est en 3e année secondaire dans une école à Oruro. Son vœu le plus cher: poursuivre ses études et devenir un jour ingénieur.


[1] Comité de personas con Discapacidad Departamental où il a été référé au centre Ortopedia Boliviano Alemán.

[2] Handicap International a formé les professionnels du centre de réadaptation, notamment afin qu’ils rendent les services de réadaptation accessibles et qualitatifs pour les bénéficiaires et leur famille.  

Published on: 16 novembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de HI au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.