Go to main content
 
 

La première fois que je me suis tenu debout, j'étais tellement heureux

Bénéficiaires Réadaptation
Népal

Sandesh, 14 ans, a perdu ses deux jambes dans le tremblement de terre au Népal en avril 2015. Il pensait ne jamais remarcher. Grâce à Handicap International, il a reçu des prothèses de jambe et a récemment fait ses premiers pas depuis la catastrophe.

Sandesh, heureux, peut de nouveau marcher | Lucas Veuve/Handicap International

Ce jour-là, lorsque le sol se met à trembler, Sandesh et ses camarades sont en pause. Il fuit à l'extérieur, un mur s'effondre sur lui, le clouant à terre.

  "Je jouais avec un ami. Nous étions dans le couloir. Nous voulions nous cacher sous les lits mais nous avons finalement décidé de courir, Puis le mur est tombé sur moi. J'ai perdu connaissance et je me suis réveillé à l'hôpital."

Sandesh est tiré des décombres, mais à l'hôpital, c'est le choc: on lui annonce que son meilleur ami a été tué.

Sandesh est lui-même dans un état critique. Il est gravement blessé à l'épaule et sa jambe gauche est dans un état tel qu'il doit être amputé sur le champ. Les médecins font leur possible pour sauver sa jambe droite, mais au bout d'une semaine, ils prennent la décision de l'amputer aussi.

Toujours hospitalisé, Sandesh a énormément de mal à accepter la situation et perd le goût de vivre. Toutefois,  avec l'aide des thérapeutes de Handicap International et le soutien de Ramesh Kitra, un autre patient, il parvient petit à petit à se faire à son handicap. Il apprend à manœuvrer son fauteuil roulant, puis à se déplacer avec des béquilles, jusqu'à l'arrivée de ses prothèses.

"Je pensais ne plus jamais pouvoir marcher. La première fois que je me suis mis debout, j'étais tellement heureux."

Published on: 10 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

Samira, un pas à la fois
© Abir Abdullah/HI
Bénéficiaires Réadaptation

Samira, un pas à la fois

La vie dans les camps de réfugiés surpeuplés n'est pas facile pour les réfugiés Rohingyas qui ont fui leur pays d'origine, le Myanmar, vers le Bangladesh - en particulier pour les enfants comme Samira qui vivent avec un handicap. Ces enfants sont pris en charge par les équipes mobiles de Handicap International (HI), qui ont recours à la physiothérapie et à d'autres mesures pour faciliter la vie des personnes touchées et de leurs familles.

Népal : 4 ans plus tard, HI aide toujours les victimes du séisme
© Elise Cartuyvels/HI
Réadaptation Urgence

Népal : 4 ans plus tard, HI aide toujours les victimes du séisme

HI est venue en aide à plus de 19'000 personnes affectées par le séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015.