Goto main content
 
 

La Suisse doit agir maintenant pour mieux protéger les civils lors des conflits

Stop Bombing Civilians Urgence
International

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, dénonce dans son rapport annuel sur la protection des civils la pratique des bombardements dans les zones peuplées et les conséquences désastreuses pour les populations. Il soutient les efforts diplomatiques en cours visant à élaborer une déclaration politique pour mieux protéger les millions de civils vivant dans les zones de guerre. Handicap International et ses partenaires de l’International Network on Explosive Weapons (INEW) demandent aux États de soutenir une déclaration politique forte afin de mettre fin aux souffrances humaines provoquées par les armes explosives.

Aden (Yémen) destructions suite à des attaques aériennes

Aden (Yémen) destructions suite à des attaques aériennes | © HI

Une occasion historique de faire une réelle différence dans la protection des civils

Le secrétaire général des Nations unies demande que « les États devraient s'engager à éviter l'utilisation d'armes explosives ayant des effets à grande échelle dans les zones peuplées et à développer des politiques opérationnelles contre une telle utilisation. » Le projet d'une déclaration politique contre l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées est sur le point d'être finalisé après neuf mois d'intenses discussions entre les États et les ONG.

Quel est le rôle de la Suisse ?

Marco Kirschbaum, directeur de Handicap International Suisse (HI Suisse) déclare :

« Après avoir lancé une initiative citoyenne en octobre 2019 pour demander aux parlementaires suisses de s’assurer que la Suisse s’engage au premier plan pour cette cause, nous constatons qu’elle reste en retrait dans le processus en cours. Nous appelons la Suisse, de par sa tradition humanitaire et en tant que dépositaire des Conventions de Genève à prendre une position claire et déterminée dans les efforts diplomatiques, y compris en public, afin d'éviter les bombardements des civils dans les zones peuplées. »

Bombarder les civils ce n’est pas la guerre, c’est un crime !

250’000 personnes ont été tuées et blessées par l'utilisation d'armes explosives dans le monde entre 2011 et 2019 lorsque qu’elles sont utilisées dans des zones peuplées. 90% de ces victimes sont des civils.

Exemple de la Syrie, détruite par une décennie de bombardements massifs :
Présentes en Jordanie et au Liban, les équipes de HI constatent les souffrances et les traumatismes des réfugiés syriens. Les conséquences des horreurs de la guerre en Syrie sont dramatiques : depuis décembre 2011, des armes explosives ont été utilisées de façon répétée dans des zones habitées. Beaucoup d’infrastructures civiles ont été touchées, notamment des écoles, des centres de soins et des hôpitaux. L’ONG Action on Armed Violence (AOAV) rapporte que près de 80'000 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives entre 2011 et 2018, dont 87% de civils.

Vous avez le pouvoir d'agir !

Published on: 28 mai 2020

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs
© DR
Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs

Après onze ans de guerre et d'utilisation intensive d'armes explosives, jusqu'à 300'000 engins explosifs n'ont pas explosé en Syrie. Ces restes menacent une personne sur deux dans le pays, soit plus de 10 millions d’habitants. Tels sont les constat d'une étude menée par Handicap International en collaboration avec "Syria Mine Action Area of Responsibility".

Une ligne d'assistance téléphonique pour la santé mentale en Ukraine
© HI
Santé Urgence

Une ligne d'assistance téléphonique pour la santé mentale en Ukraine

Handicap International participe à une ligne d'assistance téléphonique pour permettre aux populations touchées par la guerre d'accéder à des services de soutien psychosocial à tout moment, en tout lieu.