Go to main content

Les gouvernements doivent reconnaître l’impact des armes explosives

EWIPA Mines et autres armes
Irak Syrie

Un débat ouvert du Conseil de sécurité sur la protection des civils dans les conflits armés se tient aujourd’hui, 19 Janvier, à New York. Handicap International appelle les États à prendre des mesures contre l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées qui ont tué ou blessé 32 000 civils en 2014.[1]

 

Reste d’une arme explosive dans la ville de Kobané, en Syrie, lors d’une évaluation menée par Handicap International

Reste d’une arme explosive dans la ville de Kobané, en Syrie, lors d’une évaluation menée par Handicap International | © Ph. Houliat / Handicap International

Handicap International appelle tous les États à reconnaître l'impact des armes explosives et à approuver la recommandation du Secrétaire général de l'ONU[1] les invitant à éviter d'utiliser des armes explosives à large rayon d’impact dans les zones peuplées. Handicap International appelle également les Etats à soutenir le développement d'un cadre politique international visant à réduire les méfaits de l'utilisation des armes explosives, et à stopper l'utilisation dans les zones peuplées d'armes explosives à large rayon d’action.

"Grosses bombes larguées par avion, tirs d’obus d'artillerie inexacts ou de lance-roquettes multiples… Voici des exemples d'armes explosives ayant un impact sur ??une large zone : dans ces cas, morts et blessés civils sont prévisibles. Environ 50 États et territoires ont reconnu le problème humanitaire posé par l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Seuls 25 États ont appelé à des mesures pour régler ce fléau. Nous avons besoin que davantage d'États joignent leurs efforts au développement d’un engagement politique visant à réduire les dommages causés aux civils de l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées", explique Anne Héry, directrice du plaidoyer et des relations institutionnelles à Handicap International.

Le bombardement des villes pendant les conflits, comme en Syrie, en Ukraine, en Irak et au Yémen, peut et doit être arrêté. Plus de 32 000 civils auraient été tués ou blessés en 2014 par des armes explosives, selon Action On Armed Violence (AOAV), un nombre en constante augmentation ces quatre dernières années. AOAV constate également que lorsque les armes explosives sont utilisées dans des zones densément peuplées, 92 % des victimes sont des civils.

[1] Explosive States (2015), Action on Armed Violence,

[2] Rapport du Secrétaire general des Nations unies sur la protection des civils dans les conflits armés (18 Juin 2015), S/2015/453

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées. 

Jemerson, 13 ans, a perdu sa main gauche à  cause d’une mine
Jules Tusseau / HI
Mines et autres armes

Jemerson, 13 ans, a perdu sa main gauche à cause d’une mine

Expert en déminage depuis près de 25 ans, Handicap International a été officiellement chargée par le gouvernement colombien du déminage des trois départements particulièrement affectés et difficiles d’accès : les départements de Cauca, Meta et Caquetá.