Goto main content
 
 

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine

Mines et autres armes
République Centrafricaine

A ce jour, le plan de réponse humanitaire en RCA n’est qu’à moitié financé. Avec d’autres ONG internationales nous appelons à la mobilisation des autorités centrafricaines et des donateurs afin d’assurer la réponse humanitaire et la protection des civils. 

Bambari, République centrafricaine (RCA) Images générales de Bambari, longtemps appelée la ville sans armes de Centrafrique, qui accueille aujourd’hui le premier centre de kinésithérapie hors de la capitale.

Bambari, République centrafricaine (RCA) Images générales de Bambari, longtemps appelée la ville sans armes de Centrafrique, qui accueille aujourd’hui le premier centre de kinésithérapie hors de la capitale. | © A. Surprenant/Collectif Item/HI

Depuis décembre 2020, des affrontements armés ont éclaté en République Centrafricaine et perdurent jusqu’à ce jour. Les civils, les humanitaires, et le personnel médical ne sont pas épargnés par la vague de violences qu’a depuis connu le pays. Le nombre d’incidents ayant touché les humanitaires entre janvier et juin 2021 a augmenté de 39% par rapport à la même période l’année dernière. Malgré l'insécurité, les humanitaires ont fourni une assistance à 25% de la population au cours du premier trimestre 2021.

Une sécurité alimentaire en péril 

Aujourd’hui, plus d’un centrafricain sur deux serait en situation d’insécurité alimentaire selon le Programme Alimentaire Mondial (Juillet 2021). Par ailleurs, plus d'une personne sur quatre est soit réfugiée hors du pays soit déplacée interne, le nombre de personnes déplacées en RCA a atteint 1,417,542 personnes (UNHCR,30/06/2021), niveau non égalé depuis 2014. Aux déplacements causés par l’insécurité s’ajoutent les sinistrés des inondations qui représentent 30% des déplacements entre mai et juin 2021.

« Ces déplacements récurrents et l’insécurité impactent gravement la production agricole, production déjà fragilisée par le dérèglement climatique, les maladies des cultures et les difficultés d’accès aux intrants et aux outils aratoires. Cela déstabilise à la fois la sécurité alimentaire du pays mais impacte également les moyens de subsistance des ménages ruraux dépendant fortement de l’agriculture de subsistance pour leur survie. » précise Mathilde Lambert, Directrice Pays chez Action contre la Faim-RCA.

Des enjeux sanitaires alarmants 

Les attaques répétées contre les patients, le personnel, les biens et infrastructures médicales ainsi que l’insécurité, ont perturbé l’accès aux soins de santé. La situation est d’autant plus préoccupante que les indicateurs santé de la RCA sont particulièrement alarmants. Le pays affiche le pire taux de mortalité infantile au monde (BM, 2019) et un des plus mauvais taux de mortalité maternelle au monde (BM, 2017).

« L’impact du conflit et de la crise humanitaire en République Centrafricaine sur la santé mentale des populations affectées est souvent sous-estimé. Sur le terrain, nous observons des symptômes de dépressions, d’anxiété ou de psychoses. » indique Dr. Christian Mulamba, Directeur Pays chez International Medical Corps.

En proie à une épidémie de rougeole depuis 2020, le pays connait également d’importantes épidémies de paludisme qui demeure à ce jour la première cause de morbidité. Ainsi, la RCA affiche une espérance de vie de 53 ans, une des plus basses au monde.

L’éducation en crise 

Après une année 2020 perturbée par les restrictions sanitaires de prévention de la Covid-19, le conflit a bouleversé le fonctionnement d’un système éducatif déjà précaire : absentéisme des élèves, fermetures d’écoles pour cause d’insécurité, occupation des écoles par des populations déplacées ou par des acteurs armés… Cette situation compromet durablement l’avenir de la jeunesse centrafricaine et particulièrement celle des enfants déplacés internes et celle des filles vivant dans les zones de conflit.

Des violences sexuelles en augmentation 

Si les hommes constituent la majeure partie des morts et des blessés du conflit, on constate cependant que les femmes, les filles, les garçons, et les personnes vivant avec un handicap sont fortement affectés par les difficultés d’accès aux services sociaux de base (éducation, soins de santé sexuelle et reproductive, nutrition, etc.) et par les problèmes de protection. Les violences sexuelles rapportées sont en forte augmentation dans le pays et touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles.
 

Published on: 3 septembre 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse: Nous appelons les Etats à faire respecter le droit international
© Said Khlaifat / HI
Mines et autres armes

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse: Nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Un livreur pas comme les autres en RCA
© Adrienne Surprenant / HI
Urgence

Un livreur pas comme les autres en RCA

Rencontre avec Jimmy Müller de notre équipe logistique RCA, qui apporte une aide vitale à la population en plein conflit armé.

Laos : 25 ans de déminage
© N. Lozano Juez / HI
Mines et autres armes

Laos : 25 ans de déminage

Des décennies après la fin de la guerre, le Laos est le pays le plus contaminé par les armes à sous-munitions dans le monde. Certaines zones sont encore pleines de restes explosifs de guerre. Il y a 25 ans, en juin 1996, nous commençions la dépollution...