Go to main content

Nom: Katja. Profession: détecteur d’explosifs

Mines et autres armes
Sénégal

À neuf ans, Katja pourrait faire figure de vétéran. Pourtant, cette femelle berger malinois a une énergie et un enthousiasme pour son travail chaque jour renouvelé. Avec un palmarès impressionnant sur de nombreux terrains d’intervention en Afrique: Kenya, Soudan du Sud, République démocratique du Congo, etc. Des dizaines d’engins explosifs ont été détectés par son odorat hors pair. 

Katja

Katja | © J-J. Bernard / Handicap International

Après une heure de route pour arriver au terrain à déminer, à Diagnon, elle fait savoir qu’elle veut sortir et bouger. Elle jappe et se tourne dans sa cage. « Elle est un peu fofolle, nous dit son maître, Jonathan Matambo. Katja est une chienne très active, incroyablement compétente. Malgré son âge, elle sera encore en mission pour de nombreuses années. »

Les chiens détecteurs d’explosifs sont autrement plus rapides et efficaces que des démineurs munis de détecteurs de métaux. Leur odorat repère la poudre. Ils sont fort utiles pour détecter des mines qui ne contiennent pas de métal - que les détecteurs ne signalent pas - ou pour intervenir sur des terrains contenant beaucoup de résidus métalliques.

On voit tout de suite que Katja est un chien vif, dynamique, qui a besoin de se dépenser. « Elle adore jouer, continue Jonathan. Après le travail, c’est la meilleure récompense pour elle. Lui lancer la balle, etc. Elle aime que je m’occupe d’elle, que je la brosse, que je la promène. Elle rouspète un peu quand je m’éloigne ou quand je ne suis pas assez attentif à son goût. »

Un peu jalouse de son maître qu’elle voudrait pour elle toute seule, Katja ne fait pas forcément ami-ami avec le premier venu. Mais quand elle s’est familiarisée à de nouvelles présences, elle peut vraiment être affectueuse.

Pendant le travail, Madame n’aime pas être dérangée. Elle peut facilement être distraite. C’est là que joue toute la vigilance du maître-chien. Mais une fois lancée, elle est inlassable et rien ne lui échappe!

À la maison, Katja et son collègue berger allemand Rex vivent chacun dans leur enclos, en dehors de la maison de Jonathan: « Je ne les fais jamais rentrer dans la maison, ce ne sont pas des animaux de compagnie. Ils doivent comprendre que nous avons des relations de travail. »

Katja

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Bombardements des civils : 4’500 parlementaires interpellés par HI
© William Daniels / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Bombardements des civils : 4’500 parlementaires interpellés par HI

HI interpelle 4'500 parlementaires contre les bombardements en zones peuplées, pratique devenue quasi systématique dans les conflits actuels qui tue et blesse à 92 % des civils. Les décideurs politiques doivent s’engager pour y mettre fin. Pour cela, l’association appelle les parlementaires de huit pays à prendre position contre ce fléau en signant la pétition ‘Stop Bombing Civilians’ et à faire pression sur leurs gouvernements afin qu’ils s’engagent pour mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions : 99% des victimes sont des civils
© Yousef El-Natil / HI
Mines et autres armes

Rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions : 99% des victimes sont des civils

Publié aujourd'hui, le rapport 2018 de l’Observatoire des sous-munitions rend compte de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions en Syrie et au Yémen en 2017. Handicap International (HI) déplore qu’au moins 289 personnes aient encore été tuées ou blessées par ces armes l’année dernière dans 8 pays et deux territoires. 99 % des victimes étaient des civils. La conférence des Etats parties à la Convention d’Oslo qui interdit les armes à sous-munitions se tiendra à Genève du 3 au 5 septembre : HI rappelle la nécessité d’une éradication totale de ces armes barbares.

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Mines et autres armes Prévention

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International (HI) protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.