Accès direct au contenu
 
 

Pas d'armes explosives lourdes dans les zones peuplées : cela devrait être la norme

Mines et autres armes
International

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres appelle les États à conclure un accord international contre les souffrances humaines causées par les bombardements en zones peuplées.

Exemple de destruction lourde dans les rues d'Aden, au Yémen - octobre 2017.

Exemple de destruction lourde dans les rues d'Aden, au Yémen - octobre 2017. | © HI

Plus de 50 millions de personnes ont été affectées par des conflits dans des zones urbaines en 2020, indique le rapport. En Afghanistan, en Syrie, au Yémen..., l'utilisation des armes explosives en zones peuplées a eu des conséquences dévastatrices pour les civils.

Chaque année, le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, publie un rapport sur la protection des civils dans les zones de conflit. Il souligne les bombardements et les pilonnages en zones urbaines comme un problème majeur.

Pour un accord international

Dans son rapport, le Secrétaire général des Nations unies appelle les États à élaborer un accord international contre les souffrances humaines causées par les bombardements en zones peuplées. Depuis deux ans, dans le cadre d'un processus diplomatique international, les États, les organisations internationales et la société civile, dont nous, travaillent à la rédaction du texte d'un tel accord, dont la soumission pour approbation des États est espérée pour la fin de l'année.

Nous soutenons l'appel d'António Guterres qui a souligné une fois de plus dans son rapport qu'il devrait y avoir une présomption contre l'utilisation des armes explosives à large rayon d’impact en zones peuplées. Nous saluons également le fait que le secrétaire général encourage plus de transparence de la part des belligérants sur le recensement des victimes afin de contribuer à « faciliter la responsabilité, les réparations et la réconciliation ».

« Pas d’arme explosive à large rayon d’impact en zones peuplées devrait être la norme internationale » note Anne Héry, notre directrice plaidoyer.

Des conséquences humanitaires dramatiques

88% des personnes tuées et blessées par des armes explosives en zones peuplées sont des civils. Les personnes blessées risquent des handicaps à vie et de graves traumatismes psychologiques. Les infrastructures nécessaires aux services essentiels tels que la santé, l'eau, l'électricité et l'assainissement sont détruites...

En Syrie, par exemple, après 10 ans de guerre, au moins un tiers des maisons sont endommagées ou détruites. Les grandes villes comme Raqqa, Alep et Homs ont été en grande partie détruites par l'utilisation massive et intense d'armes explosives. 80% de la ville de Raqqa a été détruite en 2017.

A Gaza récemment, 230 bâtiments, ont été détruits. 48 établissements scolaires, six hôpitaux et onze centres de soins de santé primaires ont été endommagés. La compagnie de distribution d'électricité de Gaza (GEDCO), ainsi que les installations d'eau, d'assainissement et d'hygiène ont été sévèrement touchées. (UNOCHA le 20 mai). Ces dommages auront un impact profond et à long terme sur les civils...

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 25 mai 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Non aux bombardements des civils : nous sommes déjà soutenus par 31 parlementaires fédéraux Mines et autres armes

Non aux bombardements des civils : nous sommes déjà soutenus par 31 parlementaires fédéraux

31 parlementaires fédéraux soutiennent notre combat contre les bombardements des civils, alors que le dernier cycle de consultations pour une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées aura lieu ce printemps au Palais des Nations à Genève. Ensemble, nous appelons la Suisse à adopter une position forte pour une meilleure protection de la population.

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020
© Waleed Khaled / HI
Mines et autres armes

Observatoire des mines : le nombre de victimes a augmenté de 21% en 2020

Publié aujourd’hui, le rapport 2021 de l'Observatoire des mines fait état d'un nombre exceptionnellement élevé pour la sixième année consécutive de victimes causées par les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les mines improvisées : 7’073 victimes en 2020, dont 80% de civils. Alors que va se tenir à La Haye du 15 au 19 novembre la conférence annuelle du Traité d'interdiction des mines, Handicap International, qui a reçu le prix Nobel de la paix avec d'autres organisations pour sa lutte contre les mines, appelle les États à mettre fin à l'utilisation de ces armes barbares.

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.