Go to main content

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Réadaptation Urgence
Bangladesh

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Inondations dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh

Inondations dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bangladesh | © HI

Des besoins urgents

HI a lancé une intervention d’urgence en août 2017 afin de venir en aide aux centaines de milliers de réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar. Depuis juin 2018, les populations, déjà fragilisées, doivent affronter des pluies torrentielles. Des inondations et des glissements de terrain compliquent l’accès des équipes HI auprès des plus vulnérables et l’acheminement du matériel humanitaire.

« 9 000 réfugiés sont touchés par les inondations et ont été relocalisés en urgence dans d’autres zones du camp. Cette situation fragilise de nombreuses personnes vulnérables qui vivent dans des conditions très précaires, et sont particulièrement exposés aux risques de catastrophes naturelles (cyclones). De plus, des épidémies de choléra sont à craindre. Les personnes affectées ont urgemment besoin d’un abri résistant, d’un accès à l’eau, à la nourriture et aux soins de santé »,

explique Jean-Loup Gouot, directeur de HI au Bangladesh.

HI poursuit son intervention d’urgence : « Nous menons des soins de réadaptation, apportons un soutien psychologique aux plus fragiles et favorisons l’acheminement de l’aide humanitaire auprès des réfugiés. Actuellement, suite aux intempéries, nous n’avons accès qu’à 70% de nos zones d’intervention. Nous évaluons des solutions alternatives[1] afin d’avoir accès aux personnes les plus vulnérables et leur donner le soutien dont ils ont besoin», ajoute Jean-Loup Gouot.

Nos projets pour les réfugiés rohingyas 

HI mène une intervention d’urgence depuis août 2017 et est venue en aide à plus de 24 000 réfugiés rohingyas dans les camps de Kutupalong, Balukhali, Unchipranget et Nayapara.

  • HI mobilise 10 équipes mobiles (composées de physiothérapeute, de psychologues, d'infirmiers, etc.) qui se déplacent dans les camps, identifient les plus vulnérables et leur proposent des soins de réadaptation, un soutien psychologique et des activités ludiques :
    • HI a proposé des séances de réadaptation à domicile ou à l’hôpital de Cox’s Bazar à plus de 8 000 personnes, et a fourni plus de 1 000 aides à la mobilité (béquilles, chaises roulantes, déambulateurs, etc.) aux personnes qui en ont besoin.
    • Plus de 8 500 personnes ont bénéficié d’un soutien psychologique individuel ou collectif.
  • HI a mis en place deux espaces de stockage (Unchiprang et Dhumdumia) destinés à conserver le matériel des organisations humanitaires, mis en place une flotte de 346 camions acheminant plus de 6 300 mètres cubes de matériel humanitaire (kits hygiène, aides à la mobilité, etc.).
  • Plus 4 000 personnes ont reçu des kits d’hygiène, plus de 24 000 personnes ont reçu 5 000 rations alimentaires et plus de 900 kits logement ont été distribués.

[1] Composées de  physiothérapeutes, travailleurs psychosociaux, infirmier, personnels de protection, travailleurs sociaux et éducateurs sportifs


 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées. 

A la veille d’une conférence humanitaire sur le Yémen à Paris : appel de 15 ONGs à la protection des civils
© Camille Gillardeau / HI
Urgence

A la veille d’une conférence humanitaire sur le Yémen à Paris : appel de 15 ONGs à la protection des civils

15 organisations humanitaires et de défense des droits humains ont demandé aujourd’hui au gouvernement français d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour convaincre leurs alliés, notamment l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, de minimiser l’impact sur les civils de l’attaque en cours sur la ville de Hodeidah, qui abrite le plus grand port du Yémen. La conférence internationale humanitaire sur le Yémen organisée à Paris le 27 juin ne sera utile que si elle contribue à prévenir cette nouvelle catastrophe humanitaire et à améliorer la protection des civils sur tout le territoire yéménite, estiment les ONG.