Goto main content
 
 

Raschid peut enfin marcher

Bénéficiaires Réadaptation Santé
Kenya

La famille de Rashid a dû fuir le Congo en 2018 et vit depuis lors dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya. Le garçon ne pouvait déjà pas marcher correctement lorsqu'il était petit, car ses genoux étaient déformés. Il n'avait pas d'amis et était souvent l'objet de moqueries de la part des autres enfants. En 2021, Rashid a été opéré et suit désormais une physiothérapie régulière. Il est l'un des 15'000 réfugiés de Kakuma dont HI s'occupe.

Rashid et Julienne, sa mère au camp de Kakuma au Kenya en avril 2022

Rashid et Julienne, sa mère au camp de Kakuma au Kenya en avril 2022 | © HI

Rashid, enfant réfugié et handicapé

Encore au Congo dans la région de Kivu, Julienne, la maman de Rashid remarque rapidement qu’à un an et demi, son fils a des difficultés à marcher. Elle ne sait pas ce que c’est.

« J'ai remarqué que Rashid avait un problème lorsqu'il a commencé à marcher. Il ne marchait pas comme les autres enfants. Je ne peux pas expliquer d'où cela vient car personne dans la famille n'a le même problème. »

La famille de Rashid décide ensuite de fuir les violences et les combats dans le Nord-Est du Congo, en février 2018. Elle se réfugie dans le camp de Kakuma, au Kenya. Là-bas, les autres enfants se moquent de Rashid à cause de son handicap. Il ne peut pas jouer avec eux et se sent exclu. 

La nouvelle vie de Rashid 

Rapidement, l’équipe de réadaptation de HI au camp de Kakuma diagnostique Rashid comme souffrant d'une déformation aux genoux. En septembre 2021, le garçon bénéficie d’une opération sur une de ses jambes à l’hôpital missionnaire de Kakuma qui travaille en collaboration avec HI. Le but de cette opération est de corriger la déformation en éventail de ses genoux. L’opération est un succès, ce qui permet d’opérer son autre jambe. Après plusieurs mois les jambes dans le plâtre, Rashid marche désormais sans problème. Il poursuit maintenant les exercices de renforcement musculaires et de mobilité.

« Je suis très heureux de me tenir debout sans que les autres enfants se moquent de moi. »

Julienne, sa mère est également très heureuse de voir son fils guéri. Rashid va de nouveau à l’école primaire de Shambela et s’est fait beaucoup d’amis. Il est très apprécié par ses professeurs qui le trouvent amical et plein d’entrain.

Chaque année, le 20 juin, le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) attire l'attention sur les millions de personnes qui ont fui leur pays et qui sont déplacées à l'intérieur de leur propre pays. Avec la guerre en Ukraine, ces chiffres ont à nouveau augmenté. Au milieu de l'année 2022, le HCR estime déjà que le nombre de personnes ayant fui leur pays dans le monde dépassera les 100 millions.

Published on: 20 juin 2022
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Portrait d'Imran, en Afghanistan Mines et autres armes Réadaptation

Portrait d'Imran, en Afghanistan

"Je jouais avec mes amis, j'ai vu quelque chose par terre. Je l'ai touché. Ça explosé." HI lui a fourni deux prothèses et des soins en réadaptation pour s'adapter à ses nouvelles jambes.

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui
© Jean Marie Jakomina / HI
Réadaptation Urgence

En Haïti, HI aide Jérôme à reprendre confiance en lui

Jérôme a été durement éprouvé par le séisme d’août 2021, puis par un AVC. HI lui fournit des séances de réadaptation et de soutien psychosocial pour l’aider à surmonter ces épreuves.

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine
© T. Mayer / HI
Réadaptation Urgence

Les blessures complexes causées par des armes explosives en Ukraine

Quelles blessures provoquent les explosions en Ukraine ? Comment nous aidons les hôpitaux ? L'importance de la réadaptation précoce : décriptage avec Gaëlle Smith, spécialiste de HI en réadaptation d'urgence.