Accès direct au contenu
 
 

Réfugié syrien, Osama vit en fauteuil roulant depuis huit ans

Insertion Mines et autres armes Réadaptation
Jordanie

A l’occasion des 9 ans de la guerre en Syrie ce dimanche 15 mars, Handicap International (HI) rappelle l’urgence de cette crise humanitaire. Osama, un jeune syrien de 25 ans, victime de bombardements, témoigne de la détresse humaine.

Osama dans son fauteuil roulant

Osama dans son fauteuil roulant | © HI

NON aux bombardements des civils! Handicap International (HI) appelle les citoyens suisses à mobiliser leurs parlementaires via une plateforme Internet dédiée pour demander au gouvernement suisse de soutenir la déclaration contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Fuir la violence

En 2012, le village où vivait Osama est bombardé. Son frère cadet, âgé de 13 ans est tué. Osama, touché aux vertèbres par un fragment de missile devient paralysé. Sa famille fuit alors vers la Jordanie. Il est soigné dans l’hôpital du camp de réfugiés de Zaatari. Une fois son état physique stabilisé, la famille déménage dans un appartement à l’Ouest d’Irbid.

Osama et sa famille dépendent en grande partie de l’aide humanitaire. Ils ont tout laissé derrière eux dans leur fuite. La mère d’Osama n’avait rien d’autre que la robe qu’elle portait à son arrivée en Jordanie et Osama un petit sac de vêtements.

Vivre paralysé

Dans les premiers temps, sans fauteuil roulant, Osama restait cloîtré chez lui. C’est en 2013 que HI lui a rendu visite pour la première fois.

Pendant deux ans, notre équipe lui est venue en aide. Tout d’abord il a reçu un fauteuil roulant, a appris à l’utiliser et à s’habiller seul. Il a également bénéficié d’un accompagnement psychologique. Il a suivi un programme spécial destiné aux réfugiés syriens en Jordanie, même si la plupart des établissements ne reconnaissent pas le certificat d’études secondaires qui lui a été délivré.

Vivre en fauteuil roulant

Les difficultés quotidiennes commencent dès qu’Osama doit sortir de chez lui. Les rues et les trottoirs ne sont pas adaptés aux personnes en fauteuil roulant. Il rencontre de nombreux obstacles liés au manque d’accessibilité de la ville pour ses déplacements et pour l’accès aux bâtiments. Il a également des difficultés à trouver un emploi décent ou à poursuivre ses études.

C’était un élève en mécanique automobile, mais la guerre, son handicap et sa condition de réfugié syrien ont tout changé. Il ne peut pas suivre de formation de qualité, car les établissements d’enseignement les plus abordables ne sont pas accessibles.

Surmonter la dépression

Refusant d’accepter sa situation, Osama est d’abord resté alité pendant toute une année mais son état s’est amélioré, lorsqu’il a reçu des services adaptés. Il est aujourd’hui volontaire auprès de HI et aide notre équipe à prendre en charge des cas similaires. Le fait de pouvoir partager son histoire avec d’autres réfugiés l’aide à surmonter son traumatisme.

Il rêve aujourd’hui de partir pour le Canada, où vit son oncle. Il confie à nos équipes ses projets ambitieux d’avenir.

"Je souhaiterai suivre des études supérieures afin de devenir développeur de jeux vidéo".

Published on: 3 mars 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 : « Ne laisser personne de côté »
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Insertion Prévention

Covid-19 : « Ne laisser personne de côté »

La République Centrafricaine, confronté à une terrible crise humanitaire doit maintenant faire face à la pandémie de Covid-19. Les équipes de Handicap International (HI), sont investies pour que les personnes handicapées et les personnes vulnérables ne soient pas oubliées dans les actions de prévention face à l’épidémie. 

Le Covid-19 entrave l’assistance médicale à Gaza
© HI
Réadaptation Urgence

Le Covid-19 entrave l’assistance médicale à Gaza

À Gaza, le Covid-19 accroît l’isolement des personnes handicapées, car l’aide et les services sont suspendus. C’est le cas de Ihab qui a perdu l’usage de ses deux jambes en 2019 lors d’une manifestation. Les mesures de confinement compliquent son rétablissement. Il nous raconte son histoire :

Covid-19 : les petits commerçants sans revenus
© HI
Insertion Urgence

Covid-19 : les petits commerçants sans revenus

Meryam est mère de 10 enfants et gère son propre commerce d'arachides à Fafan, dans le sud-est de l'Éthiopie. Mais le confinement contre le Covid-19 a mis un terme à toute activité. En ces temps difficiles, l'entraide est vitale, nous dit Meryam, qui est soutenue par HI (Handicap International). Elle nous parle de sa vie et des changements provoqués par la pandémie :