Accès direct au contenu
 
 

Reiza Dejito, mère et humanitaire engagée pour HI au Népal

Droit Urgence
Népal

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, voici le portrait de Reiza Dejito, engagée pour HI depuis 20 ans dans des pays touchés par des crises humanitaires.

Reiza Dejito

Reiza Dejito | © PBDN

Comment as-tu décidé de rejoindre HI ?

Diplômée en sciences et physiothérapie ainsi qu’en enseignement (et plus tard en gestion), j’ai réalisé plusieurs missions de bénévolat aux Philippines (mon pays natal) et en Ethiopie. J’ai ensuite rejoint HI, trois mois après avoir quitté l’Ethiopie, pour devenir chef de projet assistance aux victimes au Soudan du Sud, à Bor. Depuis, j’ai travaillé au Kenya, au Bangladesh, aux Philippines et maintenant au Népal

Une expérience particulièrement marquante ?

Avoir travaillé avec les réfugiés rohingyas au Bangladesh. Ces gens ont tant souffert. Une femme me racontait avoir assisté à l’assassinat de son mari et à l’incendie de leur propre maison. Un enfant de 9 ans, blessé au bras par une balle lors d’un affrontement, me confiait qu’il avait pardonné à l’agresseur qui s’était trompé de cible. Ces hommes, femmes, enfants, qui ont marché pendant des jours et des jours pour traverser la frontière, avec peu de vivres et d’eau... Terrible
Autre souvenir : directrice aux Philippines, j’ai rejoint l’équipe urgence pour aider les victimes du super typhon Goni. J’ai vraiment été marquée par la résilience et la générosité des Philippins. Et par l’engagement de mon équipe et des associations partenaires qui voulaient apporter de l’aide à ceux qui en avaient le plus besoin.

Le plus difficile dans ta fonction ?

En tant que directrice de programme, je dois assurer la sécurité et la protection de mes équipes. Qu’ils soient sains et saufs, et en bonne santé, malgré les situations d’urgence, les crises, les conflits. En 2016, j’ai dû gérer l’évacuation des équipes de HI au Soudan du Sud, suite à une série d’affrontements meurtriers entre des groupes armés. Ce fut l’expérience la plus éprouvante de ma carrière.

Ce qui est essentiel pour travailler avec ton équipe ?

La confiance. La transparence. L’empathie. Et pouvoir rire ensemble.

Comment trouver le juste équilibre entre engagement humanitaire et vie privée ?

Trouver cet équilibre est un grand défi pour de nombreuses femmes et les empêche souvent d'occuper des postes à responsabilités. J’ai énormément de chance d’avoir une famille soutenante et un mari qui s’occupe de notre enfant quand je travaille. Grâce à leur soutien, je peux occuper la fonction que j’ai. Ma famille est ma plus grande motivation, cela m’inspire énormément pour m’améliorer chaque jour. 

Un challenge concernant l’équité homme-femme dans le secteur humanitaire ?

Personnellement, j’ai eu la chance de travailler avec certains collègues et  responsables d’équipe masculins qui soutenaient le ‘leadership’ des femmes. Mais si les femmes sont très nombreuses à travailler dans le secteur humanitaire, elles sont encore trop souvent sous-représentées dans des fonctions à haute responsabilité. De nombreux progrès ont été réalisés au sein des organisations, mais ce n’est pas suffisant. Il y a encore énormément de travail à accomplir pour plus d’équité. Et ce n’est pas un chantier évident, puisque ces inégalités sont liées à de profondes discriminations inscrites dans les domaines culturels, sociaux, financiers et politiques depuis des générations. Il ne s’agit pas uniquement de favoriser l’autonomie des femmes et de défendre leurs droits, il faut aussi changer les cultures d’entreprises. Les hommes ont eux-aussi un rôle à jouer à ce niveau-là. J’aspire à ce que les femmes puissent avoir accès aux fonctions à responsabilité, comme les hommes. Je me dis qu’on va y arriver… lentement, mais sûrement.

Published on: 4 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10’000 familles de réfugiés Rohingyas au Bangladesh ont vu leur camp partir en flamme
© Philippa Poussereau/HI
Urgence

10’000 familles de réfugiés Rohingyas au Bangladesh ont vu leur camp partir en flamme

Suite aux terribles incendies du 22 mars 2021 qui ont touchés les camps de réfugiés Rohingyas au Bangladesh, nous saluons avec d’autres ONG la collaboration des différents acteurs dans leurs efforts pour aider les personnes sinistrées et proposons des mesures à mettre en place au lendemain de l'incendie.

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin
© ISNA agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians Urgence

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin

La guerre au Yémen provoque la plus grande crise humanitaire au monde. Le niveau de destruction des infrastructures par les bombardements et les tirs massifs dans les zones peuplées, ainsi que la contamination par les engins explosifs sont des défis énormes à relever. Sur place depuis 2015, nous interpellons les Etats contre les conséquences effrayantes à long terme des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. Ils doivent soutenir le projet d'accord international actuellement en cours de négociation.

HI aide les réfugiés rohingyas victimes d’un incendie au Bangladesh
© HI
Urgence

HI aide les réfugiés rohingyas victimes d’un incendie au Bangladesh

Notre équipe est venue en aide aux victimes de l’incendie du 14 janvier 2021 dernier qui a détruit plus de 500 abris dans le camp de réfugiés de Nayarapa, au Bangladesh.