Go to main content
 
 

Non aux bombardements des civils : interpellation des parlementaires

Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians
Suisse

Près de 100 États et ONG se réunissent à une Conférence à Vienne les 1er et 2 octobre pour trouver une solution politique aux dommages causés par les bombardements dans les zones peuplées : les civils représentent 90 % des victimes dans les villes. Cette conférence est une occasion unique pour exiger des États une déclaration politique pour protéger les civils dans les zones de guerre et fournir une assistance aux victimes. 

Afin de s'assurer que les gouvernements s'engageront dans cette cause, Handicap International (HI) lance le 1er octobre une campagne nationale d’interpellation des parlementaires par la population. Forte de sa tradition humanitaire, la Suisse se doit de jouer un rôle de leader et de s’engager pro-activement dans ce processus politique et faire avancer l’élaboration d’une déclaration politique internationale.

© Handicap International

Un processus politique historique

La conférence de Vienne a pour but de trouver une solution politique aux dommages causés aux civils par les bombardements et les pilonnages dans les guerres urbaines. Cette conférence internationale est cruciale pour trouver des solutions aux conséquences humanitaires dévastatrices de ces pratiques. Cette reconnaissance par les Etats de l'urgence d'agir est un premier succès pour la société civile ! HI - co-fondateur du Réseau international des armes explosives (INEW) – y travaille depuis plus de 5 ans. 

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, et le Président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, ont lancé la semaine dernière un appel soulignant l'impact dévastateur des armes explosives sur la vie des civils. Ils ont affirmé leur ferme soutien à une déclaration politique visant à mettre fin aux dommages causés par leur utilisation. Cette déclaration appelle les États à s'engager à trouver des solutions politiques à ce problème humanitaire majeur.

À la suite de la Conférence de Vienne, les négociations aboutiront à un projet de déclaration politique visant à mettre fin aux dommages causés par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées. Cette phase diplomatique devrait s'achever avec une Conférence à Dublin prévue début 2020, lorsque la déclaration politique sera ouverte à l'adoption par les Etats. 

Interpellation des parlementaires nationaux

HI appelle les habitants de 7 pays (Allemagne, Belgique, Canada, France, Luxembourg, Suisse, Royaume-Uni) à mobiliser les parlementaires de leur pays pour s'assurer que les gouvernements s'engageront pour cette cause. 

Les habitants suisses sont invités à écrire aux parlementaires de leur choix à travers une page web dédiée pour demander au gouvernement suisse de s'engager pleinement et pro-activement dans le processus politique en cours et de se positionner plus clairement et fermement contre le bombardement des civils dans les zones habitées.

La Suisse est un membre d’un groupe de 12 Etats qui travaille depuis quelques années à l’élaboration d’une déclaration visant à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Forte de sa tradition humanitaire et dépositaire des Conventions de Genève, le gouvernement doit jouer un rôle de leader dans ce groupe pour faire avancer l’élaboration de la déclaration politique internationale. 

Les conséquences dévastatrices des bombardements en zones peuplées

Les conflits armés se déroulent de plus en plus dans les zones peuplées, principalement dans les villes. L'impact de l'utilisation d'armes explosives est dévastateur pour les civils : selon Action On Armed Violence (AOAV), 20’384 civils ont été tués ou blessés par des armes explosives en 2018. Lorsque les armes explosives sont utilisées en zones peuplées, 90% des victimes sont des civils. Ces derniers représentaient 50 % des victimes pendant la Seconde Guerre mondiale, 15 % pendant la Première Guerre mondiale. Cette tendance des conflits modernes est inacceptable.

Au-delà des morts et des blessés immédiats, l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées entraîne la destruction de maisons et d'infrastructures essentielles comme les hôpitaux, les écoles, les systèmes d'approvisionnement en eau et en électricité, laisse une contamination massive par des munitions non explosées et est un des principaux moteurs des déplacements de population à l'intérieur et au-delà des frontières. 

« La machine de guerre a infligé d'énormes souffrances en Ukraine, en Irak, en Syrie, au Yémen, etc., bombardant des quartiers entiers et détruisant des infrastructures civiles vitales comme les hôpitaux et les écoles.... Des villes comme Mossoul (Irak), Raqqa (Syrie)... sont fortement contaminées par des restes explosifs ; la vie ne reprendra qu'après des années d'opérations complexes de déminage. Les Etats doivent mettre fin à ce scénario systématique dans les guerres récentes. Nous avons besoin de tout le soutien de la population pour faire en sorte que les États s'engagent à signer une déclaration politique forte au début de l'année prochaine »

ajoute Anne Héry, directrice du Plaidoyer chez HI

Lire le communiqué de presse en format PDF

Published on: 30 septembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rapport de l’Observatoire 2019 : Un nombre exceptionnel de victimes pour la quatrième année consécutive. Un retour en arrière alarmant
© Nadège Mazars / HI
Mines et autres armes

Rapport de l’Observatoire 2019 : Un nombre exceptionnel de victimes pour la quatrième année consécutive. Un retour en arrière alarmant

Publié le 21 novembre, le rapport 2019 de l'Observatoire des mines fait état pour la quatrième année consécutive d'un nombre exceptionnellement élevé de victimes de mines, en particulier de restes explosifs de guerre (REG) et de mines improvisées. L’Observatoire a enregistré 6 897 victimes de mines en 2018 contre 3 998 en 2014. Le nombre de victimes de mines improvisées est le plus haut jamais enregistré par le rapport, avec 3 789 personnes tuées ou blessées.

Conférence : Développement inclusif maintenant ! Droit Inclusion

Conférence : Développement inclusif maintenant !

Invitation : Conférence "Développement inclusif maintenant!", le 3 décembre 2019, de 13h00 à 17h30 à la Krusaal, Berne

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées
(c) HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Vers une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées

Le lundi 18 novembre, aux Nations unies à Genève, les délégations d’États, les militaires, les agences des Nations Unies et la société civile se sont réunies pour entamer des discussions sur une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives dans les zones habitées.