Go to main content
 
 

Trop d’institutions financières soutiennent encore les investissements dans la production d’armes à sous-munitions

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
International

L’organisation non gouvernementale PAX présente le 16 juin la 7ème édition de son rapport sur les investissements dans la production des armes à sous-munitions, Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability. Selon ce rapport, 158 institutions financières dans le monde financent la production de ces armes interdites. Alors que Handicap International a alerté à l’automne dernier sur l’augmentation de l’utilisation d’armes à sous-munitions en 2015, l’association s’alarme du fait que les investissements dans la production de ces armes barbares, qui ont atteint 28 milliards de dollars entre 2012 et 2016, ne faiblissent pas. 

Une bombe à sous-munitions

Une bombe à sous-munitions | © U. Meissner Handicap International

Dans son rapport Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability, l’ONG néerlandaise PAX dévoile que 158 institutions financières, soit 7 de plus qu’en 2014, ont fourni des prêts et des services financiers à 7 producteurs de bombes à sous-munitions. La majorité de ces institutions sont basées aux Etats-Unis (74), en Chine (29) et en Corée du Sud (26). Les investissements dans la production de ces armes ont atteint 28 milliards de dollars pour la période 2012-2016 couverte par le rapport.

Vingt de ces institutions financières viennent d’Etats Parties au Traité d’Oslo interdisant les sous-munitions dont la Suisse. Or, le fait de financer la production de ces armes constitue une violation grave de l’esprit du traité dans la mesure où le financement peut être assimilé au fait d’encourager, d’aider ou d’inciter autrui à s’engager dans la production de sous-munitions, ce qui est interdit par le traité. Dix pays, dont la Suisse, ont même clairement interdit les investissements pour la production d’armes à sous-munitions dans leurs législations nationales.

"Les producteurs de bombes à sous-munitions accèdent trop facilement au prêt et aux services financiers. Et le nombre d’institutions financières impliquées et les montants investis restent toujours importants, déclare Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. La Suisse a interdit ces investissements en 2012 en légiférant en la matière. Cependant, le présent rapport liste encore un prestigieux organisme financier helvétique qui continue à investir dans les armes à sous-munitions. L’année 2015 a été marquée par une recrudescence importante de l’utilisation de sous-munitions. Face à ces signes inquiétants, nous ne devons pas baisser la garde et rappeler que le Traité d’Oslo doit être respecté."

En 2015, des armes à sous-munitions ont été utilisées dans cinq pays, en Libye, au Soudan, en Syrie, en Ukraine et au Yémen, infligeant un coût inacceptable aux civils, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des armes à sous-munitions. L’utilisation de ces armes est en nette augmentation par rapport à 2014.

Rapport 2016 de l'Observatoire des sous-munitions

Retrouvez tous nos communiqués de presse sur le sujet:

> 4 avril: journée mondiale contre les mines et les sous-munitions: Lire le communiqué de presse

> Trop d’institutions financières soutiennent encore les investissements dans la production d’armes à sous-munitions: Lire le communiqué de presse

> Les armes à sous-munitions utilisées dans cinq pays, une réalité inédite depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de ces armes: Lire le communiqué de presse

 

Published on: 16 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils
© Handicap International
Événement Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Une exposition pour permettre à la population de dire NON aux bombardements des civils

Dans le cadre de sa campagne « stop bombing civilians », Handicap International (HI) organise une exposition itinérante qui passera à Lausanne du 14 au 20 octobre. Ses objectifs : inviter le public à interpeller ses conseillers nationaux afin que le gouvernement suisse se positionne plus fermement pour la protection des civils lors des conflits et qu’il s’engage pro-activement dans l’élaboration d’une déclaration politique internationale. Ensemble nous avons 6 mois pour stopper le bombardement des civils !

Bombardements en zones peuplées :  les Etats reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Bombardements en zones peuplées : les Etats reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 Etats et des ONG se sont réunis pendant deux jours lors de la Conférence de Vienne sur la "Protection des civils dans les guerres urbaines". La majorité  d’entre eux ont déclaré être prêts à travailler à une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront pendant six mois seront décisives pour protéger des millions de civils vivant dans les zones de guerre.

Non aux bombardements des civils : interpellation des parlementaires
© Handicap International
Mines et autres armes Mobilisation Stop Bombing Civilians

Non aux bombardements des civils : interpellation des parlementaires

Près de 100 États et ONG se réunissent à une Conférence à Vienne les 1er et 2 octobre pour trouver une solution politique aux dommages causés par les bombardements dans les zones peuplées : les civils représentent 90 % des victimes dans les villes. Cette conférence est une occasion unique pour exiger des États une déclaration politique pour protéger les civils dans les zones de guerre et fournir une assistance aux victimes. 

Afin de s'assurer que les gouvernements s'engageront dans cette cause, Handicap International (HI) lance le 1er octobre une campagne nationale d’interpellation des parlementaires par la population. Forte de sa tradition humanitaire, la Suisse se doit de jouer un rôle de leader et de s’engager pro-activement dans ce processus politique et faire avancer l’élaboration d’une déclaration politique internationale.