Go to main content
 
 

Trop d’institutions financières soutiennent encore les investissements dans la production d’armes à sous-munitions

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
International

L’organisation non gouvernementale PAX présente le 16 juin la 7ème édition de son rapport sur les investissements dans la production des armes à sous-munitions, Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability. Selon ce rapport, 158 institutions financières dans le monde financent la production de ces armes interdites. Alors que Handicap International a alerté à l’automne dernier sur l’augmentation de l’utilisation d’armes à sous-munitions en 2015, l’association s’alarme du fait que les investissements dans la production de ces armes barbares, qui ont atteint 28 milliards de dollars entre 2012 et 2016, ne faiblissent pas. 

Une bombe à sous-munitions

Une bombe à sous-munitions | © U. Meissner Handicap International

Dans son rapport Worldwide Investments in Cluster Munitions: A Shared Responsability, l’ONG néerlandaise PAX dévoile que 158 institutions financières, soit 7 de plus qu’en 2014, ont fourni des prêts et des services financiers à 7 producteurs de bombes à sous-munitions. La majorité de ces institutions sont basées aux Etats-Unis (74), en Chine (29) et en Corée du Sud (26). Les investissements dans la production de ces armes ont atteint 28 milliards de dollars pour la période 2012-2016 couverte par le rapport.

Vingt de ces institutions financières viennent d’Etats Parties au Traité d’Oslo interdisant les sous-munitions dont la Suisse. Or, le fait de financer la production de ces armes constitue une violation grave de l’esprit du traité dans la mesure où le financement peut être assimilé au fait d’encourager, d’aider ou d’inciter autrui à s’engager dans la production de sous-munitions, ce qui est interdit par le traité. Dix pays, dont la Suisse, ont même clairement interdit les investissements pour la production d’armes à sous-munitions dans leurs législations nationales.

"Les producteurs de bombes à sous-munitions accèdent trop facilement au prêt et aux services financiers. Et le nombre d’institutions financières impliquées et les montants investis restent toujours importants, déclare Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. La Suisse a interdit ces investissements en 2012 en légiférant en la matière. Cependant, le présent rapport liste encore un prestigieux organisme financier helvétique qui continue à investir dans les armes à sous-munitions. L’année 2015 a été marquée par une recrudescence importante de l’utilisation de sous-munitions. Face à ces signes inquiétants, nous ne devons pas baisser la garde et rappeler que le Traité d’Oslo doit être respecté."

En 2015, des armes à sous-munitions ont été utilisées dans cinq pays, en Libye, au Soudan, en Syrie, en Ukraine et au Yémen, infligeant un coût inacceptable aux civils, selon le rapport 2015 de l’Observatoire des armes à sous-munitions. L’utilisation de ces armes est en nette augmentation par rapport à 2014.

Rapport 2016 de l'Observatoire des sous-munitions

Retrouvez tous nos communiqués de presse sur le sujet:

> 4 avril: journée mondiale contre les mines et les sous-munitions: Lire le communiqué de presse

> Trop d’institutions financières soutiennent encore les investissements dans la production d’armes à sous-munitions: Lire le communiqué de presse

> Les armes à sous-munitions utilisées dans cinq pays, une réalité inédite depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de ces armes: Lire le communiqué de presse

 

Published on: 16 juin 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Attaques au Yémen : les ONG sur place dénoncent des victimes civiles
© Camille Gillardeau / Handicap International
Stop Bombing Civilians

Attaques au Yémen : les ONG sur place dénoncent des victimes civiles

Handicap International et 10 autres ONG sont choquées et attristées d'apprendre que 31 civils ont été tués et 12 autres personnes blessées lors d'attaques contre le gouvernorat d'Al Jawf, dans le nord du Yémen, le 15 février.

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump
(c) Basile Barbey / HI
Mines et autres armes Mobilisation

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump

Ce jeudi 13 février 2020 à Genève, sous Broken Chair, monument symbole de la barbarie des mines, Handicap International et Gniep Smoeun ont appelé les Etats signataires du Traité d’Ottawa à user de toute leur influence pour que les USA reviennent sur leur révoltante décision de réintroduire les mines.

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées

Lundi 10 février 2020, aux Nations unies à Genève, les délégations des États, les militaires, les agences des Nations unies et la société civile se sont réunies pour discuter d'une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Handicap International (HI) et les membres du Réseau international sur les armes explosives (INEW) dialoguent avec les États pour les convaincre d'élaborer une déclaration politique forte. Il est urgent de mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et de soutenir les victimes.