Accès direct au contenu
 
 

« Il y avait une chance sur 100 que je survive »

Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians
Jordanie

Mohamad fait partie des milliers de Syriens victimes des bombardements. Paralysé des membres inférieurs depuis une explosion en 2012, il a réappris à vivre avec HI.

Mohamad devant chez lui à Irbid, en Jordanie.

Mohamad devant chez lui à Irbid, en Jordanie. | © S. Khalifat / HI

Mohamad rentrait chez lui après le travail. Il y avait un attroupement sur la route. Tout à coup, il y a eu une énorme explosion.

« Je me suis réveillé quatre ou cinq heures plus tard dans un hôpital de campagne. Les premiers mots que j'ai entendus de la part des médecins ont été : « Il y a une chance sur 100 pour qu'il survive. »

Dieu merci, j'ai été opéré ; je suis resté couché sur le dos pendant six mois avant de venir en Jordanie pour recevoir le traitement nécessaire.

Pendant le traitement, j’ai eu une fracture de la hanche qui a entraîné une calcification pelvienne. Mon état de santé était très mauvais à l'époque. J'étais aussi très déprimé.

J'ai bénéficié de séances de rééducation et j’ai reçu un appareil médical, un lit, un fauteuil roulant, un déambulateur, des plâtres et une chaise spéciale pour la salle de bain. Tout cela m’a beaucoup aidé. Mais se retrouver en fauteuil roulant du jour au lendemain est vraiment dur,  j'ai eu du mal à l'accepter ma nouvelle condition. Mais j’ai fini par m’adapter.

Avant ma blessure, la vie était différente, c'était génial. Je travaillais dans le secteur de la décoration sur pierre. J'avais l'habitude de sortir avec mes amis. J'aimais nager. J'aimais aussi conduire ma moto…

J'ai senti que je devais travailler dur pour surmonter mon handicap. J'ai suivi une formation en artisanat (montage d'accessoires, en création de parfums, en fabrication de bougies),et puis je suis devenu formateur à mon tour… Récemment, nous avons organisé une exposition au centre commercial d'Arabela dans la ville d’Irbid. Nous avons également visité plusieurs bazars. C'était une expérience formidable. 

 

10 ans de guerre et de chaos en Syrie. 3 millions d'enfants n'ont jamais rien connu d'autre que la guerre au quotidien, les villes et infrastructures sont détruites. Comment agir ? Pour en savoir plus

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 23 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin
© ISNA agency / HI
Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians Urgence

6 ans de guerre au Yémen : le pays dévasté par une guerre sans fin

La guerre au Yémen provoque la plus grande crise humanitaire au monde. Le niveau de destruction des infrastructures par les bombardements et les tirs massifs dans les zones peuplées, ainsi que la contamination par les engins explosifs sont des défis énormes à relever. Sur place depuis 2015, nous interpellons les Etats contre les conséquences effrayantes à long terme des armes explosives utilisées dans les zones peuplées. Ils doivent soutenir le projet d'accord international actuellement en cours de négociation.

Safa fait des progrès et rêve d’aller à l’école
© Oriane Zerah / HI
Inclusion Réadaptation

Safa fait des progrès et rêve d’aller à l’école

La vie de Safa a beaucoup changé depuis qu’elle a rencontré notre équipe mobile dans la région d’Hérat en Afghanistan. 

10ème anniversaire du conflit syrien: « Il faudra des générations pour reconstruire la Syrie »
Elisa Fourt
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

10ème anniversaire du conflit syrien: « Il faudra des générations pour reconstruire la Syrie »

10 ans après le début du conflit, alors que les combats continuent en Syrie, le travail de reconstruction du pays s'annonce colossal: diversité et étendue des armes explosives qui polluent le territoire, infrastructures et villes détruites par les bombardements incessants, population syrienne déplacée, traumatisée, blessée et paupérisée... Nous appellons la communauté internationale à donner les moyens d'agir aux différents acteurs de l'aide en Syrie.