Accès direct au contenu
 
 

« Il y avait une chance sur 100 que je survive »

Mines et autres armes Réadaptation Stop Bombing Civilians
Jordanie

Mohamad fait partie des milliers de Syriens victimes des bombardements. Paralysé des membres inférieurs depuis une explosion en 2012, il a réappris à vivre avec HI.

Mohamad devant chez lui à Irbid, en Jordanie.

Mohamad devant chez lui à Irbid, en Jordanie. | © S. Khalifat / HI

Mohamad rentrait chez lui après le travail. Il y avait un attroupement sur la route. Tout à coup, il y a eu une énorme explosion.

« Je me suis réveillé quatre ou cinq heures plus tard dans un hôpital de campagne. Les premiers mots que j'ai entendus de la part des médecins ont été : « Il y a une chance sur 100 pour qu'il survive. »

Dieu merci, j'ai été opéré ; je suis resté couché sur le dos pendant six mois avant de venir en Jordanie pour recevoir le traitement nécessaire.

Pendant le traitement, j’ai eu une fracture de la hanche qui a entraîné une calcification pelvienne. Mon état de santé était très mauvais à l'époque. J'étais aussi très déprimé.

J'ai bénéficié de séances de rééducation et j’ai reçu un appareil médical, un lit, un fauteuil roulant, un déambulateur, des plâtres et une chaise spéciale pour la salle de bain. Tout cela m’a beaucoup aidé. Mais se retrouver en fauteuil roulant du jour au lendemain est vraiment dur,  j'ai eu du mal à l'accepter ma nouvelle condition. Mais j’ai fini par m’adapter.

Avant ma blessure, la vie était différente, c'était génial. Je travaillais dans le secteur de la décoration sur pierre. J'avais l'habitude de sortir avec mes amis. J'aimais nager. J'aimais aussi conduire ma moto…

J'ai senti que je devais travailler dur pour surmonter mon handicap. J'ai suivi une formation en artisanat (montage d'accessoires, en création de parfums, en fabrication de bougies),et puis je suis devenu formateur à mon tour… Récemment, nous avons organisé une exposition au centre commercial d'Arabela dans la ville d’Irbid. Nous avons également visité plusieurs bazars. C'était une expérience formidable. 

 

10 ans de guerre et de chaos en Syrie. 3 millions d'enfants n'ont jamais rien connu d'autre que la guerre au quotidien, les villes et infrastructures sont détruites. Comment agir ? Pour en savoir plus

Quand les armes explosives sont utilisées dans les zones urbaines, 88% des victimes sont des civils. Bombarder des civils ce n'est pas la guerre, c'est un crime! Rejoignez notre combat contre les bombardements des civils en signant notre pétition.

Published on: 23 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs
© DR
Mines et autres armes

Syrie: une personne sur deux est menacée par des restes explosifs

Après onze ans de guerre et d'utilisation intensive d'armes explosives, jusqu'à 300'000 engins explosifs n'ont pas explosé en Syrie. Ces restes menacent une personne sur deux dans le pays, soit plus de 10 millions d’habitants. Tels sont les constat d'une étude menée par Handicap International en collaboration avec "Syria Mine Action Area of Responsibility".

Aider où les besoins sont les plus importants
© HI
Réadaptation Urgence

Aider où les besoins sont les plus importants

Dans toute l'Ukraine, nous soutenons les personnes déplacées et les hôpitaux où les besoins sont les plus importants. La prise en charge des victimes d'incendie et des blessés amputés devient chaque jour plus difficile. Nous remarquons que de plus en plus de bénévoles, dont des étudiants, s'occupent des blessés. En outre, la situation des personnes âgées ou handicapées se dégrade dramatiquement, surtout dans l'est de l'Ukraine.