Go to main content
 
 

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»

Stop Bombing Civilians
Syrie

À l'occasion du 7e anniversaire du conflit en Syrie, Handicap International (HI) rappelle à quel point les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par l’utilisation massive et continue d’armes explosives. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées - devenus courants dans les conflits actuels en Iraq, en Syrie et au Yémen - tuent et blessent à 92 % des civils.

En Syrie, Qusay a perdu ses deux jambes à cause d'une attaque à la bombe

En Syrie, Qusay a perdu ses deux jambes à cause d'une attaque à la bombe | © Benoit Almeras / HI

Nous appelons le public à signer notre pétition en ligne pour demander aux États de mettre fin à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Notre objectif consiste à obtenir 1 million de signatures, pour remettre officiellement la pétition aux Nations unies et aux responsables politiques en septembre 2018.

Les frappes aériennes qui visent la Ghouta orientale depuis le 18 février 2018 ont fait plus de 1 100 morts et ont détruit d'innombrables infrastructures civiles, notamment des hôpitaux et des centres de santé. Dans le même temps, les bombardements et les tirs d'artillerie dans le centre de Damas ont fait des dizaines de victimes. Ces derniers mois, les offensives militaires, accompagnées de frappes aériennes massives et de tirs d'artillerie, ont tué des centaines de civils dans le gouvernorat d'Idlib, le gouvernorat de Rakka et le district d'Afrin.

Dans les pays touchés par la crise syrienne, nos équipes peuvent témoigner de la souffrance et du traumatisme de la population syrienne, victime d'un conflit marqué par l'utilisation massive et répétée d'armes explosives. D'après une enquête de l'International NGO Safety Organization (INSO), 33 394 attaques comprenant des armes explosives ont été menées en 2017 en Syrie, soit 70 % des incidents signalés. Cela représente en moyenne 91 attaques par jour, sous la forme de bombardements ou de tirs d'artillerie.

Le bombardement des populations civiles engendrent de terribles conséquences humanitaires : blessures graves et invalidantes, lourd traumatisme psychologique, déplacements forcés et appauvrissement de la population, destruction des infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), rupture du tissu socio-économique, etc. Dans le rapport Syrie, un avenir mutilé, publié par HI en mai 2016, 53 % des blessures liées à la crise syrienne sont dues à l'utilisation d'armes explosives. Lorsque des armes explosives sont utilisées en zones peuplées, le nombre de victimes civiles atteint au moins 92 %.

Le bombardement de populations civiles, ce n’est pas la guerre : c'est un crime. Selon le droit international humanitaire (DIH), toutes les précautions doivent être prises pour protéger les civils et que ces derniers ne doivent pas être exposés à des attaques aveugles ou disproportionnées. Ces principes fondamentaux du DIH doivent être défendus et appliqués avec fermeté.

Signer une pétition pour agir contre le massacre des civils!

Seule la mobilisation de citoyens consternés peut permettre d'élaborer des solutions politiques et mettre un terme à ce carnage. Nous demandons ainsi au public de signer notre pétition internationale lancée dans le cadre de notre campagne «Stop Bombing Civilians». Cette pétition, dont l'objectif consiste à recueillir 1 million de signatures, en compte déjà 390 000. Elle sera remise aux Nations unies et aux décideurs politiques en septembre 2018.

«Par l'intermédiaire de notre pétition, nous souhaitons exercer une pression maximale sur les États et les inciter à rédiger une déclaration afin de réduire la souffrance des populations civiles vivant en zone de conflit et mettre fin à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Nous invitons chaque citoyen à dire «Stop!» en signant la pétition de HI. Nous avons pour objectif d'obliger les États à reconnaître les conséquences humanitaires des bombardements en zones peuplées», explique Petra Schroeter, directrice de Handicap International Suisse. 

 

Lire le communiqué de presse en PDF 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions : les sous-munitions continuent de tuer des civils
©A. Gelebart-20 minutes / HI
Mines et autres armes

Rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions : les sous-munitions continuent de tuer des civils

Publié le 29 août, le rapport 2019 de l’Observatoire des sous-munitions révèle que de nouvelles attaques utilisant des armes à sous-munitions ont eu lieu en Syrie en 2018. Dans le monde, au moins 149 personnes ont été victimes d’attaques ou de restes de sous-munitions dans 8 pays et un territoire. Alors que jusqu’à 40 % de ces armes n’explosent pas à l’impact, ces attaques engendrent une lourde contamination aux restes de sous-munitions, posant une menace mortelle et à long terme pour les populations locales.
 

La conférence des États parties à la Convention d’Oslo, qui interdit les armes à sous-munitions, se tiendra du 2 au 4 septembre 2019 à Genève. HI appelle les États à appliquer le Droit international et à systématiquement condamner l’utilisation de ces armes barbares.

Nos drapeaux sur le pont du Mont-Blanc
(c) Basile Barbey / HI
Événement Stop Bombing Civilians

Nos drapeaux sur le pont du Mont-Blanc

Les drapeaux du pont du Mont-Blanc sont aux couleurs de Handicap International (HI) et de sa campagne de mobilisation « Stop bombing civilians ». Objectifs : appeler les Etats à reconnaitre l’ampleur du problème et s’engager à mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.

Les civils, victimes des combats puis des restes explosifs
© Agence ISNA / HI
Stop Bombing Civilians

Les civils, victimes des combats puis des restes explosifs

Au Yémen, l’utilisation massive des armes explosives laissent une contamination qui, après les combats, ajoute un danger supplémentaire pour les civils.