Go to main content

Armes explosives en zones peuplées: stop bombing civilians!

Afghanistan Irak Syrie Ukraine Yémen

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

Ali et son petit frère Mohammed

Ali et son petit frère Mohammed | (c) N Matelle / Handicap International

Action on Armed Violence (AOAV) a publié le 15 mai 2017 son sixième rapport annuel sur l'utilisation des armes explosives (en anglais). AOAV est membre du Réseau international sur les armes explosives (INEW), une coalition d'ONG cofondée par Handicap International pour plaider contre l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Celles-ci ont des conséquences désastreuses sur les populations civiles dans les conflits actuels en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Ukraine, au Yémen…

Selon ce dernier rapport, 45 624 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en 2016. 70% des victimes étaient des civils. Quand les armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, les civils représentent 92 % des victimes.

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à Handicap International: "Les tirs d'artillerie et les bombardements indiscriminés, parfois même délibérés, ont tué plus de 30 000 civils en 2016. Voilà l'effroyable réalité des conflits en cours. Les parties prenantes aux conflits doivent respecter le Droit international humanitaire et mieux protéger les civils des ravages provoqués par ces armes. Il est urgent que la communauté internationale œuvre pour un engagement politique en la matière."

 

Handicap International en campagne contre le bombardement des civils 

L’association mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique tristement courante dans les conflits actuels.

Notre objectif: collecter un million de signatures de pétition dans le monde pour une remise aux décideurs politiques en septembre 2018. Rejoignez notre combat contre la barbarie ! 

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus
© Amer Almohibany / AFP PHOTO

Suite à la mort d’un employé d’une organisation partenaire, Handicap International condamne les bombardements continus

7 ans de conflit syrien - Un employé d'une organisation syrienne avec laquelle Handicap International (HI) est associée a été tué mercredi 3 mars. Mustafa, sa femme et leurs deux enfants - âgés de moins de 8 ans - ont été tués par des bombardements à Hamouriyeh, dans la Ghouta orientale. À l'heure du septième anniversaire du conflit syrien, HI condamne une fois de plus les bombardements en zones peuplées et appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils.
 

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»
© Benoit Almeras / HI

7e anniversaire du conflit syrien: Handicap International appelle à la signature de la pétition «Stop Bombing Civilians»

À l'occasion du 7e anniversaire du conflit en Syrie, Handicap International (HI) rappelle à quel point les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par l’utilisation massive et continue d’armes explosives. Les bombardements et les pilonnages en zones peuplées - devenus courants dans les conflits actuels en Iraq, en Syrie et au Yémen - tuent et blessent à 92 % des civils.

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale
© HI

Le centre de réadaptation d’une ONG partenaire de Handicap International détruit dans la Ghouta orientale

L’escalade extrême des bombardements dans la partie orientale de la Ghouta assiégée depuis les dernières 72 heures a fait plus de 300 victimes civiles et causé des dommages très importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où les civils ont trouvé refuge.