Goto main content
 
 

Armes explosives en zones peuplées: stop bombing civilians!

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Afghanistan Irak Ukraine Yémen

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International (HI) poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

Ali et son petit frère Mohammed

Ali et son petit frère Mohammed | (c) N Matelle / Handicap International

Action on Armed Violence (AOAV) a publié le 15 mai 2017 son sixième rapport annuel sur l'utilisation des armes explosives (en anglais). AOAV est membre du Réseau international sur les armes explosives (INEW), une coalition d'ONG cofondée par HI pour plaider contre l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Celles-ci ont des conséquences désastreuses sur les populations civiles dans les conflits actuels en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Ukraine, au Yémen…

Selon ce dernier rapport, 45'624 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en 2016. 70 % des victimes étaient des civils. Quand les armes explosives sont utilisées dans des zones peuplées, les civils représentent 92 % des victimes.

Anne Héry, Directrice du plaidoyer à HI: "Les tirs d'artillerie et les bombardements indiscriminés, parfois même délibérés, ont tué plus de 30 000 civils en 2016. Voilà l'effroyable réalité des conflits en cours. Les parties prenantes aux conflits doivent respecter le Droit international humanitaire et mieux protéger les civils des ravages provoqués par ces armes. Il est urgent que la communauté internationale œuvre pour un engagement politique en la matière."

 

HI en campagne contre le bombardement des civils 

L’association mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique tristement courante dans les conflits actuels.

Notre objectif: collecter un million de signatures de pétition dans le monde pour une remise aux décideurs politiques en septembre 2018. Rejoignez notre combat contre la barbarie ! 

Published on: 19 mai 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Syrie : grave menace sur l’acheminement de l’aide humanitaire
© G. Dubourthoumieu / HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Syrie : grave menace sur l’acheminement de l’aide humanitaire

Dans un mois, la résolution autorisant l’acheminement de l’aide humanitaire transfrontalière vers la Syrie expirera. Les ONG, dont Handicap International (HI), alertent sur une catastrophe humanitaire imminente si le Conseil de sécurité de l'ONU ne renouvelle pas cette résolution avant son expiration. En effet, l’accès à une aide humanitaire vitale est en jeu pour plus d'un million de personnes.

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes
© Kate Holt / HI
Événement Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Les États-Unis et la Russie : principaux responsables des souffrances infligées aux civils par leurs frappes aériennes

Les présidents américain Joe Biden et russe Vladimir Poutine se rencontrent ce mercredi 16 juin à Genève. Handicap International (HI) rappelle que, selon Action on Armed Violence (AOAV), les États-Unis et la Russie sont parmi les principaux responsables des souffrances infligées aux civils par les frappes aériennes depuis 2011.

Urgence Gaza : le cessez-le-feu a été annoncé
© Ibrahem ElShatali / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Urgence Gaza : le cessez-le-feu a été annoncé

Le cessez-le-feu actuel dans la bande de Gaza nous donne l'opportunité de fournir un soutien à de nombreux blessés. Beaucoup ont perdu des membres et ont besoin, non seulement d'une aide médicale, mais aussi d'un soutien psychologique. Depuis le 11 mai, on dénombre plus de 240 morts et des milliers de blessés, dont plus de 65 enfants.