Goto main content
 
 

Attaques au Yémen : les ONG sur place dénoncent des victimes civiles

Stop Bombing Civilians
Yémen

Handicap International et 10 autres ONG sont choquées et attristées d'apprendre que 31 civils ont été tués et 12 autres personnes blessées lors d'attaques contre le gouvernorat d'Al Jawf, dans le nord du Yémen, le 15 février.

 Aidi, 8 ans, souffre de graves traumatismes psychologiques en raison des attaques qui ont lapidé son corps et l'ont laissé comme paralysée.

Aidi, 8 ans, souffre de graves traumatismes psychologiques en raison des attaques qui ont lapidé son corps et l'ont laissé comme paralysée. | © Camille Gillardeau / Handicap International

Cela fait suite à une autre attaque, le 7 février dernier, contre le principal hôpital de Marib, qui accueille jusqu'à 15’000 personnes. Un hôpital et une clinique mobile à proximité ont également été gravement endommagés. Ces attaques aveugles contre des établissements de santé, illégales en vertu du droit international, privent des milliers de Yéménites de l'accès à des soins de santé vitaux.

 

Dans le cadre de sa campagne d’interpellation NON aux bombardements aux civils, Handicap International (HI) invite le public à interpeller ses Conseillers nationaux.

 

Les organisations humanitaires appellent les parties belligérantes à respecter le droit international, à protéger les civils et les infrastructures civiles, y compris les hôpitaux, et à fournir un accès sûr et sans entrave aux familles déplacées afin qu'elles puissent accéder à la nourriture, à l'eau, aux abris et à toute autre assistance.

 

Depuis la mi-janvier, de violents combats à Nihm, Al Jawf et Marib dans le nord du Yémen, notamment la reprise des frappes aériennes, ont déjà forcé le déplacement de 28’000 civils qui ont désormais un besoin urgent d'aide humanitaire.

 

Ces évènements menacent de faire basculer le pays vers une escalade majeure de violence, remettant en cause les chances de mettre fin au conflit. Nous appelons les parties belligérantes à ne pas compromettre les progrès récents, à conclure un cessez-le-feu national et à reprendre les pourparlers de paix attendus depuis longtemps. Le Yémen a besoin d'une solution politique pour mettre fin une fois pour toutes à la violence et aux souffrances.

 

Organisations signataires: 

 

Published on: 18 février 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De réelles avancées pour mettre fin aux souffrances civiles causées par les bombardements
© Valentina Sulmoni / HI
Stop Bombing Civilians

De réelles avancées pour mettre fin aux souffrances civiles causées par les bombardements

Nous avons installé un tank la semaine dernière à Genève pour attirer l’attention sur les négociations finales qui se tenaient au Palais des Nations du 6 au 8 avril pour mettre fin aux bombardements des civils en zones peuplées. Les discussions entre les représentants d'organisations internationales, de la société civile, dont nous faisons partie, et plus de 60 délégations d'États ont permis de réelles avancées.

Comment 7 ans de guerre au Yémen ont dévasté le pays
© ISNA Agency/HI
Mines et autres armes

Comment 7 ans de guerre au Yémen ont dévasté le pays

Le 26 mars 2022 marque les 7 ans du début du conflit au Yémen, l’une des plus graves crises humanitaires au monde. Ce conflit est un autre exemple effrayant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Syrie 11 ans : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations
© Kate Holt / HI
Stop Bombing Civilians

Syrie 11 ans : le déminage et la reconstruction prendront plusieurs générations

Le 15 mars 2022 marquera les 11 ans du début du conflit en Syrie. La crise humanitaire ne fait que s'aggraver. Les besoins humanitaires sont immenses et l'accès aux victimes reste un défi majeur. Ce conflit est l’exemple flagrant des conséquences humanitaires à long terme de l'utilisation d’armes explosives en zones peuplées. Pour éviter que de telles situations se renouvellent, nous appelons les États à soutenir l’accord international contre les bombardements urbains, actuellement en cours de négociation.