Accès direct au contenu
 
 

Bombardements des civils : la Suisse devrait s’engager plus !

Mines et autres armes Stop Bombing Civilians
Suisse

Du 3 au 5 mars, les Etats se réunissent en ligne pour discuter des termes de l’accord international contre les bombardements en zones peuplées. Nous dénoncons la décision de la Suisse de privilégier les activités militaires au détriment des populations civiles et l’invite à revenir sur sa position.

Immeubles détruits dans la vieille ville de Mossoul Ouest

Immeubles détruits dans la vieille ville de Mossoul Ouest | © Waleed Khaled / HI

Après des mois d'interruption à cause de la Covid-19, les négociations diplomatiques sur l'élaboration d'un accord international contre les bombardements en zones peuplées ont repris. Le projet d'accord international en est au stade final des négociations entre les États, les agences des Nations unies, les organisations internationales et la société civile. Un dernier cycle de négociations devrait avoir lieu à Genève au printemps. La déclaration politique internationale sera ensuite proposée aux États pour approbation lors d'une conférence qui aura lieu plus tard dans l'année.

La Suisse sous-estime le danger  

La Suisse est membre du groupe pilote qui travaille sur cette déclaration. Forte de sa tradition humanitaire et dépositaire des Conventions de Genève, le gouvernement suisse doit jouer un rôle de leader pour faire aboutir le processus visant à protéger les civils dans les zones de guerre et à fournir une assistance aux victimes. 

Entre 2019 et 2020, nous avons invité les Suissesses et les Suisses à interpeller leurs Conseillers nationaux via une plateforme web pour les sensibiliser à l’urgence d’agir. L’appel a été entendu car l’organisation a travaillé conjointement avec des parlementaires de la Commission de politique extérieure du Conseil national. En session de juin 2020, leur motion est passée très près d'obtenir la majorité. L’un des différends-clés est que la Suisse doit plaider pour « éviter l'utilisation d'armes explosives » dans des zones peuplées, au lieu de seulement encourager à « restreindre l'utilisation » de ce type d'armes. 

Nous, le CICR et d'autres ONG soutiennent la demande d'éviter l'utilisation d'armes explosives ; une formule qui est aussi appuyée par le Secrétaire général des Nations unies. Malheureusement, cette question a été archivée dans les annales du parlement (Question 20.5421). 

« Il est inacceptable que le Conseil fédéral privilégie les activités militaires au détriment des victimes civiles qui sont de plus en plus nombreuses dans les conflits modernes. En Irak, en Syrie, au Yémen et récemment dans le Haut-Karabakh, nous sommes les témoins des conséquences dévastatrices pour les civils dans les villes qui ont subi des tapis de bombes. Nous avons gagné le combat contre les mines antipersonnel (1999) et les armes à sous-munitions (2008), nous avons maintenant une chance historique pour dire clairement STOP aux bombardements urbains. La Suisse doit reconnaître les souffrances humaines indiscriminées causées par les bombardements en zones peuplées et leurs effets durables. Elle doit protéger les civils », déclare Daniel Suda-Lang, directeur de Handicap International Suisse.

Published on: 2 mars 2021
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays
© HI
Mines et autres armes Stop Bombing Civilians

Irak : une contamination catastrophique : un obstacle majeur à la reconstruction du pays

Cinq ans après la fin de la guerre en Irak, les communautés sont toujours fracturées, tout comme les bâtiments, les routes et les ponts qui les entourent. Publié aujourd'hui, notre rapport « Reconstruction impossible : Impact de la contamination liée aux engins explosifs sur les populations touchées en Irak » dresse un tableau édifiant de la vie quotidienne des Irakiens, dont certains ont trop peur pour laisser leurs enfants aller à l'école à pied, ou d’autres sont contraints de travailler dans des endroits pollués par des explosifs.
 

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international
© Said Khlaifat / HI
Mines et autres armes

Victimes de bombes à sous-munitions en hausse : nous appelons les Etats à faire respecter le droit international

Le nombre des victimes des armes à sous-munitions a augmenté de 30% en trois ans, selon l'Observatoire des armes à sous-munitions 2021. Publié aujourd'hui, le rapport enregistre au moins 360 victimes en 2020 dans le monde. La conférence des États parties à la Convention d'Oslo, qui interdit l'utilisation des armes à sous-munitions, a lieu les 20 et 21 septembre prochain. Nous appelons les États à faire respecter le droit international et ceux qui ne l'ont pas encore fait à adhérer à la convention.

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine
© A. Surprenant/Collectif Item/HI
Mines et autres armes

Les ONG internationales gravement préoccupées par la crise humanitaire en République Centrafricaine

A ce jour, le plan de réponse humanitaire en RCA n’est qu’à moitié financé. Avec d’autres ONG internationales nous appelons à la mobilisation des autorités centrafricaines et des donateurs afin d’assurer la réponse humanitaire et la protection des civils.