Go to main content
 
 

Colombie: Les femmes ont un rôle clé dans nos opérations de déminage

Mines et autres armes
Colombie

Handicap International se prépare à lancer ses activités de déminage dans trois départements en Colombie. Pour l’association, impliquer les femmes dans les opérations de dépollution des terres est une priorité.

Marta Quintero supervise les opérations de déminage avec Handicap International dans le département du Cauca

Marta Quintero supervise les opérations de déminage avec Handicap International dans le département du Cauca | @ J.M. Vargas / Handicap International

"J’avais 14 ans, je suis tombée sur une mine en me promenant dans mon village. Le dispositif, humide, n’a pas explosé. En grandissant, j’ai vu des gens mutilés. J’ai vu des enfants mourir pour une guerre qui n’était pas la leur. Comme de nombreuses personnes, la violence nous a tous profondément marqués. Aujourd’hui, je suis devenue démineuse. Je suis une ‘éternelle amoureuse’ du travail que je mène. Je ne peux pas décrire le bonheur que je ressens quand j’ai terminé de dépolluer un terrain miné", témoigne Marta Quintero, qui supervise les opérations de déminage dans le département du Méta, en Colombie, avec Handicap International.

Marta n’est pas la seule femme à s’impliquer dans ces opérations de dépollution des terres. L’association vise à ce que ses équipes de démineurs soient composée d’au moins 40% de femmes - à l’image de la population colombienne où les femmes représentent un pourcentage élevé, et qu’elles puissent occuper un poste de ‘leader’. Irène Manterola, directrice de Handicap International en Colombie, complète: "Actuellement, nos équipes comprennent 17 femmes et 33 hommes. Les femmes ont un rôle crucial: elles sont responsables, motivées, et leur convivialité est une qualité essentielle lorsqu’il s’agit de vivre dans des campements. Les femmes sont des chefs justes, et sont respectées. Elles établissent un lien de confiance avec les villageois, qui les renseignent sur la localisation des mines dans les communautés. En leur confiant ce rôle, Handicap International permet de faire évoluer progressivement l’image de la femme en Colombie, dans une société qui reste encore très machiste".

Published on: 25 janvier 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump
(c) Basile Barbey / HI
Mines et autres armes Mobilisation

Handicap International et Gniep Smoeun, victime d’une mine, lancent un appel aux Etats pour faire reculer le gouvernement Trump

Ce jeudi 13 février 2020 à Genève, sous Broken Chair, monument symbole de la barbarie des mines, Handicap International et Gniep Smoeun ont appelé les Etats signataires du Traité d’Ottawa à user de toute leur influence pour que les USA reviennent sur leur révoltante décision de réintroduire les mines.

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées
© HI
Mines et autres armes

Pour une déclaration politique forte contre les bombardements dans les zones peuplées

Lundi 10 février 2020, aux Nations unies à Genève, les délégations des États, les militaires, les agences des Nations unies et la société civile se sont réunies pour discuter d'une déclaration politique contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. Handicap International (HI) et les membres du Réseau international sur les armes explosives (INEW) dialoguent avec les États pour les convaincre d'élaborer une déclaration politique forte. Il est urgent de mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation d'armes explosives dans les zones peuplées et de soutenir les victimes.

Handicap International, co-prix Nobel de la Paix, révoltée par la décision de l’administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© ICBL
Mines et autres armes

Handicap International, co-prix Nobel de la Paix, révoltée par la décision de l’administration Trump de relancer l’utilisation des mines

L'administration Trump a annoncé aujourd’hui un changement de politique assassin sur les mines antipersonnel, autorisant de fait les États-Unis à reprendre l'utilisation et le stockage de mines antipersonnel. Les mines sont des armes dévastatrices, activées par les victimes, qui ne font pas la différence entre le pied d'un enfant et celui d'un soldat.