Go to main content

Déminer avec un drone : une révolution dans le monde du déminage

Mines et autres armes
Tchad

À Faya-Largeau, dans le nord du Tchad, Handicap International (HI) lance l’expérimentation de drones pour repérer la présence des mines et avoir une vision très précise du terrain : une révolution dans le monde du déminage.

HI teste des drones détecteurs de mines dans le nord du Tchad

HI teste des drones détecteurs de mines dans le nord du Tchad | © John Fardoulis / HI

« Les premiers tests ont eu lieu en janvier, dans le désert au sud de Faya. C’est une zone fortement contaminée par le conflit avec la Libye dans les années 80. Le drone survole de vastes zones en temps record : 3 km2 en 2 heures ! Un gain considérable de temps pour le repérage des mines. »

Xavier Depreytere, chef du projet pour HI

 

Visualisation et données 

« Muni d’une caméra, le drone permet d’avoir une image précise de ce qui est repéré au sol, avec un ensemble de données, comme la géolocalisation. A quelle hauteur le drone doit-il voler pour être le plus efficace? Quel type de drone utiliser ? Quelles sont les données utiles pour le démineur ? Ce sont toutes ces questions que nous posons pour en faire une utilisation optimale. Lors de ces premiers tests, le drone a pris une photo de la zone survolée tous les 2 mètres. L’objectif : les assembler pour avoir une carte ultra précise. »

Les mines un frein au développement

Les mines et les restes explosifs de guerres sont un danger quotidien pour les populations civiles dans 61 pays dans le monde et posent un vrai frein au développement. Dans beaucoup de pays, les terres agricoles contaminées par des mines et restes explosifs ne peuvent plus être exploitées. Une situation qui a un impact sur l’agriculture et l’économie de régions entières.

Rencontre internationale des experts du déminage

Du 5 au 7 février, les experts du déminage se retrouvent à Genève pour la rencontre annuelle sur l’action contre les mines, sous l’égide des Nations unies. HI est présente à ce rendez-vous pour échanger entre professionnels sur les nouvelles méthodes innovantes dans le déminage et faire valoir les différentes expérimentations menées en ce moment par l’association. Un des sujets clés sera également les méthodes de déminage face aux mines artisanales, véritable défi du déminage moderne.

 


Lire le communiqué de presse en format PDF.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les démineurs de HI de retour en Casamance, au Sénégal
© HI
Mines et autres armes

Les démineurs de HI de retour en Casamance, au Sénégal

De nombreux restes explosifs continuent de mettre en danger les populations qui vivent dans cette région du sud du Sénégal et de dissuader les nombreux déplacés internes qui pourraient y revenir.  

4 avril 2019 : Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte contre les mines
© J. M. Vargas/HI
Événement Mines et autres armes

4 avril 2019 : Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte contre les mines

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, nous nous alarmons des nouvelles contaminations dues, lors de conflits actuels ou récents, à l’utilisation massive d’armes explosives dont celle, croissante, des mines artisanales.

4e anniversaire du conflit au Yémen :  HI dénonce une guerre conduite à l’aveugle, dévastatrice pour la population
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes

4e anniversaire du conflit au Yémen : HI dénonce une guerre conduite à l’aveugle, dévastatrice pour la population

A l’occasion des 4 ans de la guerre au Yémen, nous dénonçons l’usage indiscriminé des armes explosives et leurs effets dévastateurs sur la population. Elle condamne les bombardements massifs en zones peuplées et le retour inédit des mines antipersonnel, armes interdites par le Traité d’Ottawa depuis 1999. L’organisation souligne également les besoins spécifiques en rééducation d’urgence, complément indispensable à la chirurgie de guerre, ainsi que ceux en soutien psychologique pour la population traumatisée par 4 ans de violences armées.