Go to main content
 
 

« La mine m’a projetée en l’air et m’a arraché la jambe »

Mines et autres armes Réadaptation
Yémen

Raja a 13 ans. Elle gardait des moutons en montagne quand elle a posé le pied sur une mine qui a explosé et l'a projetée en l’air. Elle a eu la jambe arrachée.

Raja faisant des exercices pour apprendre à marcher avec une prothèse

Raja faisant des exercices pour apprendre à marcher avec une prothèse | © Ayman / HI

La jambe arrachée 

Raja est une petite bergère de 13 ans. Elle gardait des moutons avec des amis quand elle a posé le pied sur une mine à moitié enterrée dans le sol.  Projetée sur plusieurs mètres, elle a eu la jambe arrachée. 

Une amputation propre pour accueillir une prothèse

Emmenée d’urgence au centre de santé le plus proche, les infirmières ont d’abord stoppé l’hémorragie ; elle a ensuite été transférée à l’hôpital à Sanaa,  Là, les chirurgiens l’ont opérée et ont fait en sorte que son moignon ait une forme permettant un jour de recevoir une prothèse.

La dépression 

Tout de suite après son opération, HI lui a fourni un fauteuil roulant. Comme elle était déprimée et tout le temps en colère, elle a également été accompagnée par une psychologue. Deux mois plus tard, une fois son moignon bien cicatrisé, Raja a été appareillée d’une prothèse. Pouvoir à nouveau se tenir debout a eu un effet déterminant sur son moral. 

Des victimes très pauvres 

Raja vient d’une famille très pauvre dont la seule ressource vient de la culture du qat (arbuste dont la feuille est très prisée au Yémen). L’argent de la vente des récoltes suffit à peine à nourrir ses parents et ses dix frères et sœurs. Sans le soutien de HI, les conséquences de la blessure de Raja auraient été encore plus dramatiques pour elle et sa famille. 

Marcher de longues distances 

Raja terminait en décembre les exercices de rééducation pour s’adapter à sa prothèse. Elle était plus sûre d'elle pour marcher. Son appréhension avait diminué et elle pouvait parcourir de longues distances. Elle s'améliorait de jour en jour, elle était désormais pleine d'énergie et d’envie de vivre.

Aller à l’école

Son passage chez HI a suscité chez elle une nouvelle vocation :

« Je suis heureuse d'avoir affronté ma peur, de sortir et de marcher à nouveau. Maintenant, je veux retourner chez moi, retrouver mes amis et ma vie d’avant. J'aimerais surtout aller à l’école. Avant l’accident, j’avais prévu d’y aller à la prochaine année scolaire. Je veux tenir cette promesse et devenir travailleur humanitaire pour aider les autres, comme l'équipe de HI l'a fait pour moi. »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre
© E. Fourt/HI
Mines et autres armes Urgence

10 juillet : anniversaire de la bataille de Mossoul L’ouest de la ville toujours contaminé par des restes explosifs de guerre

Deux ans après la reprise de Mossoul par les forces armées irakiennes, le 10 juillet 2017, l’ouest de la ville est laissé à l’abandon, détruit et contaminé par des milliers de restes explosifs de guerre. 500'000 personnes sont toujours déplacées dans les camps et la vie de milliers de blessés est encore suspendue à des soins adaptés à leurs besoins.

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation

"Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp"

Dans un coin du centre de réadaptation fixe de Handicap International, dans le camp de réfugiés d’Ukhiya, Hamas, âgé de 6 ans, bondit sur un gros ballon rose. Malgré un grand sourire qui illumine son visage, l’enfant ne joue pas. S’il est aujourd’hui le centre de toutes les attentions, c’est parce qu’il suit une séance de réadaptation avec Redwanul, un physiothérapeute de HI.

HI démine le Nord du Liban
©Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

HI démine le Nord du Liban

HI démine au Nord du Liban. Les démineurs interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente.