Go to main content

La Sierra Leone officiellement libérée de l’épidémie d’Ebola

Santé Urgence
Sierra Leone

Après le Libéria c’est donc la Sierra Léone qui peut célébrer la fin officielle de l’épidémie sur son territoire. Une véritable libération après une longue lutte qui a coûté la vie à environ 4000 Sierra-Léonais.

Une partie de l'équipe du projet Ebola

"Ce samedi 7 novembre 2015 doit être un jour de fête pour les Sierra Léonais et pour toutes les personnes qui luttent contre l’épidémie" | © J-B. Richardier / Handicap International

« Ce samedi 7 novembre 2015 doit être un jour de fête pour les Sierra Léonais et pour toutes les personnes qui luttent contre l’épidémie, explique Gaëlle Faure, du programme Ebola de Handicap International. Que ce soit dans cette région ou ailleurs, dans le monde, le contexte humanitaire actuel est très difficile, alors quand la fin d’une crise peut se célébrer à une date si précise, il ne faut pas s’en priver ! »

En effet, après une période de 42 jours sans nouvelle infection, la Sierra Léone est aujourd’hui officiellement libérée de l’épidémie d’Ebola. Dès le début de l’année 2015, le nombre de cas confirmés avait significativement chuté, mais endiguer une épidémie de cette ampleur, dispersée sur une zone géographique aussi vaste est très compliqué. Des mesures contraignantes et un dispositif d’envergure ont dû être maintenus tout au long de l’année pour tracer le virus et en venir à bout. Jusqu’au dernier cas, des efforts considérables ont donc été consentis par la population. « C’est tout le pays qui a été mobilisé, et il était important pour Handicap International de s’associer à cette lutte. Nous avons notamment organisé la prise en charge et le transport des personnes malades ou présentant les symptomes du virus sur la région de Freetown. Au total, ce projet a permis de transporter 98% des cas signalés aux autorités du district de la Western Area. 3783 patients ont ainsi pu être transportés sans risque de contaminer de nouvelles personnes. Plus de 1800 maisons ont également été décontaminées par nos équipes lors de ces interventions. C’est le moment de leur tirer un grand coup de chapeau ! »

Maintenir la vigilence jusqu’à la fin de l’épidémie dans l’ensemble de la région

La prudence reste cependant de mise et si elles célébreront l’événement, les équipes de Handicap International resteront mobilisées pour faire face à une potentielle réémergence de l’épidémie et pour participer aux efforts de relèvement nécessaires après 18 mois de crise. Nous avons vu que le Libéria avait dû faire face à de nouveaux cas cet été alors que le pays avait été déclaré libéré du virus en mai. Il faut rester prudents ; malgré tous les moyens mis en œuvre, il est toujours possible que des cas n’aient pas été détectés ou que des infections aient lieu depuis la Guinée où des cas sont encore recensés. De plus, les effets à long terme du virus affecte toujours les milliers de survivants, qui doivent faire face aux conséquences physiques et psychologiques.

C’est aujourd’hui un jour de fête, mais nous devons rester vigilants jusqu’à la fin de l’épidémie dans l’ensemble de la région. Et puis nous pensons aussi beaucoup aux victimes du virus, ceux qui ont perdu des proches, et ceux que cette crise a dûrement touché et qui auront encore besoin de temps et de soutien. Pour ces personnes, et pour toute la population, ce jour doit être porteur de soulagement et d’espoir. »

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations presse

Nadia Ben Said
Responsable Relations Médias
(FR/ALL/EN)

Tél : +41 22 710 93 36
n.ben-said@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes
© Fanny Mraz / HI
Urgence

Mossoul un an après: une ville piégée par les mines et les bombes

Un an après la libération de Mossoul, 8 millions de tonnes de restes explosifs [1] piègent encore la ville. Tandis que des milliers de blessés tentent aujourd’hui de se soigner et que plus de 300 000 [2] déplacés survivent toujours dans les camps et les communautés, Mossoul, piégée par les restes explosifs de guerre, est une bombe à retardement. 

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin.  Les équipes de HI continuent de venir en aide aux populations affectées. 

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent
© Philippe Poulpiquet / HI
Stop Bombing Civilians Urgence

Près de 300 000 réfugiés syriens bloqués aux frontières : l’accès à l’aide humanitaire est urgent

Ces derniers jours, le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le sud de la Syrie a été multiplié par quatre, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées.